1. Accueil
  2. Sport
  3. Autres sports
  4. Tour de France 2017 : quelle sécurité sur les routes ?
1 min de lecture

Tour de France 2017 : quelle sécurité sur les routes ?

La Grande Boucle, du 1er au 23 juillet, bénéficie d'un dispositif renforcé pour limiter au maximum le risque terroriste.

Un gendarme français au départ de la 16e étape du Tour de France 2016 entre Moirans-en-Montagne et Berne
Un gendarme français au départ de la 16e étape du Tour de France 2016 entre Moirans-en-Montagne et Berne
Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Tour de France 2017 : quelle sécurité sur les routes ?
01:04
Nicolas Georgereau & La rédaction numérique de RTL

Un Tour sous haute protection. De grands moyens ont été déployés pour assurer la sécurité du peloton et des spectateurs qui garnissent les routes du Tour de France s'élançant, cette année, samedi 1er juillet à Düsseldorf (Allemagne). Une fois de plus, cette édition de la Grande Boucle se déroule sous le régime de l'état d'urgence, compte tenu de la menace terroriste demeurant particulièrement élevée au vu des récentes attaques jihadistes et tentatives d'attentats.

Une fois de plus, un déploiement du GIGN est prévu sur la route mais aussi par le biais d'une équipe héliportée, prête à intervenir en quelques minutes sur la course. 13.000 gendarmes et 10.000 policiers sont également mis à contribution pour couvrir les 3.540 kilomètres de routes empruntées. Le nombre d'agents de sécurité privée a été multiplié par deux, par rapport aux dernières éditions. Un système de vidéosurveillance a été pensé dans les villages départ et les zones techniques des arrivées d'étape. Le ministère de l'Intérieur et l'organisateur ASO font également appel à des équipes cynophiles pour détecter des éventuels explosifs en mouvement, mais aussi des physionomistes dans la foule. 

Christian Prudhomme, le directeur du Tour de France, veut néanmoins éviter la psychose. "Je repense toujours, au moment du grand départ, à Londres 2007. C'était deux ans après les attentats à Londres et il y avait une fête extraordinaire. Il faut continuer à vivre. Il faut vivre comme nous avons décidé de le faire dans nos sociétés libres !", dit-il dans des propos recueillis par RTL.

Ces derniers mois, une centaine de réunions ont été nécessaires pour coordonner tous les moyens d'intervention et de secours. En Allemagne, Belgique et Luxembourg, où passe la Grande Boucle, ce sont les forces spéciales de ces pays qui prennent le relais du GIGN.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/