2 min de lecture Canal+

Vincent Bolloré, au contrôle de Canal+, rebaptise les chaînes du groupe

L'actionnaire majoritaire de Vivendi a pris la tête du conseil de surveillance de sa filiale Canal+, poste qu'il occupe déjà à Vivendi.

Vincent Bolloré s'exprime pour la première fois sur les programmes de Canal +.
Vincent Bolloré s'exprime pour la première fois sur les programmes de Canal +. Crédit : FRED TANNEAU / AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

C'est sans grande surprise que Vincent Bolloré va présider le conseil de surveillance de Canal+. Il a aussi nommé un proche aux postes-clés de l'état-major du groupe. La mise en place de ce nouvel organigramme survient alors que Vivendi a décidé de prendre le contrôle complet de la Société d'édition de Canal+.

Si Vincent Bolloré a seulement pris jeudi le contrôle effectif de la chaîne cryptée, une première reprise en main avait déjà commencé en juillet, avec les départs du directeur général Rodolphe Belmer, remplacé par Maxime Saada, et d'Ara Aprikian, patron des chaînes en clair du groupe (D8, D17 et iTélé). 

Autre changement, les chaînes D8, D17 et iTélé vont être rebaptisées. Il faudra maintenant dire C8, C17 et Cnews. Des noms autour de la lettre C pour rapprocher les chaînes gratuites du groupe Canal+.

C'est dans un communiqué que les nouvelles annonces ont été faites  dans la foulée d'un conseil de surveillance. Ainis, Bertrand Méheut, président du directoire et présent à Canal+ depuis treize ans, quitte ses fonctions et est remplacé par Jean-Christophe Thiery, actuel président de Bolloré Media et considéré comme un fidèle de l'industriel breton. Bertrand Méheut ne quitte toutefois pas le groupe et "conseillera Vincent Bolloré sur les importants développements que Vivendi souhaite voir réalisés par le Groupe Canal+", a ajouté Vivendi.

Canal doit se réinventer

À lire aussi
Kad Merad dans "Baron noir" séries
"Baron noir" n'aura finalement pas de saison 4

Bousculé par la concurrence du géant américain de la vidéo à la demande par abonnement Netflix sur le cinéma et les séries et de BeIn Sports dans le sport, Canal+ est contrainte de se réinventer. Les revenus des activités de la télévision payante en France ont en effet légèrement reculé au premier semestre. Et si le nombre d'abonnés a augmenté (+176.000), c'est grâce à l'international (l'Afrique et le Vietnam).

La chaîne cryptée peut toutefois compter sur la bonne santé financière de sa maison mère pour accélérer son développement. En cédant SFR à Numericable et GVT à Telefonica, Vivendi dispose d'environ 9 milliards d'euros de trésorerie.

De gros changements moins visibles pour les téléspectateurs que l'arrêt de l'émission phare de la chaîne, le Grand journal et le passage en crypté des Guignols de l'info.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Canal+ Vincent Bolloré Vivendi
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants