1. Accueil
  2. Culture
  3. Arts et spectacles
  4. Amélie Nothomb : "Dans 'Premier sang', j'accouche de mon père"
2 min de lecture

Amélie Nothomb : "Dans 'Premier sang', j'accouche de mon père"

INVITÉE RTL - Une rentrée littéraire sans Amélie Nothomb, impensable. Cette année, la Belge prend la voix de son père décédé. Un héros, un vrai.

Amélie Nothomb, le 23 août 2021
Amélie Nothomb, le 23 août 2021
Crédit : RTL
Amélie Nothomb est l'invitée en direct de Bernard Lehut et d'Yves Calvi à l'occasion de la parution de son nouveau roman "Premier sang".
26:13
Amélie Nothomb est l'invitée en direct de Bernard Lehut et d'Yves Calvi à l'occasion de la parution de son nouveau roman "Premier sang".
26:13
Bernard Lehut & Aymeric Parthonnaud

Depuis 1992, Amélie Nothomb est fidèle au rendez-vous de la rentrée littéraire. Celle-ci est doublement importante pour elle. Il s'agit de son 30e roman, Premier sang publié comme tous les précédents chez Albin Michel. Et surtout elle y rend hommage à son père décédé l'an dernier. Dans Premier sang, Amélie Nothomb raconte son père, Patrick. "J'ai l'impression de présenter mon père, que j'accouche de mon père, donc forcément c'est énorme, plaisante l'autrice, invitée de RTL ce 23 août 2021. C'est un beau bébé, même s'il est un peu tôt pour le dire, reconnaît-elle. Les premiers lecteurs m'ont dit qu'ils étaient émus par mon père et c'est tout ce que je souhaite".

L'écrivaine n'exerce jamais aussi bien son talent que lorsqu'elle écrit des romans très personnels. Qu'il s'agisse de Stupeur et tremblements et de Ni d'Eve ni d'Adam sur ses années vécues au Japon ou de Biographie de la faim sur ses souvenirs d'enfance, ce sont ses livres les plus réussis. Premier sang est à classer dans cette catégorie. Nous découvrons l'incroyable destin de son père, de sa naissance à la veille de la sienne. 

"Je ne pensais pas que j'écrirais sur mon père. Et puis il est mort et je ne m'y attendais pas, je pensais qu'il vivrait éternellement, explique l'écrivaine. Ça a été un choc terrible. C'était le premier jour du confinement. J'étais à Paris. Je n'ai pas pu me rendre aux obsèques de mon père qui ont eu lieu en Belgique. Je l'ai très mal vécu. J'ai pu me rendre sur sa tombe fin juillet et il était bien tard. J'étais en souffrance et je me suis dit : 'Ma vieille tu ne peux pas rester comme ça ! Il faut faire quelque chose. Si ton père te manque à ce point alors ressuscite-le !".

"Premier sang" d'Amélie Nothomb
"Premier sang" d'Amélie Nothomb
Crédit : Albin Michel

Amélie Nothomb lui rend donc la vie et prend sa voix. Elle dit "je" à sa place dans ce roman. "C'est très fort de faire ça mais je tirais une certaine légitimité de faire ça que j'étais celle de ses trois enfants qui lui ressemble", argumente Amélie Nothomb. Patrick Nothomb méritait d'autant plus de devenir un personnage de roman qu'il est un héros, un vrai. Diplomate, il est envoyé au tout début de sa carrière en 1964 comme consul auprès de la communauté belge de Stanleyville au Congo. Avec 1.500 de ses compatriotes, il se retrouve au cœur de la plus grande prise d'otages du XXe siècle par des rebelles congolais. Grâce à son courage, il parviendra à préserver la vie de ses compatriotes jusqu'à leur libération par les paras belges.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/