4 min de lecture Cinéma

"Le retour de Mary Poppins" est-il le digne héritier de "Mary Poppins" ?

NOUS L'AVONS VU - Emily Blunt va-t-elle réussir à faire oublier Julie Andrews dans le rôle de la célèbre nanny dans cette suite qui arrive sur les écrans 54 ans après le premier film.

>
Le Retour de Mary Poppins - Bande-annonce officielle (VF) Crédit Image : Disney |
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud
Journaliste

Mary Poppins est de retour pour sauver les enfants Banks. Plus d'un demi-siècle après le premier film de Disney avec Julie Andrews et Dick Van Dyke, la nounou la plus célèbre du cinéma revient à Londres pour sauver la famille londonienne. Naturellement beaucoup de choses ont changé depuis les événements du premier film.

Jane et Michael Banks, les enfants joués par Karen Dotrice et Matthew Garber, ont vieilli. Ils sont désormais adultes et Michael est père de trois enfants. C'est l’acteur anglais Ben Wishaw (Le Parfum ou Q dans les derniers James Bond) qui incarne le père de famille quelque peu perdu de ce nouveau long-métrage. Sa sœur est désormais jouée par Emily Mortimer (Match Point, Shutter Island, The Newsroom). La maison est toujours la même demeure familiale, ancienne et bourgeoise au cœur de Londres, et le voisin des Banks use toujours du canon sur son toit pour sonner l'heure.

Les Banks, une nouvelle fois, traversent une période de troubles. La femme de Michael est morte il y a peu et toute la famille essaye de s'organiser malgré la disparition de ce pilier. Le père de famille est dépassé par les événements, endetté et poursuivi par l'angoisse du chômage. Rob Marshall a en effet choisi la période de la Grande Dépression comme cadre historique à cette suite.

À lire aussi
Julia Butters le 6 août 2019 Cinéma
"Once Upon a Time... In Hollywood" : qui est Julia Butters, celle qui bluffe Leonardo DiCaprio ?

Les enfants eux, font preuve d'une résilience et d'une maturité déconcertante. Ils font tourner la maison de leurs petites mains et présentent toutes les aptitudes d'enfants modèles. Pourtant, quelque chose ne va pas... Le deuil est toujours très présent dans le cœur des Banks et la banque qui emploie Michael Banks menace de saisir la maison de la petite famille pour rembourser un prêt.

Heureusement, Mary Poppins est là. Elle est de retour. Toujours aussi jeune et "parfaite en tout point". C'est l'actrice Emily Blunt (Le Diable s'habille en Prada, Looper, Sicario) qui reprend le rôle.

Le légende contée à nouveau

Plus qu'une suite, Le Retour de Mary Poppins fonctionne plutôt comme une légende racontée une nouvelle fois par (et pour) une nouvelle génération. Peu importe que les spectateurs connaissent ou non le film originel, l'émotion et la morale de ce conte cinématographique est accessible de tous.

De nombreuses scènes viennent rendre hommage à Mary Poppins : le sac de la nanny, les chansons entraînantes, les voyages dans des mondes fantastiques, les remarques sévères et cassantes sur la politesse... jusqu'au pommeau parlant du parapluie de l'angélique nounou. Il y a tellement de ressemblances dans le parcours des héros que ceux qui ne connaissent pas l'oeuvre initiale auront la surprise de découvrir le charme de Mary Poppins et les autres ne pourront que fondre devant des références chargées en nostalgie. Les deux films sont suffisamment éloignés pour que la répétition fonctionne de façon parfaitement charmante.

Certains éléments sont des indispensables et Rob Marshall a eu l'intelligence de les injecter une nouvelle fois dans cette suite : les tableaux dansants tout d'abord comme une vaste chorégraphie de lampistes (qui remplacent les ramoneurs), le mélange de film et de dessin animé (et même de décor numérique) comme la scène dans un pot en porcelaine techniquement très beau à regarder... Des acteurs éminents sont aussi là pour incarner le passage de témoin : Dick Van Dyke (92 ans), Angela Lansbury (93 ans) et même les pingouins animés sont de retour.

>
MARY POPPINS RETURNS Clip "Royal Doulton Bowl"

La magie est-elle toujours là ?

Ce Retour de Mary Poppins a une force que personne ne peut lui retirer, celle de l'émotion. Le cadre d'une famille frappée par le deuil crée, tout au long du film, une tension lacrymale certaine. Vos yeux resteront humides une grande partie de l'histoire et rares sont ceux qui résisteront au torrent de larmes que certaines scènes déclencheront.

On pense notamment à la chanson de Mary Poppins The Place Where The Lost Things Go, entièrement dédiée, en filigrane, à la mère des enfants Banks. La reprise de cette chanson par les enfants auprès de leur père désespéré est particulièrement déchirante. Une partie de notre cœur est sans doute encore quelque part dans la salle de cinéma depuis cette séquence.

Les traits d'humour d'Emily Blunt et la grande joie que l'on ressent à la regarder interpréter ce personnage culte transpire tout le long du film et allège l'ambiance. Naturellement, nul ne peut oublier Julie Andrews, mais Emily Blunt est une héritière remarquable pour ce rôle. Elle chante, elle danse, elle corrige, elle réconforte et elle dégage une confiance en elle si tranquille que l'on ne peut que s'émerveiller de la suivre dans le rôle de cette nanny-Messie.

Les personnages secondaires sont aussi très attachants. Le compositeur Lin-Manuel Miranda (auteur de la comédie musicale triomphante Hamilton) joue le lampiste principal du film, sorte d’ersatz de Bert/Dick Van Dyke. C'est à lui que revient la difficile tâche de remplacer Supercalifragilisticexpialidocious par sa chanson Luminomagifantastic lors de la fameuse danse des réverbères.

Seul l'avenir nous dira si la chanson sera un succès, mais ce qui est certain c'est qu'elle sera un casse-tête pour les traducteurs afin qu'ils retranscrivent les très nombreux jeux de mots anglais présents dans les paroles. Sa présence est toujours agréable mais on se prend à certains moments à se demander ce qu'il fait là et si nous ne pourrions pas rapidement retourner à l'intrigue principale - sauver la maison de Banks - qui est présentée comme une urgence.

Meryl Streep joue une cousine fantasque et très amusante de Mary, Topsy Poppins et Colin Firth (A Single Man, Love Actually, Kingsman) incarne le principal antagoniste de l'histoire. Le duo frère-sœur Ben Whishaw et Emily Mortimer est tout aussi séduisant et on ne peut qu'être en empathie avec eux et leurs difficultés.

Annabel, John et Georgie, les trois enfants Banks, sont adorables et livrent une prestation tout à fait correcte même si leur quasi-perfection les empêchera sans doute de rester dans les mémoires. L’héroïne, c'est Mary Poppins. Les chansons sont les personnages secondaires. Et le reste n'est qu'un prétexte, un décor... Et nul ne pouvait espérer plus puisque la recette de cette "suite" fonctionne à merveille. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cinéma Disney
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795889860
"Le retour de Mary Poppins" est-il le digne héritier de "Mary Poppins" ?
"Le retour de Mary Poppins" est-il le digne héritier de "Mary Poppins" ?
NOUS L'AVONS VU - Emily Blunt va-t-elle réussir à faire oublier Julie Andrews dans le rôle de la célèbre nanny dans cette suite qui arrive sur les écrans 54 ans après le premier film.
https://www.rtl.fr/culture/cine-series/le-retour-de-mary-poppins-est-il-le-digne-heritier-de-mary-poppins-7795889860
2018-12-12 18:00:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/8Uv6wf7wpfx9OAHw1FzNOA/330v220-2/online/image/2018/1211/7795889874_emily-blunt-joel-dawson-nathanael-saleh-et-pixie-davies-dasn-le-retour-de-mary-poppins.jpg