4 min de lecture Sexe

9 choses que vous ignorez sur le sexe féminin

Saviez-vous que l'hymen est dépourvu de vaisseaux sanguins et donc ne peut pas vraiment saigner ? Ou que la plus grande partie du clitoris est cachée ? Voici quelques vérités souvent ignorées sur le sexe féminin.

9 choses que vous ignorez sur le sexe féminin
9 choses que vous ignorez sur le sexe féminin Crédit : iStock
Charlie Vandekerkhove
Charlie Vandekerkhove
Journaliste RTL

Vous êtes plutôt vaginale ou clitoridienne ? Si cette question revient souvent dans les articles et tests sur la sexualité, elle n'est pas si pertinente que ça. Le fameux mythe des deux types d'orgasmes ne tient pas la route, quand on sait que la jouissance est provoquée par le seul clitoris, qui peut être stimulé de façon externe ou interne (par le vagin). Outre les imprécisions de vocabulaire, comme ici, le sexe féminin est encore entouré d'incompréhensions, de raccourcis, voire de mythes. Voici une sélection de neuf vérités que vous ignorez peut-être sur le sexe féminin.

1. La vérité sur l'hymen

Au cœur de tous les fantasmes qui entourent la "virginité", l'hymen est le sujet de nombreuses confusions. Tout d'abord, il faut savoir qu'il n'est pas synonyme de virginité. Il peut se rompre ou se déchirer en pratiquant une activité sportive et surtout, il peut présenter différentes formes, selon les individus, comme l'explique très bien sur son site le Docteur Aly Abbara, chef du service Gynécologie Obstétrique au Centre hospitalier de Longjumeau. L'hymen peut parfois rester présent tout au long de la vie et peut aussi ne jamais exister : une femme sur cinq naît sans hymen. 

Autre erreur commune à propos de l'hymen : il ne peut pas vraiment saigner, à proprement parler, ni faire mal en se modifiant. Il est constitué d'un "tissu souple, dénué de fibres sensitives et de vaisseaux sanguins - et donc peu susceptible de saigner", comme l'explique Martin Winckler, médecin et romancier, auteur du Chœur des femmes.

2. Les femmes aussi peuvent éjaculer, avec ou sans orgasme

L'éjaculation féminine, aussi appelée "Squirting" en anglais (et dans l'industrie de la pornographie) est accessible à toutes les femmes. Elle peut se produire accompagnée d'un orgasme ou sans jouissance. Comme l'explique Diane Saint-Réquier sur son blog Sexy Soucis, le liquide expulsé pendant l'éjaculation passe par l'urètre et provient des glandes urétrales, qui se trouvent dans la paroi antérieure du vagin (sous le nombril, pour schématiser). Le liquide en question "est composé de glucose, fructose et phosphate acide prostatique (comme le sperme mais sans les spermatozoïdes)".

3. Il existe une technique pour provoquer l'éjaculation féminine

À lire aussi
Qu'emporter avec soi cet été ? Sexo
Sexe : 7 accessoires coquins à glisser dans sa valise de l'été

Il est possible d'apprendre une technique qui permet de provoquer l'éjaculation féminine à coup sûr. Décrite en détails dans le Guide tabou du Point G et de l'éjaculation féminine, de la journaliste américaine Deborah Sundahl, spécialiste de la question, elle consiste à stimuler le point G de l'intérieur, depuis le vagin, en faisant progressivement pression dessus et avec des mouvements de va-et-vient.

4. Le clitoris mesure en moyenne une dizaine de centimètres au total

Le clitoris est une sorte d'iceberg. Seule sa partie extérieure est visible (elle mesure un ou quelques centimètres en moyenne) mais sa partie interne, elle, est beaucoup plus importante. En tout, le clitoris mesure en moyenne une dizaine de centimètres, la taille pouvant varier d'une personne à l'autre, comme pour les petites lèvres (plus ou moins courtes, et dépassant plus ou moins). Le clitoris est un organe érectile (il se gonfle de sang avec l'excitation) qui contient plus de 8.000 terminaisons nerveuses. Les petites lèvres, aussi appelées nymphes, sont elles aussi très innervées, donc très sensibles. Ces découvertes ont été permises grâce au Docteur Odile Buisson, une gynécologue française qui réalise en 2008 la première échographie du clitoris, ce qui confirmera aussi l'existence du point G.

5. Le clitoris a un frein, lui aussi

Le frein du clitoris est une fine membrane qui relie l'extrémité des petites lèvres au gland du clitoris. C'est la partie par laquelle le clitoris est "attaché" aux petites lèvres. Sa taille peut varier d'une femme à l'autre, et dépendre de la taille des lèvres.

6. Parlons de taille, mais celle du vagin

Le vagin est un organe élastique dont la taille peut varier mais qui mesure en moyenne 8 centimètres de longueur. Avec l'excitation, sa taille peut augmenter de 50% et atteindre ainsi environ 12 centimètres. Quant à sa largueur, elle est quasi-nulle au repos, les parois pouvant alors se toucher, et peut atteindre 10 centimètres au moment de l'accouchement notamment. Le vagin n'est pas un muscle en soi, mais il est possible de se muscler le périnée, trop peu souvent sollicité. Cela peut contribuer à améliorer les sensations pendant les rapports sexuels et les orgasmes.

7. La cyprine, cette inconnue

Certain(e)s ignorent encore comment s'appelle le liquide secrété par les femmes quand elles sont excitées. Il s'agit de la cyprine ! C'est un liquide produit par les glandes de Bartholin, situées de chaque côté de la vulve, et toujours présente en petite quantité. Pendant les moments d'excitation, elle est produite en plus grande quantité, pour faciliter les rapports sexuels. Si elle est en général translucide, la couleur, l'odeur et le goût de la cyprine peuvent varier selon les individus et le niveau d'excitation.

8. Pendant les règles, l'excitation peut stopper l'afflux sanguin

Si vous êtes adepte de l'amour pendant les règles, vous l'aurez peut-être remarqué : dans les moments d'excitation, le flux semble s'interrompre. Ce n'est pas qu'une impression. Le sang peut s'arrêter de couler pendant un rapport sexuel car les vaisseaux sanguins se resserrent, et le sang est sollicité par les lèvres, le clitoris et tous les corps érectiles qui entourent le vagin au moment de l'excitation, au détriment de la muqueuse utérine.

9. On estime qu'une personne sur 2000 naît intersexuée

D'après une enquête réalisée par M, le magazine du Monde sur les personnes intersexuées, on estime qu'une personne sur 2000 naît intersexe (quand les organes génitaux sont difficiles ou impossibles à identifier). Ces chiffres tiennent compte de la discordance entre les gonades (testicules ou ovaires) et les chromosomes (XX ou XY). Il s'élève à une personne sur 500 si on élargit à toutes les variations du développement sexuel qui peuvent apparaître chez un individu à la naissance. Selon l'Organisation internationale des intersexués, 4% de la population serait même concernés.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sexe Amour-amitié
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants