4 min de lecture Nicolas Sarkozy

Retour de Nicolas Sarkozy : les divers scénarios divisent l'UMP

DÉCRYPTAGE - Les membres de l'UMP réclamant le retour de Nicolas Sarkozy donnent de la voix. Mais ils ne sont pas tous d'accord sur les modalités.

Nicolas Sarkozy, ici à New York le 24 avril 2014, sera probablement candidat en 2017, selon une majorité de Français. (archives)
Nicolas Sarkozy, ici à New York le 24 avril 2014, sera probablement candidat en 2017, selon une majorité de Français. (archives) Crédit : AFP / Emmanuel Dunand
Marion Dautry
Marion Dautry
Journaliste RTL

Le retour de Nicolas Sarkozy ne semble plus faire de doute. Tous à l'UMP ne l'appellent pas de leurs vœux, comme Xavier Bertrand, qui a demandé le 1er juin que Nicolas Sarkozy "reste à l'écart". Une position réaffirmée ce mercredi sur i>Télé , l'ancien ministre demandant que "tous ceux qui (...) ont été engagés dans la campagne présidentielle de 2012" de l’UMP "se tiennent à l’écart du mouvement".

L'ancien président s'y prépare pourtant activement, aidé par de nombreuses voix à l'UMP qui évoquent la présidence du parti, laissée vacante après la démission de Jean-François Copé, et celle de la République.

Brice Hortefeux : l'UMP et l'Élysée, sans primaire

Proche de l'ancien président, Brice Hortefeux a réclamé son retour dans un entretien publié mercredi 4 juin dans le journal Le Monde. L'ex-ministre de l'Intérieur souhaite qu'il "soit candidat à la présidence de l'UMP" lors du congrès du 4 octobre prochain.

À lire aussi
Gérard Longuet, à Paris, le 18 octobre 2011. (archives) gouvernement
Ces ministres qui sont revenus en poste après avoir été blanchis

Ce fidèle de Sarkozy juge par ailleurs "inutile" le recours à une primaire "lorsqu'un choix s'impose naturellement", pour désigner le candidat de l'UMP à la présidentielle de 2017.

Christian Estrosi : une primaire pour choisir le candidat à la présidentielle

Alain Juppé, membre du triumvirat qui dirige le parti jusqu'au congrès d'octobre, veut que le président du parti ne soit pas son candidat à l'élection présidentielle. Traditionnellement, le candidat de l'UMP à la présidence de la République est en effet le président du parti.

L'ancien ministre sarkozyste et maire de Nice Christian Estrosi veut au contraire que ce congrès soit une primaire désignant le leader et le candidat du parti. Le congrès "est peut être le moment pour Nicolas Sarkozy, s'il a une envie de retour sur la scène politique, de pouvoir le faire", a-t-il déclaré sur i>Télé.

À la surprise générale, il est suivi par Dominique de Villepin, ancien rival de Nicolas Sarkozy qui juge ce dernier comme étant "l'un des très rares", avec Alain Juppé, à pouvoir rassembler la droite. Selon lui, le congrès d'octobre "sera décisif dans le choix du candidat pour la future élection présidentielle".

Geoffroy Didier : le retour de l'homme providentiel

Pour le leader du courant sarkozyste de la "Droite forte" Geoffroy Didier, "il est temps que le devoir appelle Nicolas Sarkozy". "Si Nicolas Sarkozy devenait le président de l'UMP à l'issue d'un congrès, il ne serait pas un président de l'UMP comme un autre. Ce serait l'occasion d'une véritable refondation idéologique de toute l'opposition républicaine", estime-t-il.

Nadine Morano : Luc Chatel en intérim avant le grand retour

Nadine Morano, fidèle parmi les fidèles, soutient ce scénario du retour de l'homme providentiel, et voudrait le voir s'appliquer dès le prochain congrès. En attendant, elle réclame la dissolution du triumvirat qu'elle juge "illégitime" et une présidence par intérim assurée par le vice-président du parti, Luc Chatel.

Pour l'ancienne ministre, il est temps pour Nicolas Sarkozy de reprendre le parti en main afin de préparer l'élection présidentielle. Il faut surtout barrer le passage aux membres du triumvirat, que les sarkozystes voient comme des rivaux potentiels pour leur champion.

Roger Karoutchi : président de la République, pas du parti

Le sénateur UMP des Hauts-de-Seine Roger Karoutchi estime pour sa part que la présidence du parti n'est pas pour Nicolas Sarkozy. "La présidence de l'UMP ? Je ne pense pas qu'il ira", a-t-il déclaré, cité par Le Parisien

"En revanche, il doit prendre la parole plus vite que prévu pour nous dire rapidement s'il souhaite se représenter en 2017 ou pas. Il doit accélérer son calendrier", a-t-il ajouté.

Le député de Haute-Savoie Bernard Accoyer a abondé dans ce sens sur Radio Classique. Il s'est interrogé "sur ce que viendrait faire à la tête" de l'UMP "l'homme d'État" Nicolas Sarkozy. Selon lui, ce dernier "peut prétendre comme les autres à revenir en 2017 (...) en passant par la primaire, autant je ne vois pas pourquoi il viendrait se confronter à ce qui va être difficile à la tête de l'UMP".

Thierry Mariani : un retour sans précipitation

Le député des Français de l'étranger Thierry Mariani se montre plus mesuré quant au retour de l'ancien président. Il a conseillé à Nicolas Sarkozy, qu'il estime être "le meilleur candidat", de ne revenir qu'au moment opportun. "Par moments, il faut savoir prendre un peu de distance pour mieux se faire désirer", a-t-il expliqué en février 2014 dans Mardi politique sur RFI.

Selon un sondage Ifop-Fiducial pour i>Télé, le nombre de Français souhaitant que Nicolas Sarkozy soit candidat à la prochaine élection présidentielle est en baisse, à 37%. Mais il a déjà mis en garde ses potentiels rivaux en déclarant : "Le jour où je sortirai, la cote de mes concurrents s'effondrera".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nicolas Sarkozy Politique UMP
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7772421314
Retour de Nicolas Sarkozy : les divers scénarios divisent l'UMP
Retour de Nicolas Sarkozy : les divers scénarios divisent l'UMP
DÉCRYPTAGE - Les membres de l'UMP réclamant le retour de Nicolas Sarkozy donnent de la voix. Mais ils ne sont pas tous d'accord sur les modalités.
https://www.rtl.fr/actu/politique/retour-de-nicolas-sarkozy-les-divers-scenarios-divisent-l-ump-7772421314
2014-06-04 18:13:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/UH8eHSB9PaUvlhwv02Yr0Q/330v220-2/online/image/2014/0516/7772024338_nicolas-sarkozy-pense-que-sa-voix-porte-toujours.jpg