2 min de lecture Grève

SNCM : les négociations interrompues par la nuit

Les discussions doivent reprendre ce mercredi matin. En Corse et sur le continent, les professionnels pénalisés par le conflit trépignent.

Un ferry de la SNCM dans le port de Marseille
Un ferry de la SNCM dans le port de Marseille Crédit : BERTRAND LANGLOIS / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le Premier ministre Manuel Valls a haussé le ton ce mardi, alors que les négociations entre les représentants de l'intersyndicale de la SNCM et son actionnaire majoritaire Transdev ont achoppé dans la soirée et doivent reprendre ce mercredi matin, à 9h30, à la préfecture des Bouches-du-Rhône.

Reculades

 Menées sous les auspices du médiateur gouvernemental Gilles Bélier, elles semblaient encore coincer ce mardi du côté de l'actionnaire majoritaire, Transdev. Selon des sources concordantes, un deuxième texte défendu par les représentants de l'Etat aurait été présenté après l'échec du premier proposé par le médiateur, rejeté par Transdev.

Ce nouveau texte prévoit encore un moratoire sans procédure judiciaire pendant quelques mois permettant, comme le souhaitent les syndicats, de travailler à une solution de reprise de la compagnie. Ce projet d'accord n'avait cependant pas encore reçu l'aval de Transdev/Veolia ce mardi en fin de soirée.

Pourtant à la mi-journée, un premier projet d'accord semblait sur le point d'aboutir. Lundi, l'intersyndicale avait fait un pas en avant, se disant prête à négocier un nouveau plan avec la direction mis en place par Transdev.

"Cadre sécurisé"

À lire aussi
Muriel Pénicaud, à l'Assemblée nationale, le 24 mars 2020 coronavirus
Coronavirus et préavis de grève : Pénicaud "ne comprend pas l'attitude de la CGT"

Mais les représentants de salariés souhaitaient, en échange, un "cadre sécurisé" qui a fait achopper les discussions toute la journée. En clair, pas de recours au tribunal de commerce, qu'ils interprètent comme la voie d'un démantèlement.

Cette solution mise en avant par Transdev et qui avait également, ce week-end, les faveurs du gouvernement, permettrait selon l'actionnaire majoritaire, outre d'apurer les comptes de la compagnie déficitaire, de lever l'hypothèque de lourdes condamnations européennes, noeud gordien du dossier SNCM depuis dix-huit mois.

Rassemblement devant la préfecture de Bastia ce mercredi matin

Les effets de la grève, qui a débuté le 24 juin, commencent à provoquer le mécontentement de part et d'autre dans la région marseillaise et en Corse. La Corse a connu plusieurs jours de tensions, durant lesquels les représentants du monde économique, qui s'estiment fortement pénalisés par la grève de la SNCM, mettent la pression sur les pouvoirs publics.

Obligés de dérouter leurs camions par Toulon, les transporteurs notamment, pointent du doigt les surcoûts engendrés en carburant et heures supplémentaires pour les chauffeurs.

Les organisations socioprofessionnelles (organisations patronales, CCI, agriculteurs, transporteurs...) de l'île ont donc lancé lundi un ultimatum qui a pris fin ce mardi à 18 heures, et pris rendez-vous ce mercredi à 10 heures devant la préfecture de Bastia.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Grève Transports SNCM
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants