4 min de lecture Festivals

Festivals : pourquoi les grands rendez-vous français restent fragiles malgré leur succès

DÉCRYPTAGE / INTERVIEWS - Les festivals de musique suscitent chaque année un engouement croissant. Avec la baisse des subventions, la hausse des frais d'organisation et des cachets, ils ne sont pas à l'abri d'un flop.

La foule des Vieilles Charrues vient toujours plus nombreuse : 250.000 festivaliers sur 4 jours en 2015
La foule des Vieilles Charrues vient toujours plus nombreuse : 250.000 festivaliers sur 4 jours en 2015 Crédit : FRED TANNEAU / AFP
martincadoret
Martin Cadoret

250.000 personnes en quatre jours aux Vieilles Charrues, 180.000 aux Solidays en trois jours et 102.000 aux Eurockéennes de Belfort. En ce début d'été 2015, les festivals français ont fait le plein, certains battant même leur record d'affluence comme les Vieilles Charrues et les Solidays. Mais pour ces grands rassemblements populaires, le succès n'est jamais garanti. Ces derniers doivent composer avec la hausse des cachets des artistes, des coûts d'organisation et, crise oblige, au désengagement des pouvoirs publics.

Têtes d'affiche : concurrence internationale et explosion des cachets

Avec la crise du disque, les concerts deviennent une manne financière de plus en plus importante pour les artistes. Ils ont donc augmenté leurs cachets. "Il y a 5 ou 6 ans, nous avions 1,7 million d'euros de budget programmation. Aujourd'hui, c'est 4 millions", explique Jérôme Tréhorel, le directeur général des Vieilles Charrues, à RTL.fr. La concurrence des festivals étrangers également tire les prix des artistes vers le haut. "Des événements en Belgique, au Portugal ou en Pologne mettent sur la table entre 1,5 et 3 fois plus que ce que nous proposons", s'inquiète Jérôme Tréhorel.

Pendant le week-end des Eurockéennes, il y a une quarantaine de festivals majeurs en Europe

Jean-Paul Roland, directeur des Eurockéennes de Belfort
Partager la citation

Avoir de gros noms, comme Muse ou Sting, c'est l'assurance de séduire un public nombreux. Les exclusivités, très recherchées, sont difficiles à décrocher. D'autant que les manifestations se sont multipliées. "Sur le weekend des Eurockéennes, il y a environ une quarantaine de festivals majeurs en Europe, explique Jean-Paul Roland, le directeur du festival belfortain, pour RTL.fr. Pour attirer les têtes d'affiches, chacun avance ses arguments, qui ne sont pas forcément financiers". 

À lire aussi
Le DJ Petit Biscuit (de son vrai nom Mehdi Benjelloun) a la Cigale a l’occasion de la remise du Prix des Indes 2017 musique
Coachella 2018 : Jarre, Petit Biscuit... Un festival amoureux des Frenchies

Son rassemblement peut compter notamment sur une proximité avec les frontières allemandes et suisses, mais aussi un aéroport international voisin. Les Vieilles Charrues, elles, mettent en avant d'autres atouts. "Nous avons des points forts : nos équipes techniques savent accueillir de très grosses productions et nous avons le meilleur public du monde", s'enthousiasme Jérôme Tréhorel.

Sting était l'une des têtes d'affiche des Eurockéennes 2015
Sting était l'une des têtes d'affiche des Eurockéennes 2015 Crédit : SEBASTIEN BOZON / AFP

Le public, garant du succès ou de l'échec

Les organisateurs doivent faire preuve d'ingéniosité pour attirer les festivaliers. "Avec moins de têtes d'affiche, on va miser sur la cohérence avec des plateaux de 4 ou 5 groupes", explique François Missonnier, directeur et fondateur de Rock en Seine, à RTL.fr. "Nous avons complètement modifié notre manière d'annoncer la programmation : maintenant, on donne les noms au fur et à mesure et on ouvre la billetterie fin novembre", confie le directeur des Vieilles Charrues.

Chaque année, il faut vendre 180.000 billets, l'équivalent de quatre stades de France

Jérôme Tréhorel, directeur des Vieilles Charrues
Partager la citation

Car ces grands événements sont tributaires de leur public : 80% des recettes du festival breton viennent de la billetterie. "Chaque année, il faut que l'on vende 180.000 billets, l'équivalent de 4 stades de France", assure Jérôme Tréhorel. Cette année, il a fallu attendre trois à quatre semaines avant l'événement pour que le seuil soit atteint. "On en est à se demander s'il ne va pas falloir être complet pour être à l'équilibre", abonde le directeur des Eurockéennes. Et pour accueillir tous ces festivaliers, il faut mettre le paquet sur l'organisation.

Plus de charges, moins de subventions

Le public des festivals a changé : il est devenu plus familial. "Maintenant, il y en a même qui se brossent les dents au camping", ironise Jean-Paul Roland. Alors, chaque année, ces grosses machines investissent une partie de leurs bénéfices dans l'accueil. Il faut aussi compter les gendarmes, pompiers et sauveteurs, dont la mobilisation a un coût. Pour le directeur des Vieilles Charrues, les pouvoirs publics devraient baisser les charges et les taxes sur les salaires, à défaut d'apporter des subventions.

Car celles-ci sont également en baisse. Une situation que déplorent les organisateurs d'événements. "Nous disons aux collectivités territoriales d'investir dans leur territoire, sachant qu'il y a des retombées économiques", rappelle le directeur des Eurockéennes de Belfort. Face à cette situation, les festivals ont développé les partenariats privés. "Sur le sujet, on a encore une grosse marge de progression. Mais il ne faut pas non plus en fait l'alpha et l'oméga de la politique économique d'un festival", confie le patron de Rock en Seine.

Les partenariats privés ne peuvent pas être l'alpha et l'oméga de la politique économique d'un festival

François Missonnier, directeur de Rock en Seine
Partager la citation

Les Eurockéennes, elles, misent sur le mécénat. "Mais nous atteignons un plafond dans les recettes", contrebalance son directeur, qui s'inquiète : "Si les subventions baissent encore, je ne vois pas comment nous pourrons conserver nos tarifs. Et on ne veut pas que le festival devienne un objet de luxe". Les événements français sont parmi les moins chers d'Europe : un jour à Rock en Seine coûte 49 euros, contre 95 euros pour son homologue anglais, le Leeds Festival.

Les Libertines seront à Rock en Seine fin août
Les Libertines seront à Rock en Seine fin août Crédit : OLI SCARFF / AFP

Heureusement, tout n'est pas noir pour les grands festivals. "Il y a une ferveur pour ces grands rassemblements populaires", se réjouit Jean-Paul Roland. "Malgré les difficultés, nous réussissons chaque année à proposer une belle programmation, à proposer un gros festival", soutient François Missonnier, de Rock en Seine. Après tout, son festival va accueillir The Libertines pour la première fois. La même tête d'affiche... que Leeds.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Festivals Concert Rock en Seine
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7779180951
Festivals : pourquoi les grands rendez-vous français restent fragiles malgré leur succès
Festivals : pourquoi les grands rendez-vous français restent fragiles malgré leur succès
DÉCRYPTAGE / INTERVIEWS - Les festivals de musique suscitent chaque année un engouement croissant. Avec la baisse des subventions, la hausse des frais d'organisation et des cachets, ils ne sont pas à l'abri d'un flop.
https://www.rtl.fr/culture/musique/festivals-pourquoi-les-grands-rendez-vous-francais-restent-fragiles-malgre-leur-succes-7779180951
2015-07-23 13:21:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/g_7woXVWPqnf8CcAcgDVww/330v220-2/online/image/2015/0722/7779182706_la-foule-des-vieilles-charrues-vient-toujours-plus-nombreuse-250-000-festivaliers-cette-annee-sur-4-jours.jpg