1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Avec "Le Guépard", Luchino Visconti a révélé Claudia Cardinale
1 min de lecture

Avec "Le Guépard", Luchino Visconti a révélé Claudia Cardinale

REPLAY - Le cinéaste italien Luchino Visconti a signé avec "Le Guépard" l'un des plus grands films de l’histoire du septième art. Une oeuvre qui marque la naissance de "la Cardinale".

Luchino Visconti et Claudia Cardinale durant le Festival de Cannes en mai 1963
Luchino Visconti et Claudia Cardinale durant le Festival de Cannes en mai 1963
Crédit : AFP / Archives
Avec "Le Guépard", Luchino Visconti a révélé Claudia Cardinale
00:04:20
Jean-Alphonse Richard

Luchino Visconti a 56 ans. Aristocrate italien, il écrit des films rares, précieux, ciselés comme des pièces littéraires. Claudia Cardinale a 22 ans. Une beauté solaire, un voile sur sa voix, le plus beau sourire du monde. Le cinéma italien ne jure que par elle. Leurs destins se sont croisés à la toute fin des années 50. Il est impressionnant, respecté, redouté, en statue du commandeur des studios de Cineccitta. Elle n'a rien de ténébreux. Elle est belle et farouche, presque sauvage. Une Italienne rentrée de Tunisie et qui, curieusement, ne parle pas encore un mot d'italien.

Visconti aime l'assurance de cette lumineuse Cardinale qui, comme lui, fait ce qu'elle veut. Elle joue sans tricher au point que Monicelli lui a dit un jour :"Claudia, au cinéma on fait semblant". Il la veut pour Rocco et ses frères,  avec Delon et Girardot.

Première vraie leçon de cinéma avec le maestro. Une autre va suivre : une valse qui va marquer l'histoire du cinéma. Delon, Lancaster, un an de tournage, une robe à crinoline, une scène de bal vont faire d'elle "la Cardinale". En 1963, le Festival de Cannes sacre Visconti et son Guépard d'une Palme d'Or. Un film de presque trois heures, luxueux, somptueux, à l'image du monarque.

Visconti l'emmène au théâtre, à l'opéra à Londres pour écouter Marlène Dietrich, comme une fille qu'il n'aurait jamais eue. Le "dompteur" va faire encore deux films avec sa tigresse. D'abord Sandra. Puis en 1974 un petit rôle dans Violence et passion. Presque le testament de Visconti, submergé par la maladie.

À lire aussi

Il meurt en 1976, à Rome, à 69 ans. Il lui avait appris son métier d'actrice. Pour elle, il sera toujours un fantôme bienveillant qui aimait l'opéra et la chansonnette.

(Chronique mise en ondes par Grégory Caranoni)

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/