1. Accueil
  2. Culture
  3. Arts et spectacles
  4. Cavanna et le professeur Choron, deux Don Quichotte décidés à s'amuser
2 min de lecture

Cavanna et le professeur Choron, deux Don Quichotte décidés à s'amuser

REPLAY - Avec "Hara-Kiri", puis "Charlie Hebdo", François Cavanna et le professeur Choron ont distillé un esprit satirique à l'humour délibérément noir, sans complaisance ni indulgence.

François Cavanna et Georges Bernier (alias "professeur Choron") le 30 septembre 1987
François Cavanna et Georges Bernier (alias "professeur Choron") le 30 septembre 1987
Cavanna et le professeur Choron, deux Don Quichotte décidés à s'amuser
04:15
Jean-Alphonse Richard

C'est au printemps 1960, dans la France des Trente Glorieuses et du Général de Gaulle que se croisent les destins de François Cavanna et Georges Bernier, bientôt professeur Choron. Le premier porte déjà de grosses moustaches. Dessinateur, un peu. Écrivain, de plus en plus. Anarchiste, certainement. Le second est déjà totalement chauve. Colporteur, comptable, incontrôlable et enragé.

Ils se sont connus dans les locaux de Zéro, un petit journal satirique. Cavanna sait ce qu'il veut : "Moi, j'ai choisi de ne pas m'emmerder dans la vie, c'est-à-dire de faire un truc qui me passionne et de le faire au mieux". Choron aussi : "Lénine, les imitateurs, les pasticheurs, les gars qui font des calembours, tout ça c'est de la merde. Trouvons une idée originale !".

Un journaliste et un ancien d'Indochine devenu chef des ventes. Pas de Sancho Panza dans ce couple, juste deux Don Quichotte décidés à s'amuser. Leur bébé s'appelle Hara-Kiri. Cavanna a trouvé le sous-titre du journal ("bête et méchant"). Choron pratique la provocation permanente.

Cavanna et le professeur autoproclamé Choron sont les bêtes noires de toutes les institutions. La rage au cœur et le couteau entre les dents, Hara-Kiri dérange, choque et fait flotter un drapeau noir sur la marmite de la République. Qui va finir par avoir sa peau.

À lire aussi

Même si le mot d'ordre du professeur Choron est simple ("faire rire à gorge déployée") et que Hara-Kiri se vend bien, le journal est à l'index. Une première interdiction. Puis une seconde en 1970, après la mort du général de Gaulle, avec ce titre : Bal Tragique à Colombey.

"Hara-Kiri est mort, vive Charlie-Hebdo !", clament Cavanna et Choron, empêcheurs de tourner en rond de tous les pouvoirs. Charlie prend la relève avec les mêmes pères fondateurs, la même bande d'amis parfois (comme Coluche). Choron cultive la gauloiserie. Cavanna tisse, lui, un monde d'une révolte désespérée dont, peu à peu, le temps qui passe rend les contours plus doux.

Rien n'aurait du coller entre eux. Mais trente ans durant, ils ont écrit l'histoire de Hara-Kiri et de Charlie. Sans concession, avec outrance. Et la tendresse bordel !

(Chronique mise en ondes par Grégory Caranoni)

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/