1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. BrainPort V100, un appareil pour aider les aveugles à voir avec la langue
1 min de lecture

BrainPort V100, un appareil pour aider les aveugles à voir avec la langue

La Food and Drugs Administration a donné son feu vert pour la mise sur le marché d'un appareil qui pourrait améliorer le quotidien des aveugles et des malvoyants.

L'implication d'un chien dans des faits d'abus sexuels crée une situation inédite au Canada (illustration)
L'implication d'un chien dans des faits d'abus sexuels crée une situation inédite au Canada (illustration)
Benjamin Hue
Benjamin Hue

Aux dires de ses concepteurs, cet appareil pourrait révolutionner le quotidien des quelques 40 millions d'aveugles et plus de 250 millions de malvoyants que compte la planète. Chargée de délivrer les autorisations de mise en vente des médicaments sur le territoire américain, la Food and Drugs Administration (FDA) a donné son feu vert à la commercialisation de BrainPort V100, une caméra intégrée à une paire de lunettes accompagnée d'un appareil équipé de plusieurs électrodes à glisser sous la langue, capable d'aider son porteur à s'orienter et de lui projeter une image mentale de son environnement.

Alimenté par une batterie, le dispositif est relié à un logiciel qui convertit l'image capturée par la caméra en signaux électriques. Ces derniers sont ensuite envoyés au dispositif intra-oral et perçus par des vibrations ou des picotements sur la langue de l'utilisateur. Le logiciel nécessite une à deux semaines pour être pris en main. Le porteur doit apprendre à interpréter les signaux pour apprécier de plus en plus précisément l'emplacement, la position, la taille et la forme des objets et déterminer s'ils sont en mouvement ou à l'arrêt.

Dans un communiqué, la FDA explique avoir procédé à de nombreux tests avant de donner son aval à la mise sur le marché du produit. Le BrainPort V100 a passé avec succès les différents essais cliniques et tests de sécurité effectués par l'agence sanitaire américaine. Les études ont montré que 51 des 74 individus qui ont utilisé le dispositif pendant un an ont été capables de reconnaître des objets. Une avancée significative qui n'a pas été entravée par les dangers potentiels liés à l'utilisation de l'appareil, alimenté par un circuit électrique, qui se sont finalement limités à quelques brûlures superficielles et à un arrière-goût métallique dans la bouche.

Services
La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/