3 min de lecture Assemblée nationale

Thierry Solère, Les Républicains et le poste de questeur, le nouvel affrontement à venir

RÉCIT - Le député, exclu des Républicains, a adhéré à La République En Marche. La droite se lance dans une nouvelle bataille, celle de récupérer le poste clé de questeur de l'Assemblée, pour lequel il a été élu en juin dernier,

Thierry Solère, à l'Assemblée nationale Crédit : Jacques Witt/SIPA
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Thierry Solère a franchi le pas. Après avoir marqué, depuis des mois, sa différence avec la politique d'opposition des Républicains, ce Macron-compatible à l'origine des Constructifs est devenu adhérent de La République En Marche. Selon les informations du Journal du Dimanche, le député a annoncé son ralliement avec Gérald Darmanin, le ministre des Comptes publics, et Sébastien Lecornu, le secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire. 

En prenant cette décision, le député met fin à une crise politique au sein des Républicains qui avait abouti à son exclusion. Dans les colonnes du journal, il explique sa décision : "Quand j'écoute Guillaume Peltier à l'Assemblée, je me dis : 'Qu'est-ce qui s'est passé pour que ce soit cette voix-là qui s'exprime au nom des Républicains ?'."


Quelques heures plus tard, il affirme au micro de BFMTV ne pas vouloir mettre son énergie "à reconstituer de vielles formations politiques. Je veux la mettre à la reconstruction du pays. Je ne suis pas une marionnette qui appartient à un parti pour cocher des cases". Reste cependant un point précis à régler entre Les Républicains et Thierry Solère : le poste de questeur à l'Assemblée nationale.

À lire aussi
Nicole Belloubet, à l'Assemblée nationale, le 19 novembre 2018 assemblée nationale
Quand Nicole Belloubet cite "La Reine des Neiges" en plein débat à l'Assemblée

Un poste clé à l'Assemblée nationale

Le poste occupé par le député est clé au sein du Palais Bourbon. Au total, l'Assemblée nationale compte trois questeurs par législature. Ils sont "chargés des services financiers et administratifs. Aucune dépense nouvelle ne peut être engagée sans leur avis préalable", indique le site Nosdéputés.fr. La tradition veut que sur les trois postes, deux reviennent à la majorité et l'autre au principal groupe d'opposition. Ont ainsi été désignés Florian Bachelier et Laurianne Rossi pour La République En Marche et Thierry Solère pour Les Constructifs. L'élection du député des Hauts-de-Seine avec 306 voix a été le résultat de tractations politiques pour récupérer le poste, en priver Éric Ciotti (146 voix), mettre en difficulté Les Républicains et provoquer la colère de l'UDI. 

À lire aussi

Ouest France expliquait en juin dernier que "les membres du groupe MoDem s’étaient entendus de façon à ce qu’Éric Ciotti ait la majorité, par respect pour la tradition (...) A contrario, en ne donnant pas de consignes de vote à ses députés, REM a laissé ses troupes choisir librement. Elles ont préféré Thierry Solère, moins marqué à droite qu’Éric Ciotti (...). 'Cette opération a été menée par sept ou huit de nos collègues, accuse Christian Jacob, qui d’ailleurs ont trompé les membres de leur groupe. En choisissant trois questeurs totalement acquis au gouvernement, nous nous trouvons dans une situation extrêmement grave. Il n’y a plus de contrôle budgétaire dans cette maison. Toutes ses règles tombent. Cette assemblée ne peut pas commencer de cette façon…'".

La droite fulmine, Solère s'accroche

Situation inédite : les trois questeurs font partie de la majorité. La droite a demandé la démission de Thierry Solère de son poste pour lequel il perçoit "un supplément d'indemnité de 5.000 euros et dispose d'un appartement de fonction de 400 mètres carrés et de plusieurs collaborateurs", indiquait Marianne. Ainsi commence un nouvel affrontement entre Les Républicains et le dernier adhérent en date chez La République En Marche. 

Dans un communiqué publié ce lundi 27 novembre, François de Rugy, le président de l'Assemblée nationale, reconnaît que cette situation "impacte indéniablement le fonctionnement de l'Assemblée" et annonce qu'il mènera "dans la journée des consultations avec les présidents des groupes politiques pour contribuer à sortir rapidement de la situation qui prévaut aujourd’hui, et qui appelle à mon sens des décisions, afin que soient garantis les droits de l’opposition". La porte-parole des députés REM, Aurore Bergé, estime ce lundi que "l'opposition" devait être "représentée" à la questure de l'Assemblée nationale. "Il faut que l'on ait ce débat. En effet, il faut que l'opposition puisse être représentée. Il faut que l'on ait ce débat en interne. C'est un poste important au sein de l'Assemblée nationale, c'est la gestion de nos finances notamment, et vous savez qu'on a engagé un train de réformes extrêmement important", indique-t-elle sur RFI

Mais cela ne semble pas atteindre Thierry Solère qui, dès la veille, affirmait déjà que "le poste de questeur n'appartient pas aux partis politiques (...) Que dit le règlement de l'Assemblée nationale ? C'est que dans la répartition (des postes de responsabilité) on tente - on tente ! - de veiller à une répartition pluraliste et de respecter la parité. Mais, par nature, c'est une élection". Et d'ajouter : "Je n'ai aucune raison de démissionner, je suis très heureux avec Florian Bachelier, qui est le premier questeur, et Lauriane Rossi, ma collègue également députée des Hauts-de-Seine".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Assemblée nationale Thierry Solère Les Républicains
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7791154898
Thierry Solère, Les Républicains et le poste de questeur, le nouvel affrontement à venir
Thierry Solère, Les Républicains et le poste de questeur, le nouvel affrontement à venir
RÉCIT - Le député, exclu des Républicains, a adhéré à La République En Marche. La droite se lance dans une nouvelle bataille, celle de récupérer le poste clé de questeur de l'Assemblée, pour lequel il a été élu en juin dernier,
https://www.rtl.fr/actu/politique/thierry-solere-les-republicains-et-le-poste-de-questeur-le-nouvel-affrontement-a-venir-7791154898
2017-11-27 12:32:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/pyr7Rtsv-ePfIy_xS1hD7w/330v220-2/online/image/2017/1127/7791154986_thierry-solere-a-l-assemblee-nationale.jpg