8 min de lecture Divertissement

À la rentrée, changement de cap pour "Les petits meurtres d'Agatha Christie"

Après un ultime épisode sous forme de comédie musicale, la série à succès de France 2 changera d'époque et d'acteurs !

A la bonne heure - Stéphane Bern À la Bonne Heure ! Stéphane Bern iTunes RSS
>
Les petits meurtres d'Agatha Christie: Quels changements à la rentrée ? Crédit Image : Caroline Dubois | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
David Buron

Une page se tourne pour les fans des Petits meurtres d'Agatha Christie (et ils sont nombreux !). Emmenée par les comédiens Blandine Bellavoir, Samuel Labarthe et Élodie Frenck depuis 2013, la série change de casting ! Les prochains épisodes, dont les tournages débutent le 29 juin à Lens, se dérouleront dans les années 70 et mettront en scène un nouveau trio incarné par Émilie Gavois-Kahn, Arthur Dupont et Chloé Chaudoye. Un changement de cap qui s'est fait avec l'assentiment total des membres de l'ancienne équipe: "Les acteurs avaient peur de se répéter et moi-même je n'arrivais plus à inventer des choses. On a été très loin avec eux, on a fait 27 épisodes quand même ! Il fallait bien que ça se termine" a expliqué la productrice Sophie Révil au micro de Stéphane Bern.  

Mais que les amoureux du commissaire Swan Laurence, de son assistante Marlène Leroy et de la journaliste Alice Avril se rassurent: les trois personnages seront de retour en septembre pour un ultime épisode sous forme... de comédie musicale ! "Ça sera diffusé à la rentrée sur France 2. Les trois comédiens chantent, dansent... c'est une merveille !" a détaillé Sophie Révil. Sûr que les "accocs" de la série seront au rendez-vous ! 

Le nouveau jeu de Stéphane Bern

Pour vous divertir, toutes générations confondues, l'équipe de l'émission vous propose un nouveau jeu qui vous emmène des rois de France aux rois de la pop, des trésors de nos villages aux trésors de la chanson, du cinéma, de tout ce qui fait le patrimoine... avec des stars que nous prenons chaque jour au téléphone pour débriefer vos réponse !

Quatre nouvelles énigmes au menu ce matin, et quatre chances de gagner des cadeaux ! Pour cela, dès que vous croyez avoir la bonne réponse à l’énigme, envoyez un SMS au 64900 (0,35cts/sms) avec le mot clé "JEU" suivi de votre réponse. Vous passerez peut-être à l’antenne afin de la vérifier avec Stéphane Bern et un invité qualifié.

À lire aussi
Laurent Ruquier dans "Les Grosses Têtes" Les Grosses Têtes
VIDÉO - Les Grosses Têtes rendent hommage à Guy Bedos

Retrouvez Stéphane Bern dans A La Bonne Heure ! du lundi au vendredi de 11h30 à 12h30, sur RTL, pour une émission spéciale confinement.

Énigme n°1

"C’était un gamin du 14ème, vous savez cet arrondissement de Paris dans lequel trône le Lion de Belfort. Et à propos de ce lion, il  disait : « C'est le chef-d’œuvre du quartier ! Le Lion est très laid afin d'éloigner le touriste !  Maintenant on l'a peint en marron, c'est encore plus à chier qu'avant ! On dit toujours que les Vénitiens sont malins par exemple, c'est pas vrai, c'est des cons parce qu'ils ont fait la plus belle ville du monde, ils ont un million et demi de touristes par an ! Ils sont plus chez eux, ils ne peuvent pas vivre ces gens-là, c'est pareil à Rome, c'est pareil à Tolède, c'est pareil partout! »
Oui il avait un vocabulaire à nul autre pareil dont nous profitons encore grâce à ses dialogues et à ses films. Mais qui était-il ? C’est ma question.
"Je suis né de père inconnu et d'une mère extrêmement voyageuse et fugace"…affirmait-il,  en réalité, il n’a pas connu ses parents et même si son enfance n’a pas été malheureuse , il gardera toujours en lui cette blessure de l’abandon. Il y a d’ailleurs une très jolie formule d’Annie Girardot à son égard : «  il a un œil gai et un œil triste » …
Son rêve c’était le vélo. Ma is comment avoir le temps de pédaler tous les jours … A l’époque, c’était simple, il suffisait de devenir livreur de journaux. Ce qu’il fit. Il suivra aussi une formation de soudeur. Pas bête, ça lui permettra pendant la guerre d’échapper au travail obligatoire et à un stage en Allemagne.
Et puis il y a les mots qu’il manie déjà avec dextérité. Il s’essaye au journalisme. C’est l’époque des grands reporters de bistrot, comme Lucien Bodard qui avait la réputation de ne pas quitter les bars d’hotel mais d’écrire des reportages plus vrais et plus vivants que ceux de ses confrères qui arpentaient le terrain. Lui, son premier article, se passait en Chine. Il l’avait écrit au comptoir d’un troquet. Ca lui vaudra d’être renvoyé du canard qui l’employait mais de se faire remarquer par le monde du cinéma.
Ciseleur de mots, prétendant que « la langue de la rue a plus fait pour l'évolution de la langue que la Sorbonne »,il devient dialoguiste « un métier de voleur » prétendait-il … Et voici Gabin, Ventura, Belmondo, Blier qui se mettent à parler sa langue au point qu’on ne les imagine pas jacter autrement …
Il fut le dialoguiste le mieux payé de France et le plus haï par la Nouvelle Vague à qui il le rendait bien affirmant qu’elle était plus « vague que nouvelle » et il passa même à la réalisation. Par ambition ? Pas sûr. Ecoutons le se justifier : « J'ai tellement vu d'imbéciles sur les plateaux de cinéma que cela m'a convaincu de passer à la réalisation »

