1. Accueil
  2. Culture
  3. Ciné et séries
  4. "La Famille Bélier" : "Un handicap traité comme une différence mais jamais de façon misérabiliste"
1 min de lecture

"La Famille Bélier" : "Un handicap traité comme une différence mais jamais de façon misérabiliste"

REPLAY - Le succès est attendu pour le film d'Éric Lartigau, "La Famille Bélier", qui sort ce mercredi 17 décembre en salle.

"La famille Bélier" d'Eric Lartigau
"La famille Bélier" d'Eric Lartigau
Crédit : Mars Distribution
Choix de Calvi - 17/12/14
06:11
Yves Calvi & Claire Gaveau

Attention, ce film pourrait faire du bruit. Du moins, c'est l'impression qui ressort alors que La Famille Bélier sort en salle ce mercredi 17 décembre. Dans la lignée d'Intouchables, Les Choristes ou Bienvenue chez les Ch'tis, le succès est attendu pour cette oeuvre.

C'est traité comme une différence mais jamais de façon misérabiliste ou revendicative

Stéphane Boudsocq

Chez les Bélier, tout le monde est sourd sauf Paula, l'adolescente de 16 ans qui se découvre une véritable passion pour le chant. Entre langage des signes, amour et chansons populaires, Éric Lartigau semble avoir trouvé le mélange parfait. "C'est un film qui parle des vrais gens auxquels on peut s'identifier. C'est traité comme une différence mais jamais de façon misérabiliste ou revendicative", décrypte Stéphane Boudsocq, journaliste cinéma sur RTL.

Une centaine d'heures pour apprendre le langage des signes

Jennifer Tederri, interprète en langue des signes lors du tournage, a côtoyé Karine Viard, François Damiens et Louane Emera tout au long du tournage. "On a coaché les comédiens. C'est une approche totalement différente avec les trois acteurs. Karine est vraiment bosseuse et voulait pouvoir improviser lors du tournage, Louane, elle, est une adolescente donc c'est plus difficile en terme de concentration alors que François travaille beaucoup mais il a une sorte de flegme qui le caractérise", détaille l'interprète.

Pour avoir des bases et communiquer simplement, il faut une centaine d'heures

Jennifer Tederri

Un travail de longue haleine alors que la professionnelle estime qu'il faut une centaine d'heures pour "avoir les bases et communiquer simplement mais pour maîtriser totalement les signes, il faut trois ou quatre ans". Un travail supplémentaire pour les comédiens qui semble avoir réussi une prouesse technique. "Au delà de voir le film, il y avait un véritable échange à la fin des avants-premières (...) On sort ému et concerné et ça, c'est déjà une grande qualité", juge Stéphane Boudsocq. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/