2 min de lecture Laissez-vous tenter

Annie Ernaux : "Je prends la mémoire comme un moyen de connaissance"

REPLAY - Annie Ernaux dévoile son nouveau roman autobiographique : "Mémoire de fille" chez Gallimard.

Laissez-vous tenter Laissez-vous tenter Yves Calvi & Le Service Culture iTunes RSS
>
Annie Ernaux : "Je prends la mémoire comme un moyen de connaissance" Crédit Image : Catherine Hélie/Gallimard | Durée : | Date :
La page de l'émission
Bernard Lehut
Bernard Lehut et Capucine Trollion

Annie Ernaux est l'une de nos grandes romancières, elle construit depuis près de 40 ans une œuvre autobiographique qui se veut le reflet de notre histoire collective. On pensait qu'elle avait tout raconté de sa vie, son nouveau livre, Mémoire de fille, prouve le contraire. L'auteure revient sur l'été de ses 18 ans en 1958, l'été qui aurait pu, aurait dû être le plus lumineux de sa vie, celui de la découverte de l'amour et qui va tourner à un moment d'humiliation puis de honte. Ce livre, Annie Ernaux tente de l'écrire depuis 20 ans parce qu'il lui a fallu d'abord combler le gouffre qui sépare la femme septuagénaire qu'elle est devenue de la jeune fille de l'époque.  

"Cette fille de 18 ans que je regarde sur une photo d'identité sur le dossier du Bac, effectivement je ne peux pas dire que ce n'est pas moi. Je peux dire en la regardant ce dont elle se souvient, mais en même temps c'est une étrangère", confie Annie Ernaux. L'auteure fait donc alterner le "je" la désignant aujourd'hui avec un "elle" dissocié pour la jeune femme de l'été 58. Annie Duchesne, son nom de jeune fille, est embauchée comme monitrice dans une colonie de vacances. Pour la première fois, elle quitte ses parents, épiciers à Yvetot, "comme une pouliche échappée de l'enclos". "Elle part avec l'espérance de vivre une histoire d'amour", poursuit Annie Ernaux

L'histoire d'amour tourne au fiasco

La jeune femme se jette dans le lit du moniteur-chef, H., avec l'intrépidité et l'inconscience de ses 18 ans. Celui à qui elle a décidé de se soumettre corps et âme la délaisse dès la nuit suivante, elle devient la risée de la colo et va passer de bras en bras, traitée de putain par le groupe. Annie Ernaux restitue avec une puissance troublante la confusion des émotions de la jeune fille. Elle peint aussi d'un trait précis toute une époque révolue. Dix ans avant mai 68, la sexualité est encore largement taboue et la virginité, un principe sacré pour les filles.

Et ce n'est que l'année suivant cet été 58 que la honte submerge celle qui est encore Annie Duchesne. Elle lit Le Deuxième sexe, le manifeste féministe de Simone de Beauvoir et prend conscience qu'elle s'est comportée en objet soumis à la domination masculine. Naît alors chez elle ce besoin d'écrire, de mettre en mots sa vie pour la comprendre, qui ne la quittera plus. Annie Duchesne, la fille de l'été 58, était la chrysalide de la romancière Annie Ernaux, tisseuse de mémoire, ce fil vertigineux entre le passé et le présent. "Je prends la mémoire comme un moyen de connaissance, quelque chose qui empêche que les choses sombrent dans le néant", conclut Annie Ernaux.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Laissez-vous tenter Littérature Roman
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants