3 min de lecture Laissez-vous tenter

"Pour moi, le corps ne ment pas", explique la chorégraphe Marion Motin

REPLAY - Entretien avec la chorégraphe française qui fait danser Stromae, Christine And The Queens et Madonna.

Laissez-vous tenter Laissez-vous tenter Yves Calvi & Le Service Culture iTunes RSS
>
"Pour moi, le corps ne ment pas", explique la chorégraphe Marion Motin Crédit Image : JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP | Crédit Média : Steven Bellery | Durée : | Date : La page de l'émission
Steven Bellery
Steven Bellery
et Charlie Vandekerkhove

C'est une chorégraphe qui monte. Elle fait danser Stromae, Christine and The Queens et la troupe de Résiste. Elle s'appelle Marion Motin. Dans Résiste, son travail tutoie l'excellence. Un véritable "bordel organisé". Personne ne danse de la même manière. C'est d'une modernité épatante. Pour Marion Motin - née en 1981 - en Normandie, tout a commencé sur une banquette arrière. "Ma découverte de la danse est passée par la musique", explique la chorégraphe à RTL. "Pendant les allers-retours en voiture, j'écoutais Off The Wall, la cassette de Mickael Jackson. J'ai ce souvenir de danser à l'arrière de la voiture. Quand j'écoutais de la musique j'avais du mal à ne pas réagir avec mon corps." 

Marion Motin vit "dans son monde" selon ses mots. Alors qu'elle était installée à Paris, sa mère l'a inscrite - avec sa sœur - à un cours de danse. "J'avais trois ans, c'était de l'éveil corporel, on a suivi par le classique. j'ai ensuite bifurqué vers le contemporain et le hip-hop", raconte la jeune femme. Avec le classique, je m'emmerdais, déjà j'étais trop ronde alors je devais mettre une ceinture autour de mon ventre. Je n'avais pas assez d'espace pour vivre avec ma corporalité, avec ma morphologie dans le classique." Et sa sœur, avec qui elle était en cours de danse, n'est autre que la dessinatrice Margaux Motin. 

Battles de hip-hop dans la rue

Le classique ennuie Marion Motin, le contemporain un peu moins. C'est dans le hip-hop qu'elle va s'épanouir... Et surtout loin des parquets cirés. "J'ai commencé dans les centres commerciaux, à Italie 2. Je peux être qui je suis, écouter de la musique, avoir sa bande, son gang."

C'est donc dans la rue que la danseuse Marion Morin devient chorégraphe. Marion Morin veut surpasser les garçons dans les battles, ces défis hip-hop entre danseurs. Travailleuse, exigeante. Elle comprend que l'originalité n'est pas dans les gestes mais dans l'esprit. En 2001, elle décroche un rôle dans Le défi, le film de Blanca Li. Termine des études de psychologie. Puis danse pour des chanteurs comme Matt Pokora. Recrutée pour les films Street dance, elle est convoquée à une audition. Et intègre la tournée MDNA de Madonna !
 "Ce que j'ai beaucoup appris avec Madonna, ce n'est pas en termes artistiques, mais surtout en termes de rigueur, de voir à quel point tous les corps de métier sont indispensables. ce n'était pas facile tous les jours mais c'était incroyable", se souvient la chorégraphe. 

Il n'y a rien de plus de beau que quelqu'un qui accepte qui il est, son corps.

Marion Motin, chorégraphe
Partager la citation
À lire aussi
Extrait du film "Les misérables" de Ladj Ly Cinéma
"Les Misérables" : "Mon film laisse de l'espoir", assure Ladj Ly

Marion Motin s'amuse avec sa compagnie. Affine son style. En 2013, elle rencontre Stromae. Le belge la veut pour son clip. "Il est cool, hyper simple. Il m'explique ce qu'il veut et ça me parle, car il ne voulait pas de chorégraphie derrière lui non justifiée. On a fait Papaoutai. Corporellement, il était déjà en place, sa personnalité elle est là, moi je n'ai rien fait de plus." Le clip cumule aujourd'hui 308 millions de vues.

Elle est très humble, même timide parfois. Elle dit "créer avec le corps". Parle de la danse comme d'un "besoin vital" dans son quotidien et fait des clips pour Christine And The Queens.Un travail qui tape dans l’œil de France Gall. La chanteuse l'embauche pour Résiste en 20 secondes. Au fait, c'est quoi le style Marion Motin ?
"Pour moi, un corps ne ment pas. Si il fait semblant d'être ce qu'il n'est pas, on va le voir. Un truc ne passe pas, tu n'es pas vrai, pas vraiment ce que tu es. Il n'y a rien de plus de beau que quelqu'un qui accepte qui il est, son corps, et qui y va, à 100%."

Retenez son nom : Marion Motin, chorégraphe du lâcher-prise magnifié. La suite pour elle ? Un spectacle en solo. Pour se mettre en danger, et avancer. "Le plus important pour moi, conclut Marion Motin, c'est que les danseurs qui sont sur scène s'éclatent."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Laissez-vous tenter Musique Madonna
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants