2 min de lecture Cinéma

"Le Petit Prince" : 3 raisons de voir l'adaptation du conte de Saint-Exupéry

NOUS L'AVONS VU - Le film d'animation "Le Petit Prince", en salles le 29 juillet, a su rester fidèle à la poésie du conte.

>
"Le Petit Prince", un nouvel extrait dévoilé Crédit Image : Paramount Pictures | Crédit Média : Paramount | Date :
Mathilde Cesbron
Mathilde Cesbron
Journaliste RTL

2015 est une grande année pour le cinéma d'animation. Après le succès de Vice Versa et des Minions, au tour du Petit Prince de faire son entrée dans l'arène. Les deux producteurs français à l'origine du projet ont mis dix ans à porter sur grand écran l'adaptation du conte de Saint-Exupéry. Réalisé par l'Américain Mark Osborne avec un budget de 60 millions d'euros, le film d'animation offre une lecture originale de la fable universelle, publiée pour la première fois en 1943.

Le Petit Prince
de Mark Osborne met en parallèle deux histoires : celle classique du conte et celle d'une petite fille, happée par un monde d'adultes, à qui on ne laisse pas le temps de rêver. Elle se lie d'amitié avec son voisin farfelu, un vieillard, ex-pilote très attachant mais que tout le quartier résidentiel méprise. Il lui fait découvrir en secret l'histoire de cet aviateur entraîné par un petit prince dans une aventure extraordinaire.

1 - Une relecture surprenante

Mark Osborne ne s'est pas contenté de produire une simple version dérivée du conte. Il offre sa propre vision en évoquant l'expérience de la lecture du Petit Prince. Une riche idée. Pour l'illustrer, le réalisateur américain a imaginé le mélange de deux histoires. Cette petite fille soumise au conformisme de la société vit sans prendre le temps d'imaginer, régie par un devoir d'efficacité que ce soit à l'école ou à la maison. Elle trouve son salut dans cette fable intemporelle.

2 - Un film d'animation poétique et émouvant

Le Petit Prince est un monument de pureté et de poésie. Il fallait que la version du film d'animation s'en inspire a minima. Pari réussi.  Mark Osborne est resté fidèle à l'esprit du conte où chacun - enfants, parents et grands-parents - pourra s'y retrouver. On est touché devant la candeur et la fragilité de la petite fille, ému lorsqu'elle découvre la profondeur de son amitié avec le vieillard et émerveillé devant la beauté de l'esthétique de ce film d'animation. 

3 - La rencontre de deux esthétiques

La plus grande réussite du film est sans conteste la dualité de l'esthétisme. Mark Osborne a choisi de représenter la véritable histoire du conte en un stop motion joliment désuet. Rien n'est plus poétique que ce petit prince en papier mâché inspiré des dessins de Saint-Exupéry. Mark Osborne a su y insuffler suffisamment de nouveauté pour capter notre intérêt. Le reste des dessins, ceux qui illustrent l'histoire contemporaine de la petite fille, ont été réalisés en CGI, c'est-à-dire en version numérique dans un style qui s'approche du cartoon. Le choc de ces deux esthétiques est une vraie réussite à découvrir dès ce mercredi au cinéma.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cinéma Le petit prince
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants