1. Accueil
  2. Culture
  3. Ciné et séries
  4. VIDÉOS - Pourquoi "SOS Fantômes" est devenu un film culte
3 min de lecture

VIDÉOS - Pourquoi "SOS Fantômes" est devenu un film culte

Sorti il y a 31 ans, le 8 juin 1984, la comédie de science-fiction reste aujourd'hui encore un véritable phénomène.

Paul Guyonnet
Paul Guyonnet

Une bande de scientifiques loufoques, des dialogues délirants et un dieu déterminé à envoyer une armée de fantômes terrifier les rues de New York, voici le scénario de SOS Fantômes. Au premier regard, le film tient plus de la série Z que du cultissime carton, et pourtant... 

Arrivé dans les salles le 8 juin 1984, Ghostbusters comme il s'appelle dans la langue de Shakespeare sort tout droit de l'esprit de l'un de ses acteurs principaux, Dan Aykroyd. Avec son compère disparu des Blues Brothers, John Belushi, le Canadien s'était construit un personnage sur mesure de chasseur de fantômes professionnel. Un rôle qu'il interprétera finalement avec Harold Ramis, Ernie Hudson et surtout Bill Murray, qui connaîtra justement son premier succès et peut-être son plus grand rôle. 

Parce que sa bande-son est un hymne

Car aujourd'hui, SOS Fantômes est considéré comme l'un des films les plus marquants du genre, l'un de ceux qui possède le plus de fans aussi. Les costumes gris et armes à protons sont incontournables depuis lors dans les conventions de science-fiction, la fameuse voiture "Ecto-1" est sans doute aussi célèbre que la DeLorean de Marty McFly et la bande-son du film est restée comme l'un des plus grands tubes de l'histoire du cinéma

Maintes fois repris et parodié, utilisé en clin d'œil au cinéma ou dans des publicités, le titre composé par Ray Parker Jr. pour l'occasion est le symbole même du passage à la postérité de Ghostbusters. Véritable hymne des amoureux du film et de science-fiction, le morceau et son clip demeurent à la fois totalement rétro et parfaitement indémodables, rythmés par les "Who you gonna call". 

Pour sa bande de copains indémodable

À lire aussi

Indémodable, c'est sans doute ce qui caractérise aussi les personnages de film d'Ivan Reitman, une bande de copains à la limite de la folie et du génie. Au début du film, les trois scientifiques se font renvoyer de leur université et se retrouvent désœuvrés, mais loin de se laisser abattre, ils prennent la décision -autour d'un verre évidemment- de lancer leur propre entreprise de chasse aux fantômes, publicité déjantée à l'appui. 

Drôles et loufoques, les héros n'ont pas pris une ride. Contrairement aux protagonistes adolescents d'autres succès du cinéma, les trois comparses trentenaires assument toujours sans aucun problème leurs mauvaises plaisanteries, leurs acrobaties sur le mât de la caserne et bien évidemment leur spot de publicité bourré de cliché, de phrases convenues et autres attitudes "de winner".

Une efficacité et un kitsch assumés, à l'image des effets spéciaux du film. Révolutionnaires à l'époque de la sortie -et même nommés pour l'Oscar- ils jouissent aujourd'hui d'un charme suranné. Grâce aux débuts de la 3D, mais surtout à des trucages géniaux, SOS Fantômes a échappé à l'épidémie de mauvais effets spéciaux qui a frappé la science-fiction quelques années plus tard. 

Pour le charme désuet de ses effets spéciaux

Monstres aux yeux rougeoyants et lumières fluo ont donné naissance à des affrontements dantesques, mousse à rasée et matière gluantes ont servi à jouer la disparition de terribles ectoplasmes quand le film assumait de mettre en avant le méchant le plus ridicule du cinéma : le terrible Bibendum Chamallow, vaincu par les armes à protons de l'équipe de chasseurs. 

Les chasseurs de fantôme utilisant leur mythique arme à protons
Les chasseurs de fantôme utilisant leur mythique arme à protons
Crédit : Columbia Pictures

Un affrontement final loufoque pour un film qui joue constamment sur l'absurdité, quoi de plus logique. Servi par des répliques terriblement efficaces ("On est venus, on a vu et on lui a botté le cul" ou encore "Recule mec, je suis un scientifique"), SOS Fantômes a marqué une génération et continue de jouer sur des séquences toutes plus déjantées les unes que les autres. 

Parce qu'il regorge de répliques mythiques

La charge de "Slimer", le vorace petit fantôme vert, l'explosion du chariot d'une femme de ménage ("On va se séparer, on fera encore plus de dégât comme ça") ou encore les cris terriblement caricaturaux, le film regorge de passages cultes, eux aussi détournés et imités. 

Et sublimés par un homme, Bill Murray, qui délivre une partition parfaite. Si le rôle n'avait pas été écrit pour lui, l'acteur est peut-être celui qui a fait le succès du film. Tour-à-tour charmeur, cynique, moqueur et totalement décalé, l'homme d'Un jour sans fin et de La vie aquatique est quasiment lui-même. Et il le fait évidemment à la perfection. 

Slimer est le premier fantôme que l'équipe parvient à capturer
Slimer est le premier fantôme que l'équipe parvient à capturer
Crédit : Columbia Pictures

"Vous allez mettre en danger notre cliente, une femme très gentille qui nous a payés à l'avance, avant de devenir un chien", dit-il lors de la scène finale, évoquant le personnage de Sigourney Weaver, dont il semble être tombé sous le charme avant qu'elle ne se transforme en une créature infernale. Car Ghostbusters, c'est tout cela.  

Parce qu'il joue à faire peur

Du rire et de l’effroi constamment mêlés, mais un "feel-good movie" au final, un film qui donne le sourire. Tout au long des aventures des maladroits mais brillants chasseurs de fantômes, le spectateur joue à se faire peur tout en riant avec la bande de copains qui fuient devant le premier ectoplasme qu'ils croisent. Jusqu'à devenir les cultissimes Ghostbusters

Le fameux logo des chasseurs de fantômes, dans la caserne New Yorkaise où a été tourné le film
Le fameux logo des chasseurs de fantômes, dans la caserne New Yorkaise où a été tourné le film
Crédit : Kervin Portelli / RTL.fr
La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/