Allez un dernier mot avant de vous demander le nom de ce réalisateur, scénariste et dialoguiste culte qui aurait eu 100 ans ce mois ci. Ce mot c’est ce qu’il disait des producteurs : « Un producteur conséquent c'est un mec qui roule en Rolls parce que dans le métro il faut payer cash »"

La réponse: Michel Audiart. 
Au téléphone pour en parler avec nous: Le journaliste, spécialiste du cinéma, Philippe Lombard. 

Michel Audiard, le livre petit mais costaud
Michel Audiard, le livre petit mais costaud Crédit : Hugo Image éditions

Énigme n°2

"Chez les Grecs, on honorait Rhea. Rhea c’est la mère de Zeus . A Rome, Matronalia, Matronalia pas besoin d’une agrég de latin pour voir ce que cela veut dire … Les chrétiens ont remplacé toutes ces fêtes païennes par la célébration de la Vierge Marie qui avait cette particularité d’être vierge mais de l’être quand même …
Etre quoi ? C’est justement ce que je vous demande, cette fonction, cet état que l’on va célébrer très bientôt …
En Angleterre, il y avait un dimanche , chaque année qui leur était consacré. Un dimanche qui permettait aux enfants placés dans des familles riches comme domestiques, de ne pas travailler ce jour là et de leur rendre visite.
Napoléon qui aimait beaucoup la sienne avait eu le projet de leur rendre hommage. Mais c’est aux Etats-Unis , après qu’une institutrice, Anne Jarvis, a mené le combat en leur faveur qu’une fête nationale décidée par le Président Wilson en 1914 leur fut pour la première fois dédiée.
La France a tenté à plusieurs reprises de leur rendre hommage. La ville de Lyon les a fêtées dans l’entre deux guerres et c’est sous la présidence de Gaston Doumergue qu’on décide de les célébrer au mois de mai
Finalement, ce sera le régime de Vichy qui l’institutionnalisera telle que nous la connaissons aujourd’hui. C’est même à ce moment là qu’un décret annonce que c’est à l’enfant lui-même de «  décider du geste qu’il accomplira » … Comme disait le Sapeur Camembert, c’était la porte ouverte à toutes les fenêtres.
Comme Vichy, ca n’était pas la République, une loi républicaine cette fois du 24 mai 1950 l’établit en en fixe la date …la plupart du temps au mois de mai sauf si ce jour là était celui de la Pentecôte ce qui n’est pas le cas cette année …

Mais de quelle institution s’agit-il ?"


La réponse: La fête des mères. 
Au téléphone pour en parler avec nous: Élodie Gossuin. 

