3 min de lecture Journée des droits des femmes

Comment Maria Grazia Chiuri (Dior) donne un point de vue féministe à la mode

Dans le beau livre "Her Dior", la directrice artistique des collections féminines de la prestigieuse maison fait la place belle aux femmes photographes.

culture Laissez-vous tenter Yves Calvi & Le Service Culture iTunes RSS
>
Maria Grazia Chiuri, directrice artistique de la maison Dior, est la 1ère femme à occuper ce poste prestigieux. Rencontre signée Monique Younès, à l'occasion de la parution du beau livre "Her Dior". Crédit Image : Martin BUREAU / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Monique Younès
Monique Younès et Aymeric Parthonnaud

Nous sommes en pleine Fashion Week parisienne. Et nous vous faisons découvrir en ce 8 mars un beau livre, Her Dior (Rizzoli), un livre de photos de toutes les collections de haute couture Dior depuis 5 ans

Depuis la nomination de l’Italienne Maria Grazia Chiuri comme directrice artistique des collections féminines de la marque - grande féministe devant l’Eternel, elle a choisi pour prendre en photo ses modèles, des femmes, et uniquement des femmes, de nationalités, et de cultures différentes... Il y a l'Américaine Nan Goldin et ses photos trash et poétiques, la Française Bettina Rheims et son trash chic, qui met en scène une Laetitia Casta plus voluptueuse que jamais... Vous découvrirez la Mexicaine Maya Goded, qui capture l’image des puissantes cavalières de son pays ou la Sud-Africaine Jodi Bieber, qui s’incline devant l'élégance des femmes noires en robe Dior. 

Elles sont 33 femmes photographes aux styles très différents mais c'est à l'Italienne Brigitte Niedermaier qu'est revenu l’honneur de faire la couverture de ce livre Her Dior, et cela pour une raison simple : "Brigitte, ne fait pas seulement une photo, elle exprime un concept, explique Maria Grazia Chiuri au micro de RTL. Elle commence par faire des croquis préparatoires très minutieux de ses prises de vues. J’aime beaucoup ses photos qui ressemblent à des natures mortes ou des manifestes. Dès ma première collection, j'ai eu l'idée de collaborer avec des femmes photographes, parce qu'elles regardent les modèles comme un sujet et pas comme un objet... C'est un point fondamental de mon travail chez Dior que de montrer toutes les facettes de la féminité". 

"Her Dior"
"Her Dior" Crédit : Rizzoli Flammarion

"We should all be feminists"

La couverture du livre est étonnante. Au lieu, d’une photo d’une robe haute couture sensationnelle, on voit un T-shirt blanc enfilé sur une planche en guise de mannequin et sur laquelle, il est écrit en anglais : "We should all be feminists" (Nous devons tous être féministes). Ce T-shirt a une histoire. Maria Grazia Chiuri venait d’arriver chez Dior, débauchée de chez Valentino. Tout le monde attendait sa première collection. Elle a alors imaginé un vestiaire s’inspirant des costumes des joueurs d’escrime. Et sur un T-shirt elle fait inscrire cette phrase qui est de l'écrivaine et militante nigériane Chimamanda Ngozi Adichie. Une manière de dire que la mode selon Maria Grazia Chiuri sera politique ou ne sera pas. 

À lire aussi
États-Unis
Lil Nas X fait polémique avec des baskets contenant du sang humain

"Quand je suis arrivée, il y a eu beaucoup de critiques, se souvient-elle. Beaucoup ont pensé que la mode d'une maison de couture comme Dior ne pouvait pas être représentée par un T-shirt. En réalité, pour moi le T-shirt, est une page blanche, une façon unique d'exprimer ma pensée, de donner un message clair, comme un manifeste. Je n'ai jamais douté de ma vision pour la marque. Toutes ces critiques ne m'ont ni découragé, ni enthousiasmé. J'étais convaincue des valeurs que je portais. J'ai donc écouté les critiques mais j'ai continué à appliquer ma vision. Continué à faire ce que je considérais bon à faire."

Ne pas être simplement "la première femme"

Inébranlable. Elle trace sa route avec assurance et détermination. Dans son livre Her Dior qui paraît en aujourd’hui, journée internationale des droits des femmes oblige, les femmes photographiées sont à l’aise. Heureuses et fières. L’amplitude des jupes en tulle brodées participe à ce bien-être. S’il y a des corsets, ils sont en cuir souple, les bleus de travail sont revisités, assouplis, et les vestes bar allégées au maximum par Maria Grazia Chiuri. 

Maria Grazia Chiuri estime qu’il y a mille et une façon d'être séduisante. Son style interroge l'époque depuis toujours. Elle ne libère pas la femme, c’est déjà fait, elle la rassure, l’enveloppe, l’aère. Loin des affres de la création, dépassant les clivages angoissants des genres, Maria Grazia Chiuri utilise chacun de ses défilés comme une tribune unique pour envoyer une fois de plus un message féministe, à la fois ferme et tranquille. C’est son style.. 

"Avant même d'arriver chez Dior j'avais cette nécessité de donner un point de vue féministe à la mode. Il y avait une véritable nécessité de réfléchir à ça. Souvenez-vous des réactions à ma nomination comme directrice artistique de Dior. Les gens étaient stupéfaits. Ils disaient : 'Ah, c'est la première femme à la tête d'une grande maison prestigieuse comme Dior'. Personne ne parlait ni de mon expérience, ni de mon parcours, constate-t-elle. J'ai voulu donc poser la question de la féminité aujourd’hui dans une maison comme Dior. Et la réponse pour moi, c'est que nous devons tous être féministes !"

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Journée des droits des femmes Mode
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants