3 min de lecture Tour de France

Tour de France 2014 : les 22 équipes engagées et leurs objectifs

PRÉSENTATION - Le Tour de France est loin de se résumer à un duel au sommet (Froome-Contador). Chaque formation a ses objectifs.

La formation Sky le 3 juillet 2014
La formation Sky le 3 juillet 2014 Crédit : AFP/E.Fefferberg
Gregory Fortune
Gregory Fortune
et AFP

Le tenant du titre, le Britannique Chris Froome, un double vainqueur, l'Espagnol Alberto Contador : l'affiche du Tour de France 2014, qui part samedi 5 juillet de Leeds (Angleterre), offre un duel au sommet entre deux premiers rôles. Un an après un spectaculaire départ de Corse pour sa 100e édition, la plus grande course de l'année donnera ses premiers tours de roue dans le Yorkshire.

Pour tous les candidats au maillot jaune et aux accessits (Van Garderen, Costa, Mollema, Van den Broeck, Talansky, Kwiatkowski, Porte), pour les Français qui visent une place dans les dix premiers (Péraud, Rolland, Pinot, Bardet), il faut surtout franchir sans encombre les pièges de la première semaine.

Infographie : le parcours du Tour de France 2014
Infographie : le parcours du Tour de France 2014

AG2R La Mondiale (groupe français de protection sociale et patrimoniale) : en pleine réussite, l'équipe française a de l'appétit. Avec Bardet et Péraud (pour le général), mais aussi Riblon

La team AG2R, emmenée par Romain Bardet, en mai 2014
La team AG2R, emmenée par Romain Bardet, en mai 2014

Astana (conglomérat de sociétés kazakhes réunies autour de la capitale du pays) : Nibali entend jouer le trouble-fête. Le groupe kazakh est tout dévoué à la cause du Sicilien. 
   
Belkin (fabricant américain de matériel informatique) : le futur retrait du sponsor tombe mal pour la formation néerlandaise. Mollema est son chef de file. 
   
BMC (constructeur de cycles suisse) : Van Garderen, malheureux l'an passé, garde la confiance de l'équipe pour le classement général. 
   
Bretagne-Séché (région française et entreprise spécialisée dans la gestion des déchets) : le "Petit Poucet" du peloton n'a rien à perdre. Idéal pour l'animation de la course. 

 Benoit Jarrier (Bretagne-Séché) en avril 2014 sur Paris-Roubaix
Benoit Jarrier (Bretagne-Séché) en avril 2014 sur Paris-Roubaix
À lire aussi
Le peloton du Tour de France en juillet 2016 à Saint-Marie-du-Mont cyclisme
Tour de France 2020 : ce qu'il faut retenir du parcours

Cannondale (constructeur de cycles américain) : Sagan vise des succès d'étape, avec le soutien de Viviani, et un troisième maillot vert. 
   
Cofidis (société française de crédit en ligne) : Navarro pour une place honorable, Taaramae et J. Simon pour un exploit ponctuel. 
   
Europcar (entreprise française de location de véhicules) : Rolland a été mis en appétit par son résultat du Giro (4e). Voeckler, imprévisible, est insubmersible. 
    
FDJ.fr (site internet de l'opérateur français des jeux) : Démarechampion de France néophyte, est attendu dans les sprints. Pinot, l'autre grand espoir du groupe, dans la montagne. 

Thibault Pinot en juin 2013
Thibault Pinot en juin 2013 Crédit : AFP/P.Guyot

Garmin (société américaine de systèmes de navigation) : Talansky, vainqueur du Dauphiné, est investi des responsabilités. Slagter, un vrai puncheur, débute. 
   
Giant (constructeur de cycles taïwanais) : le sprint est devenu la grande spécialité du groupe néerlandais. Avec Kittel et, pour les parcours plus sélectifs, Degenkolb
   
IAM (fonds financier suisse) : Chavanel, à la grande expérience du Tour, pour la première partie. Frank, quatre ans après ses débuts, pour la suite en montagne. 
   
Katusha (structure soutenue par l'Etat et des sociétés russes) : J. Rodriguez, à court de compétition, vise la dernière semaine. Kristoff s'intéresse aux étapes de plaine. 

Lampre (fabricant italien d'acier laminé) : Costa, champion du monde en titre, a construit sa saison sur le Tour. Horner, lauréat inattendu de la dernière Vuelta, est aussi présent. 

000_Par7859693Le Portugais Rui Alberto Faria da Costa en avril 2014
000_Par7859693Le Portugais Rui Alberto Faria da Costa en avril 2014

Lotto (loterie belge) : la formation belge compte sur son duo habituel: Van den Broeck pour le classement général, Greipel pour les arrivées au sprint. 
   
Movistar (opérateur espagnol de téléphonie) : Valverde rêve du podium des Champs-Elysées. L'équipe espagnole lui est acquise. 
   
NetApp (entreprise américaine de stockage et gestion de données) : dans une équipe de néophytes, König entend réussir ses débuts. Machado est lui aussi concerné. 
   
Omega Pharma (entreprise belge de produits pharmaceutiques) : l'équipe belge joue sur plusieurs tableaux, les sprints (Cavendish), le contre-la-montre (T. Martin), le général (Kwiatkowski). 

Le Britannique Mark Cavendish en mai 2014
Le Britannique Mark Cavendish en mai 2014

Orica (entreprise australienne d'explosifs et produits chimiques) : le groupe australien, tourné vers la plaine, a remodelé son effectif. Gerrans est toujours là, Albasini aussi. Matthews découvre le Tour. 
   
Sky (opérateur britannique de télévision par satellite) : tout pour Froome, candidat à une deuxième victoire. La formation britannique, expérimentée voire vieillissante, joue gros. 
   
Tinkoff (opérateur britannique de télévision par satellite) : la formation russe est au service exclusif de Contador qui sera protégé par Bennati sur le plat, Majka, Roche et Rogers en montagne. 
   
Trek (constructeur de cycles américain) : Cancellara, l'homme fort des pavés, et les frères Schleck, en appel, connaissent tout du Tour.  

Infographie : les maillots des 22 équipes au départ du Tour de France
Infographie : les maillots des 22 équipes au départ du Tour de France
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Tour de France Cyclisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants