2 min de lecture Littérature

80 ans de J.M.G. Le Clézio : sa famille, la Bretagne, son inspiration... Il se confie sur RTL

DOCUMENT RTL - Le Prix Nobel de littérature se confie comme rarement sur sa carrière, son inspiration et "Chanson bretonne", publié avant le confinement.

culture Laissez-vous tenter Yves Calvi & Le Service Culture iTunes RSS
>
Programme TV Morini Bosc Crédit Image : t Francesca Mantovani Editions Gallimard. | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Bernard Lehut
Bernard Lehut et Capucine Trollion

Jean-Marie Gustave Le Clézio, prix Nobel de Littérature en 2008, fête ce lundi 13 avril ses 80 ans. Dans ses veines coule du sang breton, mauricien et anglais.

Pas étonnant que son encre soit elle aussi métissée, que ses romans parlent de toutes les cultures et qu'il partage sa vie aujourd'hui entre Nice où il est né, un village proche de Douarnenez et Paris qu'il aime, sans oublier sa proximité avec l'île Maurice où émigrèrent au XVIIIe siècle ses ancêtres bretons et avec le Maroc, pays d'origine de son épouse. Discret voire secret, Le Clézio s'est toujours tenu à distance du fracas médiatique, ce qui ne l'a jamais empêché d'être à l'écoute du monde.

Le mois dernier, juste avant le confinement, l'écrivain a publié Chanson bretonne, chez Gallimard, un livre dans lequel il évoque son enfance ou plutôt deux périodes précises de celle-ci. La première, qui donne son titre à l'ouvrage, raconte ses étés passés, entre 8 et 14 ans, en Bretagne, "le pays qui m'a apporté le plus d'émotions et de souvenirs" écrit-il. Le versant lumineux de l'enfance sur la terre de ses aïeux.

La Bretagne, terre de bienfait pour l'auteur

Pour ce retour à l'écriture à 80 ans, il confie : "J'ai 80 ans et si je rate ce coche-là, je ne le trouverai plus peut-être dans quelques années. Et parce que ce sont des souvenirs que j'ai de mon temps d'enfance, qui sont très mélangés. Ce sont des souvenirs heureux et malheureux à la fois. Heureux parce que la Bretagne m'a guéri d'une période très difficile de ma vie, elle m'a apporté le bienfait de la nature (...) et surtout de la gentillesse des gens, chez qui nous étions ma famille et moi-même pendant cette période-là", confie l'auteur. 

J. M. G. Le Clézio et Bernard Lehut dans la bibliothèque de Gallimard
J. M. G. Le Clézio et Bernard Lehut dans la bibliothèque de Gallimard Crédit : Bernard Lehut
À lire aussi
Un client dans une librairie (illustration) entreprises
Confinement : "Il faut que la règle soit la même pour tout le monde", explique un libraire

En contrepoint de ces temps heureux, Le Clézio raconte, dans le second texte qui compose son livre, la période précédente, celle des années de la guerre, "la pire des choses qui peut arriver à un enfant" souligne-t-il. Réfugié avec sa mère et sa grand-mère dans l'arrière-pays niçois, le petit Le Clézio échappe de peu à la mort quand une bombe tombe dans le jardin familial. Un choc qui l'ébranle encore aujourd'hui et a orienté toute sa vie en le persuadant que rien n'est jamais acquis définitivement.

"Je suis un écrivain, donc j'ai des travers détestables, je mélange mes souvenirs à ceux des autres à mes lectures (...) Mes souvenirs ne sont pas fiables et n'étant pas fiables, je pense qu'ils s'apparentent davantage au fait de raconter quelque chose (...) C'est la dimension que je voulais donner à ce petit livre, c'est-à-dire qu'il ne soit pas pris pour des mémoires d'enfant, mais pour une imagination à partir de légendes que j'ai reçues d'on-dit, de ce qu'on m'a raconté", résume l'auteur.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Littérature
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants