2 min de lecture Football

Arbitrage vidéo : "On ne peut pas tout demander aux arbitres", dit Bruno Derrien

REPLAY - INVITÉ RTL - Selon l'ancien arbitre international, l'arbitrage vidéo est une assistance dont le monde du football aurait tort de se passer. Le dispositif sera testé lors du match amical France-Espagne le 28 mars.

Christelle Rebière L'invité de RTL Midi Christelle Rebière
>
Arbitrage vidéo : "On ne peut pas tout demander aux arbitres", dit Bruno Derrien Crédit Image : Elodie Grégoire | Crédit Média : RTLNET | Date :
La page de l'émission
Vincent Parizot
Vincent Parizot avec Christelle Rebière et La rédaction numérique de RTL

C'est une première en France, l'arbitrage vidéo va être utilisé, possiblement, lors du match amical entre la France et l'Espagne ce 28 mars. Le dispositif est en face de test dans plusieurs pays, notamment en vue d'un usage lors de la Coupe du monde 2018 en Russie. Pour Bruno Derrien, ancien arbitre international, cette technologie d'assistance est devenue d'une grande utilité pour éviter les polémiques sur le terrain. "Le football a évolué et les arbitres sont arrivés à la limite de leurs capacités, et (...) il faut aider les arbitres, on ne peut pas tout leur demander", analyse-t-il. Parcourir le terrain en long et en large, veiller au comportement et aux actions des joueurs... tout cela peut faire beaucoup pour un arbitre et le mener à être pris à part lorsqu'une équipe conteste ses décisions. "Il ne faut pas se priver d'une assistance vidéo, sur des cas très précis", ajoute Bruno Derrien.

Le dispositif tel que testé ces temps-ci ne peut prendre en compte que quatre situations très concrètes : après un but marqué, quand l'arbitre émet un doute sur une situation de possible hors-jeu ou de main, lors d'un penalty dans la surface, lorsque l'arbitre hésite entre carton jaune et carton rouge et enfin, lorsque l'arbitre peut se tromper sur l'identité d'un joueur sur le terrain. Toutefois, l'arbitrage vidéo ne réglera pas tous les problèmes du football, et Bruno Derrien est assez catégorique sur le sujet. 

Solution miracle ?

"Si l'arbitre vidéo n'arrive pas à trancher, l'arbitre central pourra arrêter le jeu et se rendre sur le bord du terrain pour visionner l'action, car il y a des cas où des actions relèveront toujours de la prestation d'un homme", explique-t-il. Avant d'ajouter : "Ceux qui pensent que l'arbitrage vidéo va résoudre tous les problèmes de l'arbitrage dans le football se trompent". Selon lui, il y aura simplement moins de polémiques autour des problèmes d'arbitrage, mais tout reste lié à l'interprétation d'un homme devant la vidéo. Cette dernière ne risque-t-elle pas de ralentir également le jeu ? "C'est la critique la plus souvent exprimée par les opposants à cet arbitrage", concède Bruno Derrien, "le football est un jeu perpétuellement en mouvement..."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Football Arbitrage Équipe de France de football
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7787854637
Arbitrage vidéo : "On ne peut pas tout demander aux arbitres", dit Bruno Derrien
Arbitrage vidéo : "On ne peut pas tout demander aux arbitres", dit Bruno Derrien
REPLAY - INVITÉ RTL - Selon l'ancien arbitre international, l'arbitrage vidéo est une assistance dont le monde du football aurait tort de se passer. Le dispositif sera testé lors du match amical France-Espagne le 28 mars.
https://www.rtl.fr/sport/football/arbitrage-video-on-ne-peut-pas-tout-demander-aux-arbitres-dit-bruno-derrien-7787854637
2017-03-28 13:59:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/umd31-GrbSdHz9-gaRMHZQ/330v220-2/online/image/2014/0423/7771378282_vincent-parizot-et-christelle-rebiere.jpg