1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. VIDÉO - Ségolène Royal défend ses propos sur Cuba à l'Assemblée nationale
1 min de lecture

VIDÉO - Ségolène Royal défend ses propos sur Cuba à l'Assemblée nationale

Ségolène Royal, attaquée par la droite pour ses propos sur Cuba jugés "complaisants pour cette dictature", a répondu notamment : "N'allez pas dire que quatre millions de touristes se rendent dans une dictature, ce n'est pas vrai".

Ségolène Royal à l'Assemblée nationale, le 7 décembre 2016
Ségolène Royal à l'Assemblée nationale, le 7 décembre 2016
Crédit : ERIC FEFERBERG / AFP
Julien Absalon
Julien Absalon

Ségolène Royal n'en démord pas sur Cuba. Largement houspillée par la quasi totalité de la classe politique française pour ses éloges sans nuances de Fidel Castro, la ministre de l'Environnement a défendu, mercredi 7 décembre, à l'Assemblée nationale, ses propos. 

Interpellée par la droite dans l'hémicycle, la numéro trois du gouvernement a d'abord déploré la "violence" de cette polémique qui, selon elle, a "blessé" les Cubains. Rappelant d'abord que "c'est aux historiens de faire le bilan de cette histoire avec les ombres et les lumières", Ségolène Royal a poursuivi en soulignant que Cuba "reçoit quatre millions de visiteurs et de touristes par an". Puis a ajouté : "Vous n'allez pas dire que quatre millions de personnes se rendent dans une dictature, ce n'est pas vrai". 

La ministre a ensuite contre-attaqué en prenant pour exemple le souverain pontife : "Il faudra m'expliquer pourquoi vous n'agressez pas de la même façon le Pape, qui s'est rendu deux fois à Cuba, et qui a rencontré personnellement Fidel Castro. Ses deux prédécesseurs se sont également rendus à Cuba". 

Samedi 3 décembre, en déplacement à Santiago de Cuba pour les funérailles du "Lider Maximo" décédé le 25 novembre à 90 ans, Ségolène Royal avait déclaré : "Écoutez, il y a beaucoup de désinformation. Ce que j'observe, c'est que jamais les relations diplomatiques n'ont été coupées avec Cuba. (...) Ici, quand on demande des listes de prisonniers politiques, on n'en a pas".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/