2 min de lecture Tour de France

Tour de France 2014 : Jean-Christophe Péraud, l'heure de gloire d'un coureur atypique

PORTRAIT - Deuxième du Tour de France, l'ancien vététiste et ingénieur de 37 ans déroule un CV qui tranche avec le reste du peloton.

Le Français Jean-Christophe Péraud brille sur le Tour de France 2014
Le Français Jean-Christophe Péraud brille sur le Tour de France 2014 Crédit : AFP/L.Bonaventure
Ludovic Vandekerckhove
Ludovic Vandekerckhove et Gregory Fortune

Méconnu du grand public, respecté dans le peloton, Jean-Christophe Péraud tient son heure de gloire. Discret, efficace et par dessus tout grand bosseur, le Toulousain s'est installé sur la deuxième marche du podium du Tour de France 2014, samedi 26 juillet, au terme du seul contre-la-montre de cette 101e édition.

L'ingénieur de l'équipe AG2R La Mondiale, le seul à pouvoir accompagner le maillot jaune de l'Italien Vincenzo Nibali dans les étapes pyrénéennes cette semaine, n'a pas fléchi au moment de passer de l'ombre à la lumière. 

À la faveur d'un exercice solitaire qu'il apprécie, il a inexorablement ravi le premier accessit de la plus grande course cycliste de la planète à l'Espagnol Alejandro Valverde et au maillot blanc Thibaut Pinot, de 13 ans son cadet. 

Aussi généreux dans l'effort qu'avare dans le verbe

À 37 printemps révolus, le Français est largement hors-concours dans la lutte pour le maillot blanc de meilleur jeune, qui a volontiers braqué les projecteurs des médias et du public sur son coéquipier Romain Bardet et le leader de la FDJ.fr. 

À lire aussi
L'équipe Arkéa-Samsic à Sisteron le 1er septembre 2020 cyclisme
Tour de France 2020 : les gardes à vue des deux membres de Arkéa-Samsic levées

Ça tombe bien, le Toulousain préfère vivre en retrait, plus à l'aise en arrière-plan. Aussi généreux dans l'effort qu'avare dans le verbe. Comme en 2008, quand sa médaille d'argent en VTT aux JO de Pékin lui avait valu les honneurs d'un premier direct sur RTL. La concision de ses réponses avait alors quasiment désarmé son interlocuteur.

Des débuts difficiles dans le peloton

C'est en toute discrétion qu'il a mené sa carrière de vététiste reconnu, dans le sillage de Julien Absalon, en parallèle de ses études d'ingénieur. Un titre de vice-champion olympique en poche, il rallie le cyclisme sur route en 2010, à l'aube de ses 30 ans, à la manière de Cadel Evans

L'époque est compliquée. Le peloton est accablé par les affaires de dopage et orphelins de ses leaders déchus. Ses premiers pas dans l'équipe belge Omega-Pharame tournent alors au calvaire, entre des équipiers très distants et une septicémie mal soignée.

Il aurait pu gagner le Tour selon Lavenue

9e de son premier Tour de France avec AG2R en 2011 - performance occultée par la Voecklermania et la 4e place du coureur d'Europcar - "Jicé" aurait pu faire mieux l'an dernier. 

À la lutte pour une septième place au général, derrière les indétrônables Froome, Quintana ou Contador, il a chuté dans les dernières encablures du contre-la-montre à quatre jours de l'arrivée, sur une clavicule déjà bien amochée le matin à l'entraînement. 

Ce dur au mal au mental d'acier aurait même pu gagner le Tour s'il était venu sur la route un peu plus tôt, dit de lui Vincent Lavenue, le manager de l'équipe. Péraud vient de prolonger son contrat de deux ans chez... Areva, son autre employeur. Mais on n'est pas près de le voir au bureau. Son bail chez AG2R court encore pour deux ans. L'occasion pour Péraud d'encadrer l'explosion de Romain Bardet. Et de retrouver la position qu'il préfère.

Infographie : le parcours du Tour de France 2014
Infographie : le parcours du Tour de France 2014
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Tour de France Cyclisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants