1. Accueil
  2. Culture
  3. Musique
  4. Madonna : les artistes qui ont forgé sa carrière
4 min de lecture

Madonna : les artistes qui ont forgé sa carrière

Avec son nouvel album "Rebel Heart", en vente le 9 mars, Madonna signe une nouvelle collaboration avec le DJ Diplo et du Suédois Avicii. La chanteuse a toujours su s'entourer des meilleurs pour chacun de ses disques.

Madonna sur la scène des Grammy Awards à Los Angeles en janvier 2014
Madonna sur la scène des Grammy Awards à Los Angeles en janvier 2014
Crédit : KEVORK DJANSEZIAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Mathilde Cesbron
Mathilde Cesbron

Pour son 13ème album studio, Madonna a fait appel à un nouveau cru de collaborateurs. La liste des 19 chansons de Rebel Heart a été révélée par la reine de la Pop et sont signées Diplo, Avicii, 
ou encore Carl Falk (le compositeur des One Direction, ndlr). La chanteuse prévoit également des duos avec Mike Tyson, Nicki Minaj et Nas sur son disque à paraître le 9 mars.

Dans sa carrière, Madonna a toujours choisi ses collaborateurs avec soin. Cet entourage professionnel lui a permis de marquer la tendance sur presque chaque disque et de traverser les décennies tout en conservant son titre de reine de la pop. Retour sur 30 ans de collaboration.

Des débuts signés Nile Rodgers

En 1984, Madonna souhaitait produire elle-même son deuxième album studio. Pour Warner Music, il en était hors de question. Le studio a donc attribué cette tâche à Nile Rodgers, maître du Disco, auteur du célèbre Let's Dance de David Bowie. La jeune chanteuse ne pouvait tomber sur meilleur Pygmalion. Il lui concocte un album, Like a Virgin, qui mélange pop, disco et funk. Les chansons, fortement imprégnées de synthpop (la new wave en français, ndlr), connaissent un succès commercial. Nile Rodgers a eu une grande influence sur la personnalité artistique de Madonna. 

Elle devient reine de la Pop avec Patrick Leonard

C'est un homme de l'ombre, un musicien de studio, qui lui permet de coiffer la couronne de reine de la pop. Patrick Leonard a produit les plus grands tubes du troisième album de Madonna, True Blue (1986). Live to Tell, Open Your Heart, La Isla Bonita et Like a Prayer (issu du disque éponyme de 1989) sont tous co-signés Leonard et Madonna qui garde toujours le contrôle de sa production. Grâce au musicien, la jeune chanteuse amorce un virage plus pop et moins disco. Son timbre est plus grave tout comme l'atmosphère de ses chansons (les textes balaient les thèmes de l'amour, de la liberté, des déceptions, et des problèmes sociaux). Avec Patrick Leonard, Madonna conquiert un public plus âgé mais aussi la critique qui n'avait pas été convaincue par Like a Virgin

William Orbit lui permet de passer le cap des années 1990

À écouter aussi

Les années 1990 marque l'avènement des ado-stars. Britney Spears et Christina Aguilera cartonnent, tandis que Madonna s'essouffle. La chanteuse de 40 ans ne peut pas jouer dans la même cour que ses concurrentes de 16 ans. Après deux albums au succès mitigé (Erotica et Bedtime Stories), elle trouve un nouveau souffle auprès de William Orbit qui lui produit Ray of Light (1998). Pour l'anecdote, ce spécialiste de la musique électronique a travaillé sur l'album Pop Satori d'Étienne Daho (1986), avant de collaborer avec Madonna. Tandis que ses consœurs font de la pop doucereuse, la chanteuse signe un disque électro dance et s'interroge sur la vie, la mort, l'amour dans ses textes. L'album avant-gardiste s'écoule à 18 millions d'exemplaires et remporte 4 Grammy awards.

Mirwais ancre Madonna dans l'an 2000

Le son de Madonna prend une tournure plus expérimentale grâce à Mirwais. En écoutant une musique de l'artiste français, fondateur de Taxi Girl, la chanteuse s'exclame : "Oh mon Dieu, c'est exactement ce que je veux". Mirwais appose alors son style new wave- disco-funk sur le 8ème album de la chanteuse, Music. Le disque sonne plus électro que le précédent, Ray of Light mais aussi plus nerveux et funky. Music contient même une pointe de country futuriste. L'album détonne dans le paysage musical des années 2000 et confirme le profile avant-gardiste de Madonna qui est allée chercher un musicien quasi-inconnu pour créer une pépite musicale. La collaboration marche si bien que la chanteuse fait de nouveau appel au Français sur American Life mais le succès ne sera pas au rendez-vous.

Retour au commercial avec Stuart Price et les Neptunes

Spécialiste de l'électro, l'Anglais Stuart Price (qui se fait appeler Jacques Lu Cont) ramène Madonna vers une pop commerciale. À 50 ans, elle ressent la concurrence de ses jeunes consœurs. Confession on a Dancefloor se vend moins bien que les précédents (9 millions d'exemplaires écoulés). Même chose pour Hard Candy (2008). Madonna fait appel au Neptunes et à Timbaland pour ce nouveau disque. Pour la première fois, la chanteuse semble avoir un temps de retard sur ses consœurs qui ont déjà collaboré avec ce talentueux trio depuis le début des années 2000 (Britney Spears en 2003). Les titres sont entraînants mais "sans vie", note la critique américaine. 

Le duo Madonna/Martin Solveig à l'assaut des dance-floors

En 2012, Madonna est de retour au bras d'un frenchie, 10 ans après sa collaboration avec Mirwais. Martin Solveig est appelé à rejoindre ses rangs pour produire son 12ème album, MDNA. C'est en entendant Hello et Boys and Girls que la chanteuse décide de contacter le DJ. "Elle m'a dit : "On sent que c'est quelque chose de différent de ce que l'on entend actuellement"", rapportait Martin Solveig au Parisien. Il signe le puissant I Don't Give A où Madonna évoque son divorce tout frais avec Guy Richie. Mais les plus beaux titres de MDNA, Falling Free et Masterpiece, sont signés William Orbit, encore et toujours. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/