1. Accueil
  2. Culture
  3. Musique
  4. "Mozart ou Bach ne se dirigent pas comme Bartok ou Debussy", explique Jean-Claude Casadesus
2 min de lecture

"Mozart ou Bach ne se dirigent pas comme Bartok ou Debussy", explique Jean-Claude Casadesus

REPLAY - Rencontre avec le chef d'orchestre, qui dirige l'Orchestre national de Lille depuis 40 ans et fêtera ses 80 ans le 7 décembre prochain.

"Mozart ou Bach ne se dirigent pas comme Bartok ou Debussy", explique Jean-Claude Casadesus
"Mozart ou Bach ne se dirigent pas comme Bartok ou Debussy", explique Jean-Claude Casadesus
Crédit : DENIS CHARLET / AFP
Rencontre avec le grand chef d'orchestre Jean-Claude Casadesus
03:30
Charlotte Latour & Charlie Vandekerkhove

Il aura 80 ans le 7 décembre. Rencontre avec le chef d'orchestre Jean-Claude Casadesus chez lui, à Monmartre. Il vit dans le même immeuble que sa maman, la comédienne Gisèle Casadesus, et tous deux ont une généalogie incroyable. Depuis 1850, deux descendants seulement n'ont pas opté pour une carrière artistique. "Mon arrière grand-père était un passionné de musique, il a fait plein d'enfants et a décidé que tous ses enfants seraient musiciens", raconte le chef d'orchestre. Il les réveillait la nuit, leur demandait 'qu'est-ce que c'est que cette note' et pauvres gamins répondaient 'euh, si bémol', non 'un la', et pan, une claque. Il leur a donné l'oreille absolue. Ils ont fait un orchestre. Mon grand-père m'a mis un violon dans les mains quand j'avais 4 ans et demi, et ils ont décrété, parce que je battais à peu près en mesure, que je serais sûrement chef d'orchestre", poursuit Jean-Claude Casadesus.

Il a pris la tête de l'Orchestre national de Lille il y a 40 ans, en 75 ! Il n'a plus quitté Lille depuis, et a même beaucoup fait pour le rayonnement de la musique dans cette région du Nord Pas-de-Calais où l'industrie a longtemps eu le pas sur la culture. La ville bénéficie d'une nouvelle salle de concert depuis 3 ans, le Nouveau Siècle. Excellente acoustique, dont notre chef est très fier et où réside la centaine de musiciens de l'Orchestre National de Lille.

Pierre Boulez et Montserrat Caballe

Jean-Claude Casadesus est percussionniste de formation et la première fois qu'il s'est retrouvé dans une fosse pour diriger en public, c'était en 65 au Châtelet : dans une comédie musicale d'Aznavour, Monsieur Carnaval. Il a ensuite très vite travaillé aux côtés d'un autre maestro, Pierre Boulez, ou de grandes voix comme Montserrat Caballe, Jessye Norman et Ruggero Raimondi.
"La première qualité d'un musicien, c'est la conscience rythmique, ensuite c'est le phrasé, la justesse, et c'est l'art de mettre ensemble et de réunir les écoutes. Mozart ou Bach ne se dirigent pas comme Bartok ou Debussy, mais l'unité organique qu'un artiste doit trouver dans une oeuvre est la même partout, c'est-à-dire la vie, le rythme."

A 80 ans, et alors qu'on lui en donnerait facilement 20 de moins, il cède petit à petit la main à son successeur mais il reste très présent et organise une série de concerts pour ce bel anniversaire. Vous pourrez le retrouver le 4 décembre à Marseille puis du 16 au 22 à Lille. "Vieillir c'est ne plus avoir de désir, donc il faut cultiver le désir et j'en ai encore beaucoup", confie le chef d'orchestre.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/