1 min de lecture Cyclisme

Cyclisme : Astana échappe au retrait de licence malgré les cas de dopage

L'équipe de Vincenzo Nibali, vainqueur du Tour de France 2014, conserve sa licence alors que l'Union cycliste internationale avait demandé son retrait.

L'équipe Astana lors du Tour d'Oman, le 18 février 2015.
L'équipe Astana lors du Tour d'Oman, le 18 février 2015. Crédit : LIONEL BONAVENTURE / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Vincenzo Nibali pourra participer au Tour de France 2015 (4-26 juillet) après son sacre par KO en 2014. Son équipe Astana a conservé sa licence World Tour lui permettant de participer aux grandes épreuves, dont "la Grande Boucle" et le Giro, malgré les nombreux cas de dopage qui l'ont affectée l'année passée.

Alors que les frères Iglinskyi avaient tous deux été testés positifs à l'EPO en 2014 et que trois autres coureurs d'Astana avaient également été contrôlés positifs, l'Union cycliste internationale (UCI) avait demandé le retrait de la licence accordée à la formation kazakhe. Mais la commission indépendante de l'instance dirigeante du cyclisme a décidé jeudi 23 avril de ne pas aller dans ce sens, après une audience avec les représentants des différentes parties.

L'UCI était convaincue de sa demande de retrait

Pour avoir une chance de garder son précieux sésame, obtenu début décembre sous conditions, l'équipe dirigée par Alexander Vinokourov a notamment dû s'engager à se soumettre à un audit de l'Institut des sciences du sport de l'Université de Lausanne, chargé de vérifier la responsabilité de l'encadrement dans les récents cas de dopage. Astana devait également observer un strict respect du cahier des charges relatif notamment à la préparation et à la charge de travail des coureurs.

En février dernier, après examen de cet audit, l'UCI s'était déclarée "convaincue" que son contenu justifiait "amplement le fait de porter le cas devant la commission des licences" et de demander une sanction contre Astana. L'UCI avait également motivé sa décision par l'affaire dite de Padoue, une enquête menée par la justice italienne autour du préparateur Michele Ferrari suspendu à vie par l'Agence américaine antidopage (Usada). Les médias italiens avaient évoqué des contacts entre le sulfureux préparateur et des membres de l'équipe Astana, mais pas Nibali.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cyclisme Dopage Tour de France
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants