2 min de lecture Canal+

Maïtena Biraben peut-elle sauver "Le Grand journal" ?

Maïtena Biraben, ex-animatrice du "Supplément", fait sa grande rentrée ce lundi 7 septembre à la tête du "Grand Journal". Elle est la dernière cartouche de Canal + pour sauver son émission emblématique créée en 2001.

Maïtena Biraben est la nouvelle animatrice du "Grand journal"
Maïtena Biraben est la nouvelle animatrice du "Grand journal" Crédit : THOMAS SAMSON / AFP
Mathilde Cesbron
Mathilde Cesbron
Journaliste RTL

Après avoir repoussé sa sortie d'une semaine, le Grand journal fait son grand saut ce lundi 7 septembre sur Canal +. L'émission n'a jamais autant suscité de commentaires après l'éviction d'Antoine de Caunes et la rumeur d'un possible arrêt de ce show emblématique créé en 2001. Vincent Bolloré, le président du groupe Canal +, a décidé de laisser une nouvelle chance au programme, malgré des audiences en perte de vitesse à cause de la concurrence de D8 et France 5 (C'est à vous). C'est à la pétillante Maïtena Biraben que revient la charge de redresser le navire.

Canal + a-t-il fait le bon choix en plaçant l'animatrice de 48 ans aux commandes ? Elle est une figure à part dans le paysage audiovisuelle. Sans carte de presse (par choix), elle a fait des Maternelles une émission culte, avant de plonger dans l'actu pure et dure. Elle a d'abord animé La Matinale pendant 4 ans avant de prendre la tête du Supplément. Meneuse de troupe, travailleuse, libre, vive, singulière, Maïtena Biraben a toutes les qualités pour donner un nouveau souffle au Grand journal.

Une journaliste clivante à la tête d'un show consensuel

Elle a une manière atypique, incisive de mener les interviews politiques et surtout de les obtenir. Maïtena Biraben avait invité par SMS le président François Hollande à dîner chez elle, dans sa maison de Sèvres, pour rencontrer des Français. Il avait accepté et était revenu faire le bilan de ses trois ans dans le Supplément. Maïtena Biraben est tout sauf une journaliste dans le moule.

Pourtant, elle va prendre la tête d'une nouvelle formule qui semble davantage consensuelle avec moins de politique, de sociétale et plus de sujets culturels. Selon Libération, Vincent Bolloré a refusé une édition avec davantage d'investigation pour préférer une ligne plus détendue, axée sur du divertissement. Ce ton va-t-il coller avec le tempérament de l'animatrice ?

Une formule repensée dans l'urgence

À lire aussi
"La Flamme" sera réalisé par Jonathan Cohen Séries
"La Flamme" : une parodie du Bachelor sur Canal+ avec Jonathan Cohen

Le patron de Canal + avait stoppé net le recrutement de jeunes journalistes d'investigation pour redéfinir la formule, indique le quotidien. Cette nouvelle ligne a donc été repensée dans l'extrême urgencerappelle Télérama. Antoine de Caunes a été remercié mi-juillet. La chaîne a planché tout l'été à son édition de la rentrée dans le plus grand secret. Certains diront qu'en si peu de temps, il est difficile de faire des miracles.

Le décor change, les chroniqueurs ne sont plus les mêmes, le générique non plus... Mais ces modifications de forme suffiront-elles à sauver ce mastodonte emblématique mais sclérosé ? Les audiences retrouveront-elles leur superbe ? Le Grand journal souhaite en tout cas frapper très fort pour sa première ce lundi 7 septembre. Manuel Valls sera l'invité de Maïtena Biraben et de son équipe pour faire "le point" après la conférence presse de François Hollande. L'animatrice ouvre le bal sur un terrain qu'elle maîtrise parfaitement. Aux téléspectateurs de juger ce lundi 7 septembre à 18h50 sur Canal +.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Canal+ Maïtena Biraben Grand journal
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants