1. Accueil
  2. Culture
  3. Culture générale
  4. Municipales : à Toulouse, le candidat Vert était en réalité une candidate
2 min de lecture

Municipales : à Toulouse, le candidat Vert était en réalité une candidate

Les écologistes toulousains ont du changer leur liste pour les municipales pour respecter la parité: l'un de leurs candidats était une candidate.

La rédaction numérique de RTL & AFP

La politique réserve aussi son lot de surprises aux candidats. A Toulouse, les candidats écologistes ont été contraints de modifier leur liste pour les municipales pour respecter la parité. Ils se sont en effet rendu compte tardivement que l'une des leurs était transgenre, comme l'ont indiqué ce mercredi 19 février la tête de liste et l'intéressée.

Florence Bertocchio, ingénieure de 54 ans et militante associative des transgenres, mène une vie de femme depuis cinq ans. Elle est effectivement devenue une femme au regard de l'état civil par jugement rendu en décembre 2012 et retranscrit en juillet 2013. Pourtant, elle occupait jusqu'à la semaine dernière la place d'un homme (la 31e) sur la liste d'Europe Ecologie-Les Verts.

Un possible malentendu

C'est que tout le monde chez EELV n'était pas au courant de son nouvel état civil quand elle a été sollicitée en décembre 2013 pour figurer sur la liste, explique Florence Bertocchio. En 2010, Florence Bertocchio se trouvait encore dans le quota des hommes sur la liste écologiste de Gérard Onesta aux régionales de 2010.

C'est vraiment pour nous une occasion de pointer que notre liste est la plus diverse. Des hommes, des femmes, des homos, des trans', il y a de tout.

Antoine Maurice

L'erreur des Verts est apparue fortuitement la semaine passée: "Je me rendais à la présentation de la liste (EELV) à la presse. Dans le métro, j'ai croisé Onesta (...) On bavarde et il me demande: "et où tu en es au fait ?" J'ai eu des doutes, et avec angoisse, j'ai réalisé qu'on était peut-être face à un malentendu", rapporte Florence Bertocchio.

Les "absurdités" rencontrées par les transgenres

À lire aussi

Antoine Maurice, tête de liste EELV, se souvient qu'en 2010 déjà, la présence de Florence Bertocchio sur la liste des régionales n'était pas allée sans causer quelques "difficultés". Mais, cette fois, "on est loin d'avoir déposé la liste (...) ça va juste décaler tout le monde", dit-il.
Florence Bertocchio devrait se retrouver en 30e position, il faudra faire entrer un autre homme à sa place sur la liste et faire sortir une femme, ajoute la tête de liste.

"C'est vraiment pour nous une occasion de pointer que notre liste est la plus diverse. Des hommes, des femmes, des homos, des trans', il y a de tout", dit M. Maurice. Pour Florence Bertocchio, porte-parole de l'Inter-LGBT (fédération d'associations pour la défense des lesbiennes, gays, bis et trans'), cette confusion est emblématique des difficultés et des "absurdités" rencontrées par les transgenres. Elle ne serait pas survenue, assure-t-elle, si les transgenres n'étaient pas confrontés dans leur reconnaissance à des procédures "anormalement et inutilement longues" et à l'absence d'une loi véritable les concernant.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/