1 min de lecture Théâtre

Coronavirus : "Il faut être prudent mais il faut retrouver la vie", plaide Jean-Marc Dumontet

INVITÉ RTL - Le producteur de théâtre a réagi aux annonces du Premier ministre Jean Castex pour sauver le monde de la culture.

Christelle Rebiere L'invité de RTL Midi Christelle Rebière
>
Coronavirus : "Il faut être prudent mais il faut retrouver la vie", plaide Jean-Marc Dumontet Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud
Journaliste

"Le Premier ministre assène qu'il faut retourner au théâtre et qu'il n'y a aucun risque sanitaire à retourner au théâtre et je pense que c'est ça qui est important", assure Jean-Marc Dumontet, producteur de spectacles et propriétaire de théâtres. Ce mercredi 26 août, le Premier ministre Jean Castex a déclaré : "Il faut aller au théâtre, au cinéma, vous ne risquez rien". Un appel aux spectateurs associé à l'annonce d'un plan d'aide de deux milliards d'euros pour le secteur de la culture. "C'est un choix politique, inédit (...). Ça veut dire que nous pensons d'abord que la culture est une activité économique, il faut le dire haut et fort", a déclaré Jean Castex. 

"C'est des signaux qu'on envoie aux spectateurs. Les théâtres peuvent ouvrir, certains ne le font pas et surtout les spectateurs ont l'impression que les théâtres ne sont pas ouverts", insiste Jean-Marc Dumontet sur RTL en admettant que la parole du Premier ministre soit peut-être plus rassurante et moins intéressée que la sienne sur ce sujet économique et sanitaire. "Il faut être prudent, bien sûr, mais il faut retrouver la vie", continue-t-il en mettant en garde contre un séisme économique qui pourrait surgir. "Les Français ont thésaurisé 100 milliards pendant le confinement, le même montant que le plan de relance, si ces 200 milliards sont dépensés, je pense qu'on pourra s'en sortir", avance le producteur. 

Comment reçoit-il alors les spectateurs dans ses théâtres ? "On s'emmerde, mais on est tellement content de retrouver les spectateurs. Il faut respecter la fil d'attente, il faut désinfecter la salle, respecter un siège de distance, mais on le fait...", raconte Jean-Marc Dumontet qui reconnaît que le port du masque est devenu aussi banal que le port de la chemise. Pour lui, enfin, il faut que ces "deux milliards annoncés" viennent en aide "aux plus fragiles, aux attachés de presse, aux auteurs, aux petites compagnies qui n'ont pas pu faire Avignon et qui ne sont pas dans les radars".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Théâtre
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants