2 min de lecture Réforme pénale

Réforme pénale : l'UMP prête à la guerre d'usure face à Christiane Taubira

DÉCRYPTAGE - Le projet de réforme pénale de la ministre de la Justice, Christiane Taubira, sera examiné dès le 3 juin à l'Assemblée. Les députés UMP en ont fait leur cible.

Christiane Taubira à l'Assemblée nationale le 20 mai 2014
Christiane Taubira à l'Assemblée nationale le 20 mai 2014 Crédit : AFP/JOEL SAGET
Marion Dautry
Marion Dautry
Journaliste RTL

C'est la deuxième grande réforme portée par Christiane Taubira. Après le mariage pour tous, la ministre de la Justice présentera à partir de mardi 3 juin son projet de réforme pénale à l'Assemblée. Les députés UMP sont fermement décidés à s'y opposer.

Le texte prévoit notamment la mise en place de la contrainte pénale, le rétablissement de la justice individuelle en supprimant les peines plancher et la lutte contre la récidive en mettant fin au "sorties sèches". L'UMP s'est préparée à attaquer cette réforme, qu'elle juge "laxiste".

Un arsenal de 300 amendements

Les députés UMP sont à l'origine de 300 des 532 amendements déposés sur ce projet de loi. Comme pour le mariage pour tous, 5.116 amendements, puis la loi famille, avec plus de 600 amendements, l'UMP s'apprête à mener une guère d'usure.

Sur son blog, le député UMP du Rhône Georges Fenech, ancien magistrat et auteur de plusieurs amendements, critique le "laxisme" de la proposition de loi et un "message d'impunité" qui risquerait "d'entraîner une nouvelle hausse de l'insécurité". Le 30 mai, il a demandé une dernière fois au gouvernement de retirer son projet de loi.

La récupération jihadiste

À lire aussi
Justice des mineurs : plongée en immersion dans le monde d'une juge des enfants à Bordeaux justice
Justice des mineurs : plongée en immersion dans le monde d'une juge des enfants

La tuerie du Musée juif de Bruxelles, dont l'auteur présumé est un Français adepte d'un islam radical, donne de nouveaux arguments à la droite.

Le député Georges Fenech a déposé un autre amendement pour "mise en danger social" visant les personnes qui "démontrent une très forte suspicion de passage à l’acte" terroriste, a-t-il expliqué dans l'émission Parlement'air sur LCP.

L'ancienne ministre Valérie Pécresse réclamait dimanche pour cette réforme des mesures contre le prosélytisme en prison.

Une voix à l'UMP a pourtant pris la défense de cette réforme, controversée au sein même du gouvernement. Dans les colonnes de Libération, le sénateur Jean-René Lecerf s'est dit "d'accord à 90%" avec le texte présenté par Christiane Taubira.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réforme pénale Politique Christiane Taubira
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants