1. Accueil
  2. Sport
  3. Autres sports
  4. Taekwondo : Marlène Harnois "contrainte d'arrêter" sa carrière
2 min de lecture

Taekwondo : Marlène Harnois "contrainte d'arrêter" sa carrière

Médaille de bronze aux JO de Londres, Marlène Harnois n'a pas été libérée par la Fédération française de taekwondo.

Marlène Harnois, à Londres, le 9 août 2012. (archives)
Marlène Harnois, à Londres, le 9 août 2012. (archives)
Crédit : ALBERTO PIZZOLI / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Marlène Harnois, médaille de bronze olympique de taekwondo pour la France suspendue pour 2 ans après ses accusations de harcèlement, a affirmé mercredi 10 décembre à l'AFP qu'elle arrêtait sa carrière, faute d'avoir obtenu de son pays d'adoption une lettre lui permettant de concourir pour son pays d'origine, le Canada.

"La France a refusé de manière formelle et officielle de me libérer. Je suis contrainte d'arrêter ma carrière", a affirmé Harnois depuis Pékin, où elle est partie s'entraîner il y a plusieurs semaines dans l'optique de préparer les JO. "Ma vie vient de s'arrêter brutalement. Pourquoi les dirigeants de la Fédération française ne veulent-ils pas me laisser poursuivre mon rêve olympique avec le Canada ? La raison qu'ils ne veulent pas s'avouer c'est qu'ils se sentent menacés parce qu'aujourd'hui encore, je suis favorite pour les jeux Olympiques de Rio (2016)".

"Ils ne veulent pas que je ramène la médaille pour le Canada", a dit Harnois. "J'ai sué pour la France que j'ai représentée fièrement. Et maintenant on m'empêche de vivre ma passion. C'est petit".

"Nous n'avons pas eu d'accord avec la Fédération française de taekwondo", a commenté auprès de l'AFP Caroline Assalian, chef du sport au Comité olympique canadien (COC). "C'est très, très rare, qu'un pays ne laisse pas un athlète participer à des compétitions" après un changement de nationalité. "C'est triste pour elle, triste pour nous et triste pour le sport", a ajouté Assalian, selon laquelle le COC a "tout fait" pour arriver à un accord.

À lire aussi

Le 16 novembre, Marlène Harnois a combattu pour la première fois pour le Canada sur un open, les Championnats du Commonwealth où elle atteint la finale. Mais pour participer à des championnats internationaux et des Grands Prix afin d'aller aux JO, elle a besoin d'une lettre de libération de la Fédération française.

Marlène Harnois a quitté la France le 3 octobre pour s'installer à Montréal après avoir été mise sous le coup d'une suspension de deux ans, infligée le 19 juillet par la Fédération française pour propos mensongers, et effective depuis fin novembre 2012.

Harnois avait affirmé fin mai avoir été victime de harcèlement moral de la part de Myriam Baverel, l'entraîneur national. Elle affirmait également avoir été contrainte de contracter un mariage blanc (en 2006) pour obtenir la nationalité française (en 2008). Elle a divorcé en 2009.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/