2 min de lecture Cinéma

"Ni juge, ni soumise" : la Justice mise à nue par l'équipe de "Strip-tease"

NOUS L'AVONS VU - Après des années à avoir déshabillé la société entre la Belgique et la France, deux réalisateurs et le producteur de "Strip-tease" reviennent avec un film. On y suit une juge d'instruction belge qui n'a pas sa langue dans sa poche.

La juge Anne Gruwez, star du film "Ni juge, ni soumise", au cinéma le 7 février
La juge Anne Gruwez, star du film "Ni juge, ni soumise", au cinéma le 7 février Crédit : ARP Sélection

"Ce n'est pas du cinéma, c'est pire". Voilà comment l'équipe de Strip-tease introduit son retour à l'écran, et cette fois, pas pour la petite lucarne. Avec Ni juge, ni soumise, deux réalisateurs historiques de l'émission - Jean Libon et Yves Hinant - et le producteur Bertrand Faivre, reviennent avec un projet inédit de mise à nue : un long métrage, à savourer dès le 7 février au cinéma.

Les règles fixées pour l'émission de télévision longtemps diffusée sur France 3 sont respectées : pas d'écriture à l'avance, pas de commentaire, pas d'interview, pas de musique, pas de synthé et même Combo Belge pour le générique de fin. Et pour cet épisode grand format, six ans après la dernière diffusion télévisée, ils ont suivi une juge d'instruction belge : Anne Gruwez, déjà déshabillée dans l'épisode Madame la juge

Un personnage haut en couleurs qui s'est "imposé" dans les esprits des réalisateurs. Cheveux oranges, franc-parler déroutant et caractère intransigeant malgré une apparente jovialité, la juge nous plonge dans son quotidien, sans artifice. Derrière des phrases choc et un naturel décoiffant, la juge montre son professionnalisme rigoureux face aux différents déférés.

>
La bande annonce de "Ni juge ni soumise"

On suit un fil rouge : la réouverture d'un cold-case sur les meurtres de deux prostituées il y a une vingtaine d'années. On découvre les coulisses de la reprise de l'enquête avec quatre policiers chargés de retrouver le meurtrier grâce à de nouveaux outils concernant l'ADN. Anne Gruwez ordonne même l'exhumation du corps d'un des suspects. Une scène cocasse où la juge arrive au cimetière avec son parapluie rose pour se protéger des UV et sa langue bien pendue, puis lâche : "Il est encore bien", en parlant du corps.

C'est beau le client satisfait, qui revient, se sent à l'aise

Anne Gruwez, juge d'instruction, extrait de "Ni juge, ni soumise"
Partager la citation
À lire aussi
Passez votre soirée d'Halloween en bonne compagnie ... Cinéma
Halloween : "The Conjuring", "Get Out", "Aliens"... 10 films pour se faire peur

En marge de cette affaire, la juge reçoit à tour de bras dans son bureau. Prenant religieusement des notes sur son ordinateur, Anne Gruwez se montre à la fois compréhensive, autoritaire, drôle, pinçante face à ses interlocuteurs qui ont tous quelque chose à se reprocher face à la justice. Des scénettes croustillantes où rien n'a été ajouté. Des épisodes exquis où seul le naturel des personnages suffit.

La colère d'Allah, c'est rien à côté de moi

Anne Gruwez, juge d'instruction, extrait de "Ni juge, ni soumise"
Partager la citation

"Je ne sers jamais la main des malfrats". C'est ainsi que la juge d'instruction accueille simplement dans son bureau. Au téléphone, avec une consœurs imagine-t-on, la magistrate se réjouit : "C'est beau le client satisfait, qui revient, se sent à l'aise". 

Un phrasé coloré qui fait souvent sourire, même ceux qu'elle à en face d'elle. À l'exception de celui qu'elle va envoyer derrière les barreaux et qui lui promets son jihad à sa sortie : "Je partirai en Syrie". Mais elle a une répartie en béton armé : "La colère d'Allah, c'est rien à côté de moi".

Il a fallu trois ans de tournage pour montrer "la montée de l'inquiétude et l'accroissement  des disparité dans notre époque et notre société", confie le producteur dans le dossier de presse. Pour les spectateurs, il aura fallu attendre six ans pour retrouver cette patte Strip-tease si particulière. "Au fil du temps, dans notre film noir, drôle, cruel et grinçant, s'est dessinée une réalité qui n'a rien à envier à la fiction", commente ainsi les réalisateurs.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cinéma Société Justice
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants