1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Zone de turbulences pour Air France
2 min de lecture

Zone de turbulences pour Air France

REPLAY - La compagnie aérienne s'engage dans un plan de restructuration après l'échec des négociations avec les pilotes.

Marc-Olivier Fogiel
Marc-Olivier Fogiel
"On refait le monde" du jeudi 1er octobre 2015 - l'intégralité
00:29:21
"On refait le monde" du mercredi 30 septembre 2015 - l'intégralité
00:28:09

On refait le monde avec :- Yvan Levaï, journaliste
- Philippe Besson, écrivain
- Xavier Couture, producteur
- Christian Ménanteau, journaliste

La direction d'Air France a donné jeudi soir son feu vert à un plan de restructuration qui sera présenté au conseil extraordinaire lundi 5 octobre. Ce "plan B" était redouté après l'échec des négociations entre les pilotes et la direction sur un plan qui visant à faire travailler plus les personnels pour le même salaire. Interrogé sur RTL, le secrétaire d'État aux Transports Alain Vidalies s'est dit "inquiet" pour une "entreprise fragile".

Selon Christian Ménanteau, "Air France ne va pas mourir", mais le problème est que la compagnie "a toutes les chances d'aller jouer en troisième division très très vite". Si elle est "encore aujourd'hui une grande compagnie aérienne", "elle est sur la phase descendante". Pour lui, les pilotes auraient dû accepter l'accord afin de sauver le groupe car le plan B, avec ses 12 à 14 appareils en moins, va mettre 3.000 à 3.500 personnes au chômage. "C'est probablement le moment où il faut que les pilotes se mettent face à leurs responsabilités", estime-t-il. "Le problème est : est-ce-qu'ils peuvent faire six vols de plus par an?".

"C'est une coalition d'incompétents et d'irresponsables"

Pour Philippe Besson, "tout le monde est coupable et je mets direction et pilotes dans le même panier". "Pour moi, c'est une coalition d'incompétents et d'irresponsables", estime-t-il. Air France, d'une part, est structurellement déficitaire depuis dix à quinze ans et se trouve avec "une dette abyssale et un chiffre d'affaire qui ne progresse plus". La compagnie a également "raté deux virages essentiels : le virage du low cost auprès du grand public et le virage du service de grande qualité auprès des clients business qui a été pris par les compagnies du Moyen-Orient ou du Proche-Orient". Philippe Besson , sévère, considère que la compagnie a fait une faute en se croyant trop grosse pour tomber. D'autre part, il considère que "les pilotes sont effectivement des nantis. On leur demande de travailler 10 à 15% de plus, c'est-à-dire en fait de travailler autant que leurs collègues étrangers".

À lire aussi

De son côté, Xavier Couture estime que "le pouvoir politique s'est assez mal comporté" depuis le début des problèmes car le gouvernement n'a pas fait face aux syndicats. "Les pouvoirs publics n'ont pas fait le nécessaire", dit-il. Pour lui, le cas d'Air France ressemble à celui de la SNCM, "où des syndicats par obstination ont mis leur outil de travail par terre". Par ailleurs, le virage du low cost a été raté à cause des pilotes. qui ne voulaient pas s'aligne. "Air France est la caricature d'une bureaucratie impossible, d'un système de dialogue social malsain et de pouvoirs publics qui ne prennent pas leurs responsabilités", conclut-il.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.