1. Accueil
  2. Sport
  3. Autres sports
  4. 12e Transat Jacques Vabre : les Imoca en répétition pour le Vendée Globe
2 min de lecture

12e Transat Jacques Vabre : les Imoca en répétition pour le Vendée Globe

REPORTAGE - La grande majorité des vingt Imoca 60 pieds engagés dans cette Transat sera au départ du prochain tour du monde en solitaire.

Les performances des Imoca vont retenir l'attention
Les performances des Imoca vont retenir l'attention
Crédit : Frédéric Veille
Frédéric Veille

Le départ du huitième Vendée Globe sera donné le 6 novembre 2016 en baie des Sables-d'Olonne. Autant dire que c’est demain pour tous ceux qui envisagent de participer ou qui sont déjà inscrits à cette course autour du monde en solitaire et sans escale. Et affirmer qu’en cette fin octobre 2015, la Transat Jacques Vabre ressemble à un galop de répétition pour ce prochain tour du globe n’est pas totalement faux.

Par son parcours d’abord. La descente du Havre à Itajaï, correspond à peu de chose près au début du parcours du Vendée. Par ses bateaux ensuite, puisqu’une grande majorité des vingt inscrits à la "Route du Café" sera l’an prochain sur la cote vendéenne. Par ses skippers enfin : une quinzaine de marins actuellement au Havre a d’ores et déjà surligné en rouge le rendez-vous de l'automne 2016. C'est le cas, entre autres, de Vincent Riou, Jérémie Beyou, Armel Le Cléac'h, Jean-Pierre Dick ou encore Yann Eliès.

Ces marins engagés sur la Jacques Vabre ont donc la ferme intention de bien figurer, mais aussi de roder leur monocoque lors des 5.400 milles à couvrir entre le port normand et la côte sud du Brésil. Une transat qui va aussi permettre de jauger, au large et sur une longue durée, les performances des cinq Imoca de dernière génération, des voiliers équipés de foils, une sorte d’aile profilée et fixée sur le côté de la coque, qui permet d’aller plus vite.

Nous partons un peu dans l'inconnu

Jean-Pierre Dick, skipper de "Saint-Michel-Virbac"

"Nous allons forcément surveiller de près les autres foilers (Banque Populaire, Edmond de Rothschild, St Michel-Virbac et Hugo Boss) pour voir si nos choix vont dans le bon sens, explique ainsi Morgan Lagravière, skipper de "Safran". Mais pour l'heure, aucune certitude et aucun recul sur la fiabilité et le rendement de ses foils. "Nous partons un peu dans l'inconnu. Il faudra donc surveiller aussi les autres concurrents comme 'PRB', 'SMA' ou encore 'Maître CoQ', dont la fiabilité et l'expérience n'est plus à démontrer", ajoute Jean-Pierre Dick, skipper de "Saint-Michel-Virbac".

À lire aussi


Au départ dimanche prochain du Havre et durant toute la descente jusqu’au Brésil, les performances des Imoca retiendront donc l'attention. "Le plateau est exceptionnel cette année", analyse Vincent Riou, vainqueur de la dernière édition. Trente-neuf hommes et une femme, Samatha Davies, seront engagés dans une lutte qui va opposer les anciens voiliers contre les modernes dans cette transat en double qui s'affiche comme le test grandeur nature des nouvelles technologies de la voile, avec des bateaux de plus en plus rapides.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/