2 min de lecture Musique

Beyoncé, la good girl qui ne laisse rien au hasard

PORTRAIT - "Control freak", la diva du R'n'B règne avec son mari Jay-Z sur l'industrie musicale depuis plus de 15 ans.

micro générique Fallait l'inviter Isabelle Choquet iTunes RSS
>
Beyoncé, la good girl qui ne laisse rien au hasard Crédit Image : KEVIN WINTER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP | Crédit Média : Isabelle Choquet | Durée : | Date : La page de l'émission
Isabelle Choquet
Isabelle Choquet Journaliste RTL

À eux deux, ils pèsent plus d'un milliard de dollars. C'est l'un des couples les plus puissants du monde, amis d'autres puissants, comme les Obama. Depuis plus de 15 ans, ils sont indissociables, associés pourrait-on dire. Beyoncé Knowles et Jay-Z, c'est une affaire qui roule.  

Lui le rappeur-producteur, le bad boy des bas fonds de New York. Elle, la jeune fille chic de Houston, la reine du R'n'B. L'artiste la plus nommée aux Grammy Awards, 240 millions de disques vendus, ils investissent partout : site de streaming, champagne "français". Elle a aussi son propre business : on peut s'habiller, se parfumer, se laver les cheveux comme Beyoncé. Sexy mais jamais vulgaire, flamboyante mais pas flambeuse, et même généreuse avec sa fondation Survivor. C'est l'anti-Rihanna, la gentille, la good girl. 

Repérée à 7 ans, elle monte son premier groupe à 9

Une star au top, programmée pour ça. Repérée à 7 ans en chantant Imagine à l'école. Elle monte son premier groupe à 9 ans, celui qui deviendra les Destiny's Child. Papa Knowles se rend vite compte qu'il couve la poule aux oeufs d'or. Il largue alors son job pour devenir son manager, et lance le "project Beyoncé" destination : la gloire. 

Tous les matins il l'a fait courir plus d'un kilomètre en chantant, pour qu'elle sache gérer son souffle quand elle danse. Elle enchaîne les concours, elle en gagne 35 ! On l'appelle "bee", l'abeille, la travailleuse. Premier contrat chez Columbia à 16 ans, et la voilà lancée... 

Je ne veux pas d'une vie normale

Beyoncé
Partager la citation
À lire aussi
vinyles-795x530 musique
L'homosexualité à travers les chansons

Rapidement, elle vire son petit ami de toujours : trop plouc. "Je ne veux pas d'une vie normale", lui dit-elle. Elle vire aussi son père, en 2011. Qu'on se le dise : maintenant, c'est elle qui gère ! Beyoncé ne laisse rien au hasard. Elle est "control freak", obsédée par le contrôle.

Elle se méfie de tout et de toute le monde : ses invités ne sont pas toujours prévenus qu'ils le sont, pour éviter les fuites, et une fois qu'ils sont là, ils doivent signer un contrat de non divulgation. Ses rares interviews, elle les enregistre et elle les archive, pour prouver si nécessaire qu'on a déformé ses propos. Mais à part son amie Oprah, elle n'a parlé à personne depuis 5 ans. Parole rarissime, image ultra maîtrisée : tout sur Instagram.

Comme celle de sa deuxième grossesse : la plus aimée et la plus partagée de tous les temps sur le réseau social. Queen B y apparaît moitié madone, moitié déesse de la fécondité. Une puissance féministe intouchable et mystérieuse, une idole. Impressionnante sans doute, un peu inhumaine aussi.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Musique Beyoncé People
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793804299
Beyoncé, la good girl qui ne laisse rien au hasard
Beyoncé, la good girl qui ne laisse rien au hasard
PORTRAIT - "Control freak", la diva du R'n'B règne avec son mari Jay-Z sur l'industrie musicale depuis plus de 15 ans.
https://www.rtl.fr/culture/medias-people/beyonce-la-good-girl-qui-ne-laisse-rien-au-hasard-7793804299
2018-06-18 20:40:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/X1J3DYGUowVfezGghcKOxw/330v220-2/online/image/2018/0618/7793804408_beyonce-sur-la-scene-du-festival-de-coachella-le-14-avril-2018.jpg