1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Remaniement ministériel : Bertrand Delanoë entrera-t-il au gouvernement ?
3 min de lecture

Remaniement ministériel : Bertrand Delanoë entrera-t-il au gouvernement ?

DÉCRYPTAGE - Celui qui cédera la place à Anne Hidalgo au début du mois d'avril sera libre de tout engagement. Sa popularité joue également en sa faveur.

Le maire socialiste de Paris, Bertrand Delanoë, le 10 février 2014 au Conseil de Paris (Archives).
Le maire socialiste de Paris, Bertrand Delanoë, le 10 février 2014 au Conseil de Paris (Archives).
Crédit : AFP / BERTRAND GUAY
Raphaël Bosse-Platière
Raphaël Bosse-Platière

Bertrand Delanoë ne sera officiellement plus le maire de Paris, samedi 5 avril. L'(ex)édile sera donc libre de tout engagement et pourrait bien devenir ministre si d'aventure François Hollande décidait de procéder à un remaniement.


"Les spéculations ne servent à rien", avait déclaré en novembre Bertrand Delanoë, qui a par la suite assuré à plusieurs reprises qu'il comptait prendre du recul par rapport à la politique, tout en restant très vague sur ses projets futurs. Un certain flou savamment entretenu, qui fait de lui un prétendant sérieux à la succession de Jean-Marc Ayrault.

Son principal atout : sa popularité

Le principal atout de Bertrand Delanoë réside dans sa popularité. Alors que l'actuel locataire de Matignon recueille 26% d'opinions favorables (sondage Ifop pour le JDD du 16 mars dernier) , le futur ex-maire de Paris grimpe à 48% (sondage Ipsos pour Le Point du 18 mars). Ce dernier réalise même l'exploit de plaire aussi bien à droite qu'à gauche.

Son passage à la tête de la capitale a contenté 60% des Parisiens. Et cette popularité semble avoir gagné l'ensemble de l'Hexagone, puisque désormais un Français sur trois souhaite son entrée au  gouvernement, avec une forte proportion de jeunes, qui étaient au cœur du programme électoral du candidat Hollande, en 2012.

Son expérience joue en sa faveur

Bertrand Delanoë connaît bien les rouages de la vie politique. Il a pu engranger de l'expérience en tant que député de Paris (1981 - 1986), mais aussi aux côtés de Lionel Jospin, lorsque celui-ci était secrétaire général du Parti socialiste (1979 - 1984). Il a ensuite occupé le siège de maire de Paris pendant treize ans (2001 - 2014) et a également siégé à la Chambre haute, le Sénat.

Et s'il n'a aucune expérience ministérielle, ce diplômé en sciences économiques a une autre corde à son arc, qui pourrait être particulièrement utile à un gouvernement en proie à de nombreux couacs. À partir de 1983, le futur édile a rejoint le secteur privé pour quelques années, en commençant par le groupe Robert & Partners, spécialisé dans la communication. Il a ensuite créé sa propre structure de "médiatraining", appelée Vecteurs 7.

Des relations cordiales avec Hollande

François Hollande et Bertrand Delanoë ne sont pas des "proches", au sens où le président de la République peut l'être avec Jean-Marc Ayrault ou Stéphane Le Foll. Mais leur histoire pourrait se résumer par l'expression "je t'aime, moi non plus".  

Celui qui est maire de Paris jusqu'à lundi prochain a épaulé Martine Aubry pendant la primaire socialiste avant la présidentielle de 2012. Mais dès lors que les militants ont choisi l'ancien maire de Tulle, Bertrand Delanoë n'a pas hésité à le soutenir, saluant sa "ténacité", sa "profondeur", ou encore sa "passion du rassemblement".

Une fois à l'Élysée, François Hollande n'a pas fait appel à l'ancien jospiniste pour son gouvernement. Pourtant, lorsque sa popularité était au plus bas, et que les premières rumeurs de remaniement post-municipales ont commencé à courir en octobre dernier, le chef de l'État a consulté Bertrand Delanoë (indiscret du JDD daté du 27 octobre 2013). 

Ce qui pourrait le réfréner

Le principal intéressé répète à qui veut l'entendre qu'il ne souhaite pas être ministre, encore moins être le premier d'entre eux.

Invité du Grand Journal de Canal + vendredi 28 mars, le maire de Paris en a remis une couche. "Je veux prendre du temps à Paris", a-t-il déclaré, après avoir confirmé son départ pour un séjour à Byzerte, sa ville d'origine, le 26 mai prochain. 

Je veux l'aider, mais pas à travers des fonctions classiques

Bertrand Delanoë

"François Hollande connaît mon état d'esprit. Après treize ans d'une responsabilité exigeante, je crois qu'il est sain démocratiquement de prendre du recul", a-t-il ajouté. Et de conclure : "Je reste engagé, je veux l'aider, mais pas à travers des fonctions classiques."

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/