Miss Maman
Miss Maman Crédit : Éditions de la Martinière

Énigme n°3

"Le parcours de la personnalité dont je voudrais vous faire deviner le nom est tellement riche que toute une émission ne me suffirait pas pour raconter sa vie. Alors prenons quelques éléments du puzzle. Je suis sûr que vous allez réussir à le reconstituer en entier.
Surfeuse pionnière, apothicaire diplômée et, surtout, conteuse hors pair, elle talonne, dans son domaine, le grand Shakespeare et même.. Dieu le père ! Quand on dresse son portrait, difficile de ne pas empiler les superlatifs aussi je préfère me focaliser sur l'un des épisodes les plus mystérieux de son existence…
Dès que vous trouvez le nom de la « coupable », n'hésitez pas à nous écrire au 64900 !
Cette mésaventure assez méconnue débute le 3 décembre 1926. À cette époque notre amie est troublée : elle vient de perdre sa mère et elle sait que son mari la trompe ostensiblement. Ce vendredi soir, donc, elle embrasse sa fille adorée, demande à sa secrétaire d'annuler tous les rendez-vous des prochains jours et s'en va au volant de sa magnifique Morris Cowley. Le lendemain matin, les domestiques constate vite que « Madame » n'est pas revenue dans la nuit : son lit est vide, tout comme le garage. L'inquiétude grandit et vire à l’effroi lorsque l'on retrouve la voiture, vide elle aussi, au bord d'un étang, à seulement quelques kilomètres. Qu'a-t-il bien pu se passer ?

Rapidement la police se met en branle : 1000 agents, aidés de 15 000 bénévoles battent la campagne ! On drague le fameux étang et des aéroplanes survolent la zone (c'est une première!). Comme la personnalité dont je vous parle est déjà connue dans cet entre deux guerrs, les journaux diffusent son portrait et imaginent toutes sortes de scénarios : meurtre, suicide, kidnapping… le suspens dure 12 jours.

Et le 14 décembre suivant, ce n'est pas un enquêteur ni un journaliste qui retrouve la disparue… mais un musicien de jazz ! Un batteur plus précisément, venu jouer dans un hôtel chic et champêtre et qui reconnaît tout de suite celle qui fait la Une de la presse et que tout le monde recherche ! Lorsqu'on l'interroge, la jeune femme semble perdue : elle dit ne se souvenir de rien et accepte de rentrer docilement chez elle. Plus tard, on apprendra que c'est au nom de la maîtresse de son mari qu'elle séjournait dans l'établissement… Tiens, tiens …

Fugue, coup de folie, coup de pub… que s'est-il passé pendant ces 12 jours ? Et bien jamais notre personnalité ne donnera d'explications claires. Après cet épisode troublant, elle divorcera et retournera à l'écriture de ses chers cahiers. Son œuvre n'en sera que plus riche de meurtres, de complots, de poisons, d'amants, de coupables et, bien sûr… de mystères !

Alors, avez-vous trouver le nom de cette grande artiste qui, elle-même, défraya la chronique ?"

La réponse: Agatha Christie. 
Au téléphone pour en parler avec nous: La productrice Sophie Revil, à l'origine de la série Les petits meurtres d'Agatha Christie sur France Télévisions. 

Agatha Christie
Agatha Christie

Énigme n°4

"Vous connaissez Washington Wenworth Sheffield ? Eh bien vous devriez parce qu’avec son fils il a inventé et déposé le brevet le 22 mais 1892, il y a donc 128 ans de quelque chose dont vous vous servez tous les jours, même plusieurs fois par jour … enfin je l’espère.
Jusqu’alors on parlait surtout de poudre et cette poudre se trouvait dans des pots. Qu’est-ce qu’il y avait dans cette poudre ? Ca dépend des époques. Souvent de la girofle, de la cochenille avec un peu de crème de tartre, de sucre et parfois de pierre ponce, et il fallait frotter tout ça au bon endroit pour que ce soit efficace … Frotter en latin, ça se dit fricare … et le mot fricare précédé de l’endroit qu’il faut frotter a donné le nom de cette préparation que, j’espère, vous allez trouver.
Je vous ai parlé de girofle et de cochenille, mais si j’étais remonté aux Egyptiens, je vous aurai cité le sel, le poivre, la menthe et l’iris.
Si je m’étais intéressé au Moyen Age et même d’une période qui va du Moyen âge au 19ème siècle, je vous aurai expliqué que l’urine animale et humaine était très prisée pour ce genre de soins.
Mais c’est au 19ème siècle que cette pâte commence à être commercialisée en pots. On ajouta à sa préparation du fluorure parfois, ou du bicarbonate de soude …
Aujourd’hui on en trouve de toutes sortes et grâce à notre ami Washington Wentworth Sheffield en tubes avec toujours cette question lancinante : on voit bien comment le produit peut en sortir, mais on se demande toujours comment il y est entré, au encore comment on procède pour en avoir à rayures … Bonnes questions …Mais le tout, c’est d’en avoir …

Mais alors quel est ce produit qu’encore une fois, on utilise tous les jours…"



La réponse: Le dentifrice. 
Au téléphone pour en parler avec nous: Frédéric Saldmann.

Le dentifrice
Le dentifrice
L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
Divertissement Stéphane Bern Jeux
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants