4 min de lecture Batman v Superman

"Batman v Superman" : l'homme chauve-souris est-il plus intéressant que l'homme d'acier ?

DÉCRYPTAGE - Plus réaliste, plus sombre, plus humain tout simplement : le personnage de Batman est plus facile à réinventer et à réinterpréter. Superman, lui, est plus connu, mais souffre de son image plus conformiste.

Ben Affleck porte le masque de Batman pour le film "Batman v Superman"
Ben Affleck porte le masque de Batman pour le film "Batman v Superman" Crédit : Warner Bros / DC
Martin Cadoret
Martin Cadoret

D'un côté, un chevalier noir qui obtient toutes les faveurs de la critique et des cinéphiles - notamment à travers une trilogie réalisée par Christopher Nolan entre 2005 et 2012. De l'autre côté, un super-héros qui n'a pas été adapté au cinéma pendant près de 20 ans (entre Superman 4 en 1987 et Superman Returns en 2006), et qui pour son retour a fait un tel flop au box-office que les producteurs ont mis des années à remettre en route un film.

De là à dire que Batman est plus apprécié que Superman, il n'y a qu'un pas. "Pour le très grand public, qui dépasse les lecteurs de comics, le plus populaire, c'est Batman", analyse pour RTL.fr Jean-Paul Gabilliet, professeur des universités en civilisation nord-américaine et auteur de Des Comics et des hommes : histoire culturelle des comic-books aux États-Unis

Superman, son problème, c'est son côté boy-scout

Jean-Paul Gabilliet
Partager la citation

La raison est très simple : Bruce Wayne est plus complexe. Le super-héros qu'il incarne, Batman, est un "personnage qui se prête vraiment à des réécritures, des interprétations, des remodelages", selon l'auteur de Des comics et des hommes. Superman, lui, souffre d'une image très conformiste. "Son problème, c'est son côté boy-scout. Il est sympa mais prévisible. C'est bien simple : depuis 80 ans, le souci des scénaristes c'est de lui trouver des faiblesses. Le type a tout : les rayons X, une force surhumaine... Pas facile pour trouver des rebondissements", sourit Jean-Paul Gabilliet.

Heureusement, l'homme d'acier a une faiblesse : un matériau imaginaire, la kryptonite. "Oui, mais on ne peut pas l'utiliser à chaque épisode", tempère le spécialiste. Au début des aventures de Superman, elle n'existait même pas. "Elle a été créée dans le feuilleton radiophonique, du début des années 40 (le personnage existe depuis 1933, ndlr). L'acteur qui incarnait Superman a voulu prendre une semaine de vacances. Donc il a fallu prendre un remplaçant. Il fallait bien trouver une raison à ce que le super-héros ait une voix différente, donc Superman a été atteint d'une sorte de laryngite à cause de la kryptonite", développe Jean-Paul Gabilliet.

Naïveté et slip rouge

À lire aussi
Gal Gadot interprète Wonder Woman dans le film éponyme Fil Super
"Wonder Woman" : le film peut-il redorer le blason de DC Comics au cinéma ?

Dès sa création, Superman a été voulu comme un héros incarnant des valeurs positives. "Ce côté trop parfait, trop boy-scout, lui colle à la peau. Superman est un personnage lumineux qui pousse chacun à s'élever du mieux qu'il peut. Les valeurs qu'il véhicule peuvent paraître trop naïves à notre époque", concède Arnaud Tomasini, rédacteur en chef du site DC Planet, à RTL.fr. Dans Batman v Superman, Zack Snyder devrait jouer à fond cette carte d'un Superman peu en phase avec notre ère. Le super-héros extraterrestre, persuadé d'avoir sauvé la planète du général Zod, sera ensuite accusé par les humains d'avoir multiplié les dommages collatéraux. Il va progressivement découvrir les mécanismes qui régissent le monde d'aujourd'hui.

Autre handicap de Superman : son costume. "En France, il y a aussi cette manie de vouloir se moquer du look du personnage - le fameux slip rouge - que j'ai du mal à comprendre, d'autant que ça fait 5 bonnes années qu'il n'en porte plus", se désole Arnaud Tomasini. "Je crois que le manque de popularité de Superman vient surtout du fait que la plupart des gens ne connaissent le personnage qu'en surface", résume le rédacteur en chef de DC Planet.

Batman plus populaire au cinéma

Aborder la question de la popularité, c'est en revenir à celle des adaptations télé et ciné. "Jusqu'à Man of Steel, Superman n'a pas joui d'une superbe représentation dans les médias grand public : Superman Returns a fait un four malgré quelques qualités, et les séries Loïs et Clark et Smallville ont une saveur kitsch assez prononcée", reconnaît Arnaud Tomasini. Superman, contrairement à Batman, vole, et ce n'est pas toujours facile à mettre en scène en termes d'effets spéciaux. "Je suis retombé sur Superman 1 et 2 - des chefs d’œuvres de ma jeunesse - mais au bout d'un quart d'heure j'avais les yeux qui piquaient", confirme Jean-Paul Gabilliet.

Les adversaires de Batman sont aussi les plus charismatiques qui soient

Arnaud Tomasini, rédacteur en chef de DC Planet
Partager la citation

"Batman a un côté plus bad-ass, plus sombre qui est également plus facile d'accès au plus grand nombre", résume Arnaud Tomasini. Même s'il défend volontiers l'homme d'acier, lui-même se sent plus proche du chevalier noir. "La richesse de son univers, de ses alliés et ennemis sont des facteurs importants", poursuit-il, précisant que les adversaires de Batman sont aussi les plus charismatiques qui soient. Le premier d'entre eux, le Joker, est indissociable du super-héros dans toutes les adaptations. Preuve que le rôle est de composition, c'est son incarnation, Heath Ledger, qui avait obtenu un Oscar pour The Dark Knight. Dans Batman v Superman, c'est pourtant Lex Luthor, Némésis de Superman, que les deux super-héros devraient affronter. De quoi renouveler l'intérêt pour l'homme d'acier ? Réponse dans les salles obscures à partir de ce mercredi.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Batman v Superman Superman Batman
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants