3 min de lecture Websérie de l'été

Anne-Cécile Mailfert : "L'image des féministes est en train d'évoluer"

La "GIRL" DU JOUR (14/40) - Avec son engagement et son énergie, l'ex-porte-parole de l'association "Osez le Féminisme" contribue à faire évoluer l'image du féminisme en France, trop souvent dévalorisé.

Anne-Cécile Mailfert est porte-parole de l'association Osez le féminisme
Anne-Cécile Mailfert est porte-parole de l'association Osez le féminisme Crédit : AFP PHOTO / STEPHANE DE SAKUTIN
Charlie Vandekerkhove
Charlie Vandekerkhove
Journaliste RTL

Pendant deux ans et demi, Anne-Cécile Mailfert a été le visage et la voix d'Osez le Féminisme (OLF). Ex-porte-parole et présidente de l'association, elle est aujourd'hui administratrice du collectif féministe. Elle porte, partout où elle passe, les combats de cette association qui milite pour l'égalité hommes-femmes. Droit à l'avortement, lutte contre le harcèlement, le viol ou les inégalités salariales... Osez le Féminisme aborde de nombreux sujets, avec comme credo : dynamisme, humour et patience. "Ce sont les ingrédients d'OLF, parce que même si nous sommes souvent en colère face aux injustices, on peut aussi avoir envie et besoin de rire. Et on pense que faire rire est aussi une arme pédagogique pour convaincre !" explique la jeune femme de 31 ans.

C'est en s'attaquant à une question particulièrement taboue qu'elle fait son entrée dans le féminisme, comme on se découvre une vocation. Le déclic s'est produit lorsqu'elle est au collège. En marge d'un cours sur la sexualité et la reproduction, alors que plusieurs élèves sont appelés à participer, elle choisit d'évoquer la masturbation féminine. Ce choix entraîne aussitôt une vague d'incompréhension et de réactions hostiles : "Cela a provoque un tollé dans ma classe et on m'a mise à l'écart", se souvient Anne-Cécile Mailfert. "Je ne comprenais pas pourquoi, alors que les garçons pouvaient parler de masturbation, le fait qu'une femme en parle soit scandaleux. J'ai compris qu'il n'y avait pas besoin de loi pour empêcher les filles de faire des choses, et que la pression sociale, celle de mes camarades par exemple, venait perpétuer ces logiques sexistes."

La seule manière de combattre, c'est en groupe.

Anne-Cécile Mailfert
Partager la citation

Cette anecdote, qu'elle raconte volontiers, lui fait comprendre l'importance du "nous", qu'elle emploie aujourd'hui plus souvent que le "je". "J'ai compris que la seule manière de la combattre, c'était que les femmes soient solidaires et agissent ensemble, en groupe", explique-t-elle. 

Quelques années plus tard, elle s'engage dans une association de soutien aux prostituées, puis à Osez le féminisme. Anne-Cécile Mailfert est par ailleurs directrice du plaidoyer au Mouvement des Entrepreneurs Sociaux. Elle vit son militantisme à toute heure mais en parallèle de sa vie professionnelle. Fille de profs, elle se dit issue d'un milieu privilégié et combat les injustices où qu'elles soient. 

"Take Back The Metro"

À lire aussi
Quelle "Girl" êtes-vous ? Amour-amitié
TEST - Quelle "Girl" êtes-vous ?

Au sein d'Osez le Féminisme, elle se bat pour l'abolition de la prostitution, mais aussi pour faire parler du plaisir féminin - encore lui - avec une campagne d'affichage intitulée Osez le clito. Plus récemment, l'association a organisé "Take Back The Metro", une campagne de sensibilisation contre le harcèlement dans les transports en commun. Pour l'occasion, les militantes ont détourné les affiches présentes dans les rames du métro parisien en y intégrant leur message.

Avant l'entrée de Geneviève De Gaulle Anthonioz et de Germaine Tillion au Panthéon, Anne-Cécile Mailfert manifestait, avec d'autres militantes, devant le monument pour dénoncer le trop petit nombre de femmes panthéonisées (quatre aujourd'hui).

Osez le Féminisme a aussi alerté l'opinion publique sur la fresque peinte dans la salle de garde d'un hôpital, qui mettait en scène plusieurs super-héros dans ce que les médecins appelaient "une orgie" et l'association "un viol collectif". Cette dénonciation a valu à Anne-Cécile Mailfert une pluie de menaces et d'appels malveillants, qui l'ont poussée à porter plainte contre X en janvier dernier.

Celle à qui l'on donne souvent l'étiquette de "militante moderne" se bat aussi contre les nombreux préjugés qui sont associés au féminisme. "Poilues, mal baisées, hystériques, vieilles... Il est plus facile d'attaquer sur nos personnes que d'écouter nos arguments", juge la jeune femme. Aujourd'hui, elle considère que les choses avancent dans ce domaine : "L'image des féministes est en train d'évoluer. On est de plus en plus nombreuses, remarque-t-elle. Que des personnalités comme Emma Watson ou Beyoncé se proclament féministes, ça aide aussi à couper l'herbe sous le pied de ces détracteurs."

Tous les jours, pendant les vacances, retrouvez l'une des 40 Filles à suivre. Une série de portraits de jeunes artistes, blogueuses, journalistes ou mannequins engagées et qui nous inspirent.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Websérie de l'été Société Portraits
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants