1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. Neil Armstrong ne reviendra jamais vraiment de la Lune
2 min de lecture

Neil Armstrong ne reviendra jamais vraiment de la Lune

REPLAY - L'Américain restera à jamais le premier homme à avoir posé le pied sur le satellite de la Terre en 1969.

L'astronaute Neil Armstrong en juillet 2011
L'astronaute Neil Armstrong en juillet 2011
Crédit : AFP / NASA
Neil Armstrong ne reviendra jamais vraiment de la Lune
03:45
Jean-Alphonse Richard

Neil Armstrong est un ancien pilote d'essais de l'US Army. Son nom, comme celui de Christophe Colomb, sera célèbre pour l'éternité. La Lune, quant à elle, fascine les hommes depuis la nuit des temps. Un petit pas va tout changer. La croisée des destins de l'Américain Neil Armstrong et de l'astre, le 21 juillet 1969 à 20h17 temps universel, a changé l'histoire de l'Humanité.

La Lune est le satellite naturel de la Terre, sa plus fidèle compagne depuis des milliards d'années. Elle est à 360.000 kilomètres, mais on pourrait presque la toucher. Les frères Méliès y sont allés en 1902. La littérature fantastique, puis le cinéma l'ont peuplée de monstres.

Armstrong, 38 ans, qui a découvert l'espace à bord des avions fusées expérimentaux de l'armée, se moque de la science-fiction. La Lune, il l'étudie depuis des années. Il la trouve accueillante. Pas de tempête là haut. "Travailler avec la gravité, c'est plus facile que sur terre", dit l'Américain. Deux ans avant le grand soir, il est capitaine de la mission Apollo 11, prêt pour la plus extraordinaires des odyssées.

Le 16 juillet 1969, dans un déluge de feu et de bruit, le lanceur Saturn envoie le vaisseau Apollo vers la Lune. Trois hommes sont à son bord. D'abord Michael Collins, qui restera dans le vaisseau pour récupérer les deux autres. Ensuite Neil Armstrong, dont le pouls affiche à ce moment 109 battements minute. Enfin Buzz Aldrin, le plus âgé. Il aurait du marcher sur la Lune le premier. Mais l'Histoire tient parfois à un grade : c'est Armstrong le capitaine.

À écouter aussi

"La Terre est belle vue d'en haut, raconte-t-il. "Elle est bleue, nimbée de vapeurs blanches". Il pose le module LEM sur la Lune. Six heures après, son scaphandre émerge dans la nuit de l'espace. Il descend l'échelle et touche un sol de poussière grise. "Un petit pas pour l'homme, un pas de géant pour l'humanité", confesse Armstrong.

Le premier homme à avoir marché sur la Lune n'y retournera jamais. Il ne reviendra jamais vraiment sur Terre. Prisonnier, jusqu'à sa mort en 2012, de son voyage dans le firmament d'où il était rentré avec un message de paix.

(Chronique mise en ondes par Grégory Caranoni)

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/