1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. VIDÉO - Le Debrief du Grand Jury du 15 février 2015 : Benoît Hamon

VIDÉO - Le Debrief du Grand Jury du 15 février 2015 : Benoît Hamon

VIDÉO - Les journalistes Yaël Goosz, Yves Thréard et Éric Revel ont débriefé le passage du député des Yvelines au "Grand Jury RTL/ Le Figaro/ LCI", dimanche 15 février.

Benoît Hamon, invité du Grand Jury le 15 février 2015
Benoît Hamon, invité du Grand Jury le 15 février 2015
Crédit : RTL / Frédéric Bukajlo / Abacapress
Marie-Pierre Haddad
Journaliste

Benoît Hamon avait une position de candidat. "Il voulait vraiment se positionner à l'aile gauche du Parti socialiste et pourquoi pas être le futur premier secrétaire du parti", indique Yaël Goosz. Selon Yves Thréard, l'ancien ministre était "détendu, convaincu et ambitieux. Il était quelqu'un de fermé, austère et maintenant il avait le sourire plus facile. Il aimerait bien avoir de grandes responsabilités à l'intérieur du PS".

Benoît Hamon est un peu le dernier des jeunes Mohicans

Éric Revel

"Benoît Hamon est droit dans ses bottes", estime Éric Revel. "Pour incarner la gauche du Parti socialiste, de cette génération, il n'y a plus grand monde. Il nous a rappelé que Arnaud Montebourg ne ferait plus de politique de manière professionnelle. Ce n'est pas faire offense à Aurélie Filippetti de dire qu'elle n'incarne pas la même chose. Donc Benoît Hamon est un peu le dernier des jeunes Mohicans et il sent que si la politique économique du gouvernement échoue, il va pouvoir incarner la gauche du PS. Cette position lui permet d'être détendu et de voir l'avenir avec enthousiasme"

Benoît Hamon est en faveur d'une mesure européenne qui prévoit de suivre à la trace les voyageurs aériens

Yves Thréard

Benoît Hamon est favorable à la réforme du Conseil français du culte musulman car il pense qu'il faut qu'il y ait une représentation pour dialoguer avec les musulmans de France. '"Cependant, il n'estime pas que l'islam et l'islamisme puissent poser un problème particulier à la France. Ce qui est intéressant, est qu'il en faveur d'une mesure européenne qui prévoit de suivre à la trace les voyageurs aériens et cela est étonnant de sa part. On ne le connaissait pas aussi 'sécuritaire'", analyse Yves Thréard.

"Mais il explique qu'il pourrait être temporaire", nuance Éric Revel, qui reconnait néanmoins que cette annonce "est étonnante de la part de Benoît Hamon".

La rédaction vous recommande
Sur les thématiques :

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/