1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Kesha fait appel de son procès contre Dr. Luke, et se dit victime "d'esclavagisme"
3 min de lecture

Kesha fait appel de son procès contre Dr. Luke, et se dit victime "d'esclavagisme"

Le 19 février, une juge lui avait refusé le droit de rompre son contrat avec Dr. Luke, son producteur et le patron de son label. La chanteuse l'accuse de viol et harcèlement moral.

Kesha accuse son producteur Dr. Luke de l'avoir violée
Kesha accuse son producteur Dr. Luke de l'avoir violée
Crédit : Mary Altaffer/AP/SIPA
Morgane Giuliani
Morgane Giuliani

Kesha a décidé de ne pas baisser les bras. La chanteuse américaine fait appel de la décision de justice du 19 février à son encontre, lui refusant de rompre son contrat avec son label, Kemosabe Records, hébergé chez Sony. Le but de Kesha ? S'éloigner de Dr. Luke, patron de Kemosabe Records et son producteur depuis ses débuts. Elle l'accuse de l'avoir violée et harcelée moralement. L'interprète du tube Tik Tok se dit victime "d'esclavagisme". En août 2016, la chanteuse a finalement abandonné ses poursuites afin de privilégier sa carrière.

Cette affaire a fait grand bruit dans l'industrie musicale américaine, où les affaires de violences envers les artistes féminines sont souvent gardées secrètes, en partie parce que ces dernières préfèrent se taire plutôt que risquer de mettre leur carrière en danger. Dr. Luke, Lukasz Gottwald de son vrai nom, est l'un des producteurs les plus influents des 15 dernières années. Il a notamment travaillé avec Miley Cyrus, Britney Spears et Katy Perry. Kesha l'accuse de l'avoir droguée puis violée, et harcelée moralement depuis ses 18 ans. Ne voulant plus travailler avec Dr. Luke, la chanteuse de 29 ans n'a pas sorti d'album depuis Warrior, en 2012, ne respectant pas son contrat signé avec lui.

Victime "d'esclavagisme"

Avant même le jugement rendu le 19 février, Dr. Luke s'était engagé à ne plus approcher Kesha, et à ne pas participer à l'enregistrement de ses prochains disques. Cette promesse ne convainc pas la défense de l'artiste. Selon le site Eonline, elle en a même fait son principal argument : "La cour se trompe quand elle estime que Kesha pourrait enregistrer de la musique sans interférence de la part de M. Gottwald. Si 'l'esclavage a été aboli depuis longtemps' et qu'on 'ne peut vous forcer à travailler... si vous ne voulez pas travailler', la décision de la cour qui exige de Kesha qu'elle travaille pour les sociétés de M. Gottwald, soi-disant sans son implication, fait exactement ça. Comme la cour l'a reconnu elle-même : 'C'est de l'esclavagisme. Vous ne pouvez pas faire ça.'"

Pebe Sebert, la mère de Kesha, a notamment affirmé au magazine Billboard que si Dr. Luke se tient à l'écart du travail de Kesha, il doit cependant "donner son accord à quiconque travaille avec elle".

Se "libérer" de Dr. Luke

À lire aussi

La juge new-yorkaise avait aussi estimé que la carrière de Kesha n'avait subi aucun dommage "irréparable". L'avocat de la chanteuse conteste cet avis : "Des cours new-yorkaises ont estimé que des dommages irréparables avaient été faits à la carrière de jeunes artistes comme Kesha, lorsque ces carrières sont fugaces et risquent de disparaître si elles ne sont pas poursuivies au moment opportun." 

Enfin, la justice avait estimé que le contrat de Kesha était "typique de l'industrie musicale", et qu'elle ne "voyait pas l'intérêt de prendre une mesure aussi exceptionnelle qu'une injonction". Sur Facebook, la chanteuse avait rappelé n'avoir "jamais eu pour but de renégocier mon contrat avec ma maison de disques", mais "d'être libérée de mon agresseur". Si un procès doit avoir lieu, cela ne sera pas avant 2017. 

I'm so, so beyond humbled and thankful for all of the support I'vereceived from everyone. Words cannot really express...

Posted by Kesha on Wednesday, February 24, 2016

Des "arguments farfelus"

Sitôt la procédure d'appel lancée par Kesha, le porte-parole de Dr. Luke a réagi auprès de Eonline : "La cour a plusieurs fois établi que Kesha était libre d'enregistrer de la musique sans Dr. Luke, et qu'elle n'avait pas apporté de faits à l'appui de ses affirmations."

La défense du producteur qualifie les arguments des avocats de Kesha comme "non fondés et farfelus" : "Il serait plus judicieux pour elle de passer son temps en studio plutôt que de perdre son temps à colporter des mensonges dans les médias par l'intermédiaire de ses avocats et de sa mère."

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/