3 min de lecture L'heure du jazz

Horace Silver est mort

Horace Silver est vraiment mort ! Et on est vraiment triste de voir partir un homme si joyeux !

Horace Silver
Horace Silver
Jean-Yves Chaperon
Visuel album d'Horace Silver
Visuel album d'Horace Silver

Cette fois, malheureusement, c’est vrai.

Il y a 6 mois, de grands médias du monde entier avaient annoncé par erreur la mort du pianiste, compositeur et chef d’orchestre américain Horace Silver. L’information avait dû être démentie par son fils. La nuit dernière, c’est son historique label Blue Note qui a annoncé la nouvelle. Il avait 85 ans. Horace Silver est vraiment mort ! Et on est vraiment triste de voir partir un homme si joyeux ! 
C’est fou le nombre de photos de toutes époques,  représentant Horace Silver hilare, ou au moins le visage fendu par un immense sourire ! Ce type, comme sa musique, dégageait une sorte d’énergie enthousiaste, qui pouvait se transformer au piano en frénésie ruisselante de sueur. Horace Silver, qui avait intitulé un de ses disques « Jazz Has A Sense Of Humor », prêchait la rigolade, et prétendait que 75 à 80 % de sa musique était conçue pour apporter du « fun » à la vie

C’est Stan Getz qui l’avait repéré le premier, en 1950

Il accompagnait au piano les vedettes de passage dans un club de Harford (Connecticut). Mais deux événements vont le propulser quelques années plus tard dans la Grande Histoire de la musique noire : la fondation des Jazz Messengers avec Art Blakey, et son entrée dans l’écurie du label Blue Note. On est au cœur des années 50, et le son Blue Note déferle sur le jazz. Silver en est un des symboles. Il illustre à merveille ce que l’on appelle alors le Hard-Bop, qui ajoute une tension, comme une pulsion organique au Bop, inventé juste après la guerre par Charlie Parker, Thelonius Monk et quelques autres. Les musiciens d’alors puisaient dans le Gospel, le Blues, et se dirigeaient à grands pas vers la Soul et le Funk. Horace Silver conduisait et maîtrisait à merveille cette avancée vers des terres un peu sauvages, en y ajoutant des ingrédients exotiques, issus de ses origines cap-verdiennes (son père avait immigré aux Etats-Unis en changeant son nom de Silva en Silver…). Horace laisse bientôt le clés des Jazz Messengers à Blakey, et entame sa propre carrière solo, embauche de jeunes brillants musiciens, comme les trompettistes Blue Mitchell, Art Farmer, les saxophonistes Hank Mobley, Joe Henderson.

>

Mais le patron est aussi un formidable compositeur

Des thèmes écrits par lui, comme « Song For My Father » (dont la mythique intro fut empruntée par le groupe de rock Steely Dan), « Sister Sadie », « The Preacher » offrent un répertoire sur mesure à ses groupes qui cassent la baraque partout. Il n’est pas habituel qu’un seul homme associe à ce niveau des aptitudes si multiples et cohérentes : diriger des groupes, débusquer les meilleurs pour y jouer, et écrire les plus belles mélodies pour eux. Horace Silver racontait qu’il se réveillait souvent le matin avec 8 mesures dans la tête. Il les écrivait aussitôt sur un bout de papier, et il ne lui restait plus qu’à les développer !

Très actif dans les années 50 et 60, Horace Silver s’était fait plus discret

Il avait quitté Blue Note pour monter son propre label. Il n’avait plus de groupe régulier, à proprement parler, mais continuait de choisir avec finesse ceux qui l’entouraient pour telle tournée ou tel disque (comme le trompettiste Tom Harrell). 
Horace Silver était hautement respecté par les jeunes générations de musiciens d'aujourd’hui, très enclins à explorer les racines de leur musique. Les amateurs de jazz, eux, qui sont toujours un peu nostalgiques de ces années merveilleuses, le savaient encore vivant quelque part, un peu comme le légendaire trompettiste Donald Byrd, mort lui aussi l’an dernier. Nous qui aimons tant cette musique luxuriante, savons bien qu’il ne reste plus guère de vieux et grands fauves dans cette forêt…
Dans l’Heure du Jazz du 6 juillet, nous rendrons hommage à cette immense personnalité.

Jean-Yves Chaperon
Jean-Yves Chaperon
Le site officiel d'Horace Silver
Lire la suite
L'heure du jazz Musique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants