1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Pierre Ménès : "Je suis un gros qui n'aime pas les gros"
2 min de lecture

Pierre Ménès : "Je suis un gros qui n'aime pas les gros"

REPLAY - Rencontre avec le journaliste spécialiste du football, Pierre Ménès, qui n'a toujours pas la langue dans sa poche après 30 ans de carrière.

Le journaliste Pierre Ménès en 2014 (archives)
Le journaliste Pierre Ménès en 2014 (archives)
Crédit : AFP
Pierre Ménès : "Je suis un gros qui n'aime pas les gros"
05:55
Cyprien Cini

Son style dénote, et c'est ce qui fait son succès. À 52 ans, Pierre Ménès remue le football tous les dimanches sur Canal +. Orfèvre de l'analyse, artiste de la vanne, pas toujours en finesse. Ancien journaliste à L'Équipe, M6 et RTL, il est parvenu à faire de sa passion son métier après des débuts plutôt originaux en tant que GO dans des fameux clubs de vacances.

"Le Club Med', à l'époque, à côté le film Les Bronzés c'est un documentaires pour enfants, s'amuse-t-il. J'avais entre 18 et 20 ans donc c'était comme un gosse dans un magasin de jouets."

(En boîte) les gens n'ont plus de tout de distance, ils t'embrassent, te tirent les cheveux, te tapent sur le bide... C'est un peu 'relou'

Pierre Ménès

"Une fois qu'on a mis le côté fesse de côté, ça m'a beaucoup aidé. J'ai chanté Acropolis Adieu déguisé en Mireille Mathieu en robe fushia en satin devant 1.600 personnes, donc à côté parler de foot en costard à la télé c'est du nougat."

Durant cet épisode, il ne pensait pas arriver où il en est aujourd'hui. Il a commencé au journal L'Équipe où il est devenu journaliste titulaire, "le graal", pour lui. Puis son "conte de fées" s'est poursuivi. Aujourd'hui à la télé il témoigne de moments drôles, sympathiques, touchants, mais aussi de moments "particulièrement gonflants". "C'est assez compliqué pour moi d'aller dans un endroit à la mode à partir d'une certaine heure où le taux d'alcoolémie est au dessus de la limite prescrite (sic), explique-t-il. Les gens n'ont plus de tout de distance, ils t'embrassent, te tirent les cheveux, te tapent sur le bide... C'est un peu 'relou' ça quoi."

Quand je vois les photos à M6, ou même la première année à Canal ça fait mal. Faut une sacrée paire de 'balloches' pour aller se montrer à la télé comme ça

Pierre Ménès
À lire aussi

Quand il se regarde la télé, quelle image voit-il ? "Je la trouve dégueulasse, rigole-t-il. Le problème c'est que je suis un gros qui n'aime pas les gros. Sur les cinq dernières années, j'ai perdu une trentaine de kilos, je ne suis pas devenu svelte, mais mon image, pour moi, est devenu plus supportable qu'elle était."

"Je ne suis le porte-parole de rien du tout, poursuit-il. Pas le porte-étendard des gros qui ont réussi dans le PAF. Je n'en n'ai rien à foutre. Ce n'est pas une carapace, une fierté. Quand j'étais à L'Équipe ça m'a peut être servi, quand j'arrivais sur les stades les mecs reconnaissaient 'le gros de L'Équipe'. Mais à la télé je détesterais être le gros de service. Quand je vois les photos à M6, ou même la première année à Canal ça fait mal. Faut une sacrée paire de 'balloches' pour aller se montrer à la télé comme ça."

Cyprien Cini et le journaliste Pierre Ménès
Cyprien Cini et le journaliste Pierre Ménès
Crédit : Cyprien Cini

Avec un regard décalé et impertinent, Cyprien Cini va à la rencontre des personnalités de l'année.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/