3 min de lecture Justice

Tour triangle : Dati dénonce des faits de favoritisme et de détournement de fonds publics

L'ex-candidate LR à l'Hôtel de ville de Paris a affirmé ce mardi 28 juillet avoir saisi la justice au sujet des avantages que la mairie de Paris aurait accordé au concessionnaire de la Tour triangle et qui, selon elle, relèvent du "favoritisme" ou d'un "détournement de fonds publics".

La maire Les Républicains du 7e arrondissement de Paris, Rachida Dati
La maire Les Républicains du 7e arrondissement de Paris, Rachida Dati Crédit : Christophe ARCHAMBAULT / AFP
Sarah Ugolini
Sarah Ugolini
et AFP

Rachida Dati a saisi la justice. L'ex-candidate LR à l'Hôtel de ville de Paris a affirmé ce mardi 28 juillet à l'AFP avoir dénoncé à la justice des avantages que la mairie aurait accordé au groupe Unibail, concessionnaire de la Tour triangle. Selon elle, ces avantages relèvent du "favoritisme" ou d'un "détournement de fonds publics".

S'appuyant sur un rapport de la chambre régionale des comptes, l'ancienne garde des Sceaux a ajouté qu'elle a transmis jeudi des courriers dénonçant ces faits au procureur de Paris Rémy Heitz et au procureur financier Jean-François Bohnert, confirmant une information du Parisien et du Canard enchaîné. "Le rapport de la cour des comptes est assez clair. Je n'ai fait que reprendre des faits qui sont qualifiables pénalement", a expliqué Rachida Dati.

La chambre régionale de comptes d'Ile-de-France a estimé dans son rapport que le projet de la Tour Triangle avait été "inséré de façon critiquable dans l'enceinte du Parc des expositions de la porte de Versailles", situé au sud de la capitale. En outre, pour réaliser ce projet, la ville de Paris a accepté d'indemniser le concessionnaire du parc des expositions, Viparis (filiale d'Unibail-Rodamco), à hauteur de 263 millions d'euros "pour un préjudice non démontré", a-t-elle également pointé.

Un contrat attribué "dans des conditions en partie contestables"

La ville a certes résilié sa concession de manière anticipée, mais lui a attribué un nouveau contrat lui permettant de continuer à exploiter les installations. Ce contrat a été attribué "dans des conditions en partie contestables", souligne également le rapport.

Outre des délais de dépôt d'offre courts, compte tenu de la complexité du projet, la ville de Paris a demandé aux candidats un droit d'entrée de 263 millions d'euros. Elle a accepté que Viparis s'acquitte de cette somme en "renonçant à l'indemnité de résiliation anticipée de la concession", alors que l'autre candidat devait "autofinancer" ce droit d'entrée, selon cette source. 

À lire aussi
Le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti devant l'Assemblée nationale, le 29 septembre 2020. Éric Dupond-Moretti
Les infos de 18h - Enquête sur le PNF : "J'ai dit tout ce que j'avais à dire", dit Dupond-Moretti

La ville de Paris "s'est ainsi privée d'une ressource nette tout en provoquant une distorsion de concurrence pour l'attribution du nouveau contrat, conclut la Chambre régionale des comptes.

Une Tour programmée pour favoriser les intérêts d'une personne morale privée

"Le rapport démontre que la réalisation du projet de la Tour triangle n'a répondu à aucun intérêt de la ville de Paris et qu'elle a été programmée afin de favoriser les intérêts d'une personne morale privée, à savoir la société Unibail", dénonce Rachida Dati dans ses courriers.

"Ainsi, le groupe Viparis a été dispensé de réaliser les investissements de modernisation programmés dans le cadre de la concession, avec pour effet de faire financer par la concession la finalisation du projet de Tour porté par une autre société de ce même groupe, ce qui s'apparente à une situation de favoritisme", explique-t-elle.

La ville de Paris a accepté d'indemniser son concessionnaire à hauteur de 263 millions d'euros

"De surcroit, poursuit l'ex-ministre de Nicolas Sarkozy, la ville de Paris a accepté d'indemniser son concessionnaire à hauteur de 263 millions d'euros pour un préjudice dont la chambre estime qu'il n'est pas démontré".

"Les interrogations de la chambre sur la partie du montant correspondant aux bénéfices non perçus par le concessionnaire, soit 152 millions d'euros, n'ont reçu aucune explication de la part de la ville. Cela pourrait être qualifié de détournement de fonds publics", a-t-elle estimé.

Pour être validé, le projet de la Tour Triangle doit être voté par le Conseil de Paris mais les écologistes, partenaires de la majorité et l'opposition de droite sont hostiles au projet, souligne Rachida Dati. "Si la tour n'est pas construite, il faudra que Mme Hidalgo s'en explique parce qu'il faudra à nouveau verser des indemnités", prévient-elle.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Mairie de Paris Rachida Dati
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants