4 min de lecture L'Heure du Jazz

Sarah Vaughan et Wardell Gray dans l'Heure du Jazz

REPLAY -Une pépite, Sarah Vaughan au Rosy's de la Nouvelle Orléans, et Wardell Gray est des grands saxos des années 40, 50

Jean-Yves Chaperon Jazz à Juan Jean-Yves Chaperon
>
L'heure du Jazz du 15 mai 2016 Crédit Média : Jean-Yves Chaperon | Durée : | Date : La page de l'émission
Jean-Yves Chaperon et Claude Szigeti

Chaque fois qu’on découvre un disque de Sarah Vaughan, on se demande si elle n’était pas tout simplement la plus grande de toutes les chanteuses de jazz !  Cette fantaisie, ce swing, cette technique vocale, ce feeling ! On dira que « Sassy » figure dans le triangle majeur avec Ella et Billie, toutes finalement trop différentes pour être départagées. Ce qui n’aurait d’ailleurs aucun sens. 
Le 31 mai 1978, Sarah Vaughan était à l’affiche du club de la Nouvelle Orléans « Rosy’s », très en vogue à l’époque, et qui a disparu aujourd’hui. Elle se trouvait alors au sommet de sa popularité, enregistrait les disques comme on empile les perles, avec grand orchestre, avec violons, et avec les plus grands arrangeurs et producteurs. Mais ce soir-là, « La Divine » ( autre surnom) se présente sur scène, entourée seulement de son trio. Dans la simplicité, Sarah Vaughan est plus grande encore ! Cette musique avait été enregistrée pour être diffusée sur une radio américaine, mais jamais publiée sur disque. Voici un double CD miraculeux qui restitue la totalité du set de Sarah au « Rosy’s Jazz Club », et que l’on découvre ce soir dans l’Heure du Jazz !  

Puisqu’on en est aux grands classiques, et pour rester dans cette même période de la fin des années 70, j’ai choisi aussi le quintet VSOP, monument du jazz, emmené par Herbie Hancock, avec Wayne Shorter au saxophone, Ron Carter à la contrebasse, Tony Williams à la batterie, et Freddie Hubbard à la trompette, sur lequel  pèse la responsabilité écrasante de remplacer Miles Davis dans ce groupe qu’il dirigea un peu plus de 10 ans auparavant. Mais comme ces musiciens sont aussi très intelligents, ils ne s’aventurent surtout pas à jouer le même genre de musique que lorsqu’ils étaient avec Miles. 
Et le résultat est faramineux. En 10 ans, Tony Williams a pris encore une envergure et une assurance supplémentaire. Dans ce thème de « Skagly », il est prodigieux !
Pendant ce temps, Miles, au secret, préparait son retour !

Puisqu’on en parle, à découvrir aussi parmi les nouveautés du moment ce disque un peu étrange du pianiste de Robert Glasper, inspiré par Miles. On y trouve des collages, avec la voix de Miles ou sa trompette, et les compositions de Glasper, sur lesquelles il a invité quelques chanteuses et chanteurs, ou encore Stevie Wonder qui joue de l’harmonica que ce « Right On Brotha »… 

Parmi les autres nouveautés qui marquent ce printemps, j’ai voulu sélectionner encore pour vous le nouvel album de Gregory Porter, déjà effleuré dimanche dernier, et qui révèle une grande richesse. 

À lire aussi
Jean-Yves Chaperon L'Heure du Jazz
Jacky Terrasson et Stéphane Belmondo

Wardell Gray a été durant les années 40 et début des années 50 un des plus illustres saxophonistes ténor. Il avait tout pour lui : un talent phénoménal, une réelle élégance, pour ne pas dire du charme. Il était grand, mince, souriant, cultivé, et… clean ! Ceux qui l’ont approché racontaient en effet qu’il était un des rares musiciens de l’époque à l’écart de la drogue. Musicalement, Wardell Gray était aussi à l’aise à New-York avec les boppers de sa génération, comme Charlie Parker, Fats Navarro ou Tadd Dameron, qu’à Los Angeles avec les figures du jazz West-Coast naissant. Il a joué avec Benny Goodman, Count Basie… Et puis un matin, dans le désert du Nevada, près de Las Vegas, on a retrouvé le corps de Wardell Gray sur le bord d’une route… Il avait 35 ans. Comment est-il mort ? Meurtre ? Crime raciste ? Overdose, car il se dit que la drogue avait fini par rejoindre Wardell Gray dans les dernières semaines de sa vie… 60 ans plus tard, on ne sait toujours pas. Dans L’Heure du Jazz, ce soir, souvenir de Wardell Gray. 

sarah vaughan live at rosy
sarah vaughan live at rosy Crédit : Resonance Records



Fin de week-end rythmée le dimanche sur RTL. C’est un voyage à la rencontre du jazz que Jean-Yves Chaperon nous propose. De ses racines à l’électro, en passant par le blues, le funk ou les sonorités brésiliennes, on découvre le jazz dans tous ses états, de 23h à minuit.

La playlist de l'émission

Sarah Vaughan. « Like Someone in Love »
 VSOP. « Skagly »
Ana Popovic. « Love You Tonight »
 Wardell Gray. « Jackie »
 Wardell Gray. « The Jeep Is Jumping »
 Wardell Gray. « Little Pony »
 Gregory Porter. « Consequence of Love »
 Robert Glasper. « Right On Brotha »
 Hazmat Modine. « Arcadia »
 Eliane Elias. « Save Your Love »
 Gregory Porter. « Insanity »       
  

Avec notre partenaire Jazz News

Jazz News n°51 mai 2016
Jazz News n°51 mai 2016

L'actualité du jazz sélectionnée par Jean-Yves Chaperon et notre partenaire, Jazz News, dont le nouveau numéro est disponible en kiosque et sur son application Ipad avec un sommaire interactif,  plus de 80 extraits de musique, des diaporamas sonorisés, des séquences vidéos, des partages sur les réseaux sociaux.

L'équipe de l'émission vous recommande

 

Lire la suite
L'Heure du Jazz Jazz Musique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants