1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Coronavirus : Nicolas de Tavernost propose la suspension de la publicité dans le secteur public
1 min de lecture

Coronavirus : Nicolas de Tavernost propose la suspension de la publicité dans le secteur public

INVITÉ RTL - Face a un contexte "inouï" de crise économique qui plombe les recettes publicitaires des médias, le patron du groupe M6 demande que le secteur public "abandonne la publicité a minima pendant une certaine période".

Nicolas de Tavernost président du directoire du groupe M6
Nicolas de Tavernost président du directoire du groupe M6
Crédit : NICOLAS TUCAT / AFP
Coronavirus : Nicolas de Tavernost propose la suspension de la publicité dans le secteur public
08:30
Thomas Sotto - édité par Ryad Ouslimani

En pleine crise de coronavirus, et alors que le confinement est la règle en France, la télévision a repris du poil de la bête. Les téléspectateurs privés de loisirs extérieurs reviennent vers le petit écran, devenu une valeur-refuge. Nicolas de Tavernost, président du directoire du groupe M6 (auquel appartient RTL), a expliqué ce regain par une résurgence du sens du collectif. 


"On retrouve le sens du collectif, les gens ont envie de se retrouver", indique-t-il. Et la télévision, à travers des programmes d'information et de divertissement, bénéficie de cet effet. "La télévision est redopée", confirme-t-il. "Ce retour du collectif est une bonne chose pour les médias traditionnels que nous sommes", assure Nicolas de Tavernost.

Malgré tout, dans un contexte de crise économique globale, liée au blocage du pays, les recettes publicitaires ont forcément chuté. "Je pense que sur le trimestre, ça va être de l’ordre de 50%. C’est davantage au mois d’avril, donc c’est considérable", confirme le patron de chaînes. 

"C’est un choc absolument inouï qu’on n’a jamais connu dans aucune crise", rappelle Nicolas de Tavernost. Et face à cette crise exceptionnelle, il demande des mesures à la hauteur, notamment pour faire face à un service public dont la grande majorité du financement provient de la redevance télévisuelle (90%). 

À lire aussi

"Il serait normal qu’à partir du moment où le secteur public a 90% de ses revenus garantis, qu’il abandonne la publicité a minima pendant une certaine période, pour que ce soit réservé aux médias privés", propose-t-il. 

De même, Nicolas de Tavernost demande l'autorisation de diffuser des films le samedi et le dimanche avant 20h30, ce qui est actuellement interdit. Il juge les pouvoirs publics "frileux" à propos de ce qu'il juge être "des mesures de bon sens".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/