1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. VIDÉO - Shia LaBeouf, 29 ans de frasques et de coups de sang
6 min de lecture

VIDÉO - Shia LaBeouf, 29 ans de frasques et de coups de sang

D'enfant star chez Disney à agitateur déjanté du web, l'acteur qui fête son anniversaire ce 11 juin ne cesse de faire parler de lui.

Shia LaBeouf, lors de son passage à Paris, en octobre 2014
Shia LaBeouf, lors de son passage à Paris, en octobre 2014
Crédit : MARTIN BUREAU / AFP
Paul Guyonnet
Paul Guyonnet

Victime d'une terrible dépression nerveuse, arrêté pour conduite en état d'ivresse, habitué des nuits passées en prison après des soirées très arrosées, surpris en train de poursuivre un SDF pour lui voler sa casquette de baseball ou capable de citer Éric Cantona avant de brutalement quitter une conférence de presse, rarement un homme n'avait autant fait vendre de magazines à la presse people que Shia LaBeouf. 

Enfant star adulé pour sa performance dans une série familiale de Disney (comme Miley Cyrus, Lindsey Lohan ou encore Justin Timberlake avant lui), révélé au monde par le blockbuster de Michael Bay Transformers, l'acteur avait pourtant tout du jeune premier, à même d'enchaîner les rôles et de grimper jusqu'au sommet d'Hollywood. 

Mais en 2015, alors que le jeune homme au patronyme le plus imprononçable du cinéma mondial fête ce 11 juin son 29e anniversaire, Shia LaBeouf est désormais un paria pour une bonne partie du milieu. Prêt à tout pour faire une croix sur son image de talent grand public -il a par exemple déclaré vouloir se débarrasser de sa fortune pour repartir d'une page blanche-, il s'est désormais consacré à des projets jusqu'au-boutistes et ne fait plus guère parler que pour ses innombrables frasques

Bagarreur invétéré, avec plus ou moins de succès

Si le garçon est devenu la coqueluche des pages faits divers et des tabloïds, c'est notamment pour son goût immodéré de la bagarre, aggravé par une fâcheuse tendance à boire plus que de raison, quand ce n'est que de l'alcool. En plus d'avoir régulièrement fait usage de menaces pour régler ses querelles, parfois même couteau à la main, Shia LaBeouf s'est par exemple violemment accroché avec ses collègues Brad Pitt et Alec Baldwin

À lire aussi

Pire, l'acteur d'Indiana Jones et le crâne de cristal a même mis KO Tom Hardy, l'homme qui incarnait Bane dans le dernier Dark Knight ou plus récemment Mad Max, au terme d'un échange de coups terrible. Sur le tournage de Des hommes sans loi, Hardy raconte ainsi avoir été assommé au Daily Telegraph, un journal australien. Aux journalistes d'abord incrédules, il relate la scène : "Je vous assure qu'il l'a fait : il m'a mis KO. Complètement. C'est un mauvais garçon, plutôt intimidant. C'est vraiment un type effrayant." 

Et LaBeouf ne se limite pas aux affrontements avec des stars, au point que le site people TMZ s'est fait une spécialité de diffuser les images des rixes de l'acteur. Plusieurs vidéos le montrent donc en train de chercher la bagarre devant un club de strip-tease new-yorkais ou avec un homme ivre dans un bar de Londres, quand il ne se retrouve pas les quatre fers en l'air sur une trottoir de Vancouver, au Canada, après avoir reçu une correction de la part d'un client de bar excédé par l'attitude de la star. 

D'enfant star chez Disney à Hannibal Lecter

Une attitude extrême, qui met régulièrement l'acteur dans des positions intenables. En 2011 par exemple, Shia LaBeouf est aperçu en train de fumer une cigarette pendant Cabaret, une comédie-musicale jouée à Broadway, la Mecque du genre. Loin de s'arrêter, l'homme n'hésite pas à s'en prendre également aux comédiens, les insultant copieusement à grand renfort de termes sexuels outranciers, jusqu'à être interpellé par la police. Sorti menotté et aperçu en larmes au milieu des six officiers, l'acteur allait alors vivre une scène terrible. 

Allant jusqu'à cracher au visage de l'un des membres des forces de l'ordre, l'acteur s'était finalement retrouvé affublé d'un masque à la Hannibal Lecter, le fameux cannibale brillamment interprété au cinéma par Anthony Hopkins. Une révélation faite par Shia LaBeouf lui-même, habitué à se mettre à nu de façon aussi soudaine qu'étonnante, sur le plateau d'Ellen DeGeneres, l'une des émissions les plus regardées de la télévision américaine. 

Le refus de la célébrité

La surexposition médiatique et la célébrité, l'acteur a pourtant furieusement cherché à y échapper pendant une partie de sa carrière. À l'occasion de la présentation berlinoise du Nymphomaniac de Lars von Trier, l'acteur était apparu sur le tapis rouge arborant un sac en papier kraft sur la tête, portant la mention "Je ne suis plus célèbre".  

Relayant également le message sur les réseaux sociaux et notamment son compte Twitter, où la phrase était publiée tous les jours, l'acteur avait ainsi tenté de prendre du recul par rapport aux médias et à ses fans, envers lesquels il se montrait de plus en plus virulent. Une volonté de se retirer de "toute vie publique" qui n'avait eu d'autre effet que de faire parler de lui. 

Sexe, viol et nudité

Personnalité complexe et parfois torturée, Shia LaBeouf fascine autant qu'il dérange. Autre exemple, son rapport à la nudité et au sexe, prégnant dans sa carrière post-Transformers. Et pour cause : contrairement à une large partie d'Hollywood où le nu est tabou pour ne pas dire prohibé, l'acteur n'hésite jamais à se dénuder, quitte à tomber une fois de plus dans l'excès

Quelques temps après son improbable apparition sac de papier sur le visage, l'acteur avait notamment décidé de s'excuser auprès de ses fans, à l'occasion d'une performance artistique intitulée #IMSORRY. Assis dans une petite pièce d'une galerie d'art, sans avoir le droit de dire le moindre mot, Shia LaBeouf s'était laissé à la merci des visiteurs, qui avaient accès à différents accessoires, pamphlets dévastateurs ou fouet d'Indiana Jones notamment. 

"Je voulais me confronter à la négativité que je lisait sur Internet à mon égard, justifiait-il. "Je pensais que les gens seraient extrêmement méchants avec moi, mais à la place, ils ont arrêté de me regarder comme un objet pour me voir comme un être humain." Pourtant, il raconte surtout qu'une femme l'aurait violé, profitant de son défi de ne pas répondre, ni d'agir. "Elle m'a fouetté les jambes pendant 10 minutes avant de me déshabiller et de commencer à me violer", explique-t-il sans dire s'il avait finalement choisi de se défendre. 

Un peu plus tôt, en 2012, il avait aussi tourné entièrement nu dans un clip déjanté des Islandais de Sigur Ros. Un anomalie pour un personnage aussi connu et alors tout juste sorti du succès planétaire de Transformers 3. Tout au long du clip onirique, aérien et franchement absurde, l'acteur mime des actes sexuels avec une partenaire aussi dévêtue que lui, sans jamais rien cacher à la caméra. 

En 2013, il tournera finalement Nymphomaniac, le film du sulfureux Danois Lars von Trier. Pour convaincre le réalisateur de lui permettre de prendre part à ce qu'une partie de la critique avait qualifié de pornographie, l'acteur n'avait pas hésité à tourner une sextape et à envoyer des photos de son sexe au cinéaste

Acteur jusqu'au boutiste

Une preuve parmi tant d'autre du caractère absolu de l'acteur, régulièrement capable de paris fous et de transformations physiques pour coller au plus près de ses rôles. Après l'épisode de la sextape, Shia LaBeouf s'est par exemple privé de douche pendant de longues journées et est allé jusqu'à s'arracher une dent pour se mettre dans les conditions de vie d'un équipage de tank pendant la Seconde guerre mondiale, personnages principaux de Fury, sorti en 2014. 

La même année, l'acteur avait déjà fait scandale en affirmant à grands bruits qu'il lui est arrivé de prendre des acides avant de tourner des scènes sur le tournage de Charlie Countryman, l'histoire d'un Américain bouleversé et plongé dans une vie de débauche à Bucarest. 

À maintenant 29 ans, l'acteur continue de faire beaucoup de bruit, par son talent certain bien sûr, mais surtout par ses nombreux délires et lubies. Sur Internet, Shia LaBeouf trouve ainsi un terrain de jeu illimité, comme le prouve le dernier buzz de l'acteur. Répondant favorablement à l'invitation d'une école d'arts londonienne, l'acteur présente face à un fond vert les différents projets de fin d'études des élèves. Tout à tour, il récite de la poésie, parle vêtu d'accessoires variés, et surtout déclame un motivational speech, un discours de motivation extrêmement virulent, dans lequel il ne cesse de crier et de frapper du poing. 

Une séquence déjà devenue culte et maintes fois détournée sur les réseaux sociaux. Enflammement contrôlé ou non, l'acteur se retrouve -grâce au fond vert- incrusté dans une variété de scènes classiques du cinéma, lieux de la vie quotidienne et même de dessins animés. Une frasque supplémentaire, mais sans doute loin d'être la dernière pour l'enfant terrible du cinéma. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/