3 min de lecture Johnny Hallyday

Johnny Hallyday considère sa vie comme "un long tunnel de souffrances"

CONFESSIONS - Le rockeur a donné une longue interview à "Télérama" dans son édition du mercredi 29 octobre. Il se livre sur son enfance difficile, passée dans l'ombre d'un père "alcoolique".

Johnny Hallyday en concert à Bordeaux le 2 juin 2013.
Johnny Hallyday en concert à Bordeaux le 2 juin 2013. Crédit : AFP / Archives, Nicolas Tucat
Mathilde Cesbron
Mathilde Cesbron
Journaliste RTL

"Être Johnny Hallyday, c'est un métier", confie le rockeur à Télérama dans son édition du 29 octobre. À 71 ans, "être Johnny Hallyday" n'a jamais été aussi intense. Le chanteur s'apprête à sortir un nouvel album, Rester vivant (17 novembre), applaudi par la critique. 

Il s'installe à Bercy du 5 au 10 novembre avec ses vieux copains Jacques Dutronc et Eddy Mitchell, avant de se lancer dans une gigantesque tournée. Entre tous ces projets, Johnny compte également prendre le temps pour un film et n'exclut pas un nouvel album "d'ici deux ou trois ans", comme il l'a confié à RTL.fr.

>
Johnny Hallyday - Seul - Le Grand Show

Porté par cette actualité brûlante, le chanteur fait la une du magazine français Téléréma à qui il s'est livré en profondeur depuis Los Angeles sur son enfance, sa sortie du coma en 2009 et ses frasques avec Jacques Brel. 

Son accident en 2009 a changé sa façon de faire de la musique

Son hospitalisation en 2009 a été une épreuve. À sa sortie du coma, le chanteur a "fait le ménage dans son entourage" et a décidé d'abandonner la musique "commerciale" pour faire ce qu'il aime depuis toujours : "Le rock".

Longtemps, surtout chez Universal, j'ai été poussé à faire des disques dont la seule finalité était le potentiel commercial. Ça m'a moralement anéanti

Johnny Hallyday
Partager la citation
À lire aussi
Carla Bruni, le 15 mai 2019 à Cannes People
Exhumation de Johnny Hallyday : Carla Bruni vole au secours de Laura Smet

"Longtemps, surtout chez Universal, j'ai été poussé à faire des disques dont la seule finalité était le potentiel commercial. Ça m'a moralement anéanti. Je ne veux pas être catalogué chanteur de variétés. C’est tout ce que je ne suis pas. À mon âge, j’ai décidé de revenir à ce que j’aime depuis toujours : le rock. Fini les compromis. C’est le seul moyen d’être heureux. Rien de cela n’était clair dans ma tête jusqu’à mon accident, il y a cinq ans. J’ai passé trois semaines dans le coma. A mon réveil, quelque chose a basculé. Et j’ai fait le ménage dans mon entourage. J’ai toujours un doute sur tous ces gens qui gravitent autour de moi."

Don Was, musicien américain de renom, producteur des derniers albums des Rolling Stone, lui a permis ce retour aux sources avec Rester Vivant. "Il m'a apporté l'envie de refaire la musique que j'aimais, celle qui m'a donné envie de faire ce métier. C'est très californien ce que l'on a fait", a-t-il récemment déclaré à RTL.fr.

Son père, le drame de son enfance

Jean-Philippe Smet, de son vrai nom, a été abandonné par ses parents. Élevé par sa tante Hélène et ses cousine Menen et Desta, il a connu quelques drames dans son enfance. Sa cousine Menen a fui avec un chorégraphe noir dans les années 1950 et "s’est suicidée, parce que c’était mal vu. Je n’ai jamais compris le racisme", raconte Johnny Hallyday à Télérama

Le manque de père a hanté ma vie

Johnny Hallyday
Partager la citation

Son père s'est révélé être une source de traumatisme. "De lui, je n’ai connu que les pires aspects. L’abandon petit, puis les factures ou les frais d’hôpitaux à régler, la déchéance. On le trouvait ivre mort, écroulé au milieu de la rue. C’était dur, douloureux de n’avoir que ça de lui. Le manque de père a hanté ma vie", a confié Johnny Hallyday. Et d'ajouter : "Ma vie a été un tunnel de souffrances où je ne me sentais pas toujours en accord avec moi-même, vivant au jour le jour, tenaillé par la peur du lendemain".

Au bordel avec Jacques Brel

Dans les années 1970, le chanteur belge Jacques Brel pilotait un petit avion avec lequel il venait chercher Johnny pour de folles soirées, comme il le raconte au magazine français. "Il me réveillait pour m’emmener déjeuner puis me ramenait au spectacle (Johnny Hallyday était alors en tournée, ndlr), attendait la fin pour m’embarquer à nouveau, cette fois dans un bordel. Il ne touchait jamais aux filles, mais, dans tous les bordels de France, les filles connaissaient bien Jacques. Il leur offrait le champagne, buvait avec elles. Ensuite, de retour à l’hôtel, on sifflait des bières. Jusqu’à ce que, écroulé de fatigue, j’aille me coucher."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Johnny Hallyday Musique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7775065170
Johnny Hallyday considère sa vie comme "un long tunnel de souffrances"
Johnny Hallyday considère sa vie comme "un long tunnel de souffrances"
CONFESSIONS - Le rockeur a donné une longue interview à "Télérama" dans son édition du mercredi 29 octobre. Il se livre sur son enfance difficile, passée dans l'ombre d'un père "alcoolique".
https://www.rtl.fr/culture/musique/johnny-hallyday-considere-sa-vie-comme-un-long-tunnel-de-souffrances-7775065170
2014-10-29 12:33:21
https://cdn-media.rtl.fr/cache/yI6i5ESxiOjyxbSj_j-wgw/330v220-2/online/image/2013/1216/7767943943_johnny-hallyday-ici-a-bordeaux-le-2-juin-2013-a-du-annuler-sa-mini-tournee-en-asie.jpg