1 min de lecture Connecté

La CNIL ordonne à l'application de rumeurs Gossip de se conformer à la loi

La CNIL a estimé que l'application ne respectait pas les lois relatives à la vie privée et aux libertés individuelles.

L'application française Gossip mise en demeure par la CNIL
L'application française Gossip mise en demeure par la CNIL Crédit : Gossip
Ambre Deharo
Ambre Deharo

La Commission nationale informatique et libertés (CNIL) a finalement décidé de s'en prendre à Gossip. Cette application, sorte de clin d’œil à la série populaire Gossip Girl, permettant d'échanger des rumeurs de façon anonyme a été lancée en 2015. Déjà à l'époque, la ministre de l'Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, avait préconisé une "extrême vigilance" dans son utilisation.

Le 14 octobre, la CNIL a donc décidé de mettre en demeure l'entreprise qui édite l'application Gossip
, W.M.G, de se mettre en conformité avec la loi, lui accordant un délai d'un mois. En effet, la Commission accuse notamment l'entreprise de ne pas respecter les textes de lois relatifs au respect de la vie privée et des libertés individuelles, et ainsi de recueillir massivement des numéros de téléphone.

Le danger pour les utilisateurs mineurs

Les numéros de téléphone étant en effet au cœur du fonctionnement de l'application. Gossip permet à ses utilisateurs d'associer une rumeur à un contact téléphonique ou sur Facebook, et ce de façon anonyme. Pour cela, Gossip doit donc avoir accès aux contacts de ses utilisateurs, y compris ceux qui n'auraient pas téléchargé l'application. Cependant, toutes les personnes disposant du même contact dans leur propre répertoire sont susceptibles de recevoir la rumeur colportée. Selon la CNIL donc, Gossip est utilisée "pour diffuser des commérages ou des accusations à l'encontre notamment de personnes mineures". 

La commission estime qu'un individu mineur "peut faire l'objet de calomnies susceptibles de déstabiliser son entourage et de lui porter un grave préjudice", soulignant par ailleurs l'absence de contrôle totale de cet individu sur les propos rapportés par l'émetteur/utilisateur de l'application, mais aussi sur les récepteurs du message. Or, précise la CNIL, la loi "informatique et libertés" stipule que les applications numériques ne doivent "porter atteinte ni à l'identité humaine, ni aux droits de l'homme, ni à la vie privée, ni aux libertés individuelles ou publiques".

La rédaction vous recommande

 

À lire aussi
L'iPhone 11, sorti en 2019. Connecté
Apple : la résistance à l'eau de certains iPhone est-elle mensongère ?

Lire la suite
Connecté Application Cnil
